Prochaine réunion d'information syndicale

Publié le par SNUDI-FO 35

Chers collègues,

Nous vous rappelons que le SNUDI FO 35 organise une réunion d'information syndicale


mercredi 17 novembre, de 9h30 à 12h30

dans les locaux du syndicat
35 rue d'Echange à Rennes


A l'ordre du jour de cette réunion,


  • les retraites
  • le nouveau rapport du député REISS sur les établissements publics du primaire (E2P)
  • le pacte de carrière
  • obligations de service, frais de déplacement, temps partiels...


L'administration a été informée de la tenue de cette réunion. Nous rappelons que la participation aux réunions d'information syndicale sur le temps de service est un droit. Les heures sont déductibles des 108 heures hors présence élèves (le syndicat vous délivrera une attestation de présence). Vous trouverez en lien suivant le courrier à adresser à votre IEN 3 jours avant la réunion pour l'informer de votre participation à la RIS.

Frais de déplacement

Publié le par SNUDI-FO 35

Chers collègues,

Notre organisation syndicale, dès l'annonce faite par l'IA35 de ne plus rembourser les frais de déplacement pour les animations pédagogiques, avait décidé de s'adresser aux autres organisations du département (SNUIPP, SUD, UNSA, SGEN) pour écrire conjointement à l'IA.
Seule, SUD Education a répondu favorablement à notre proposition.
Nous expédions ce jour le courrier commun à l'IA, demandant le rétablissement du remboursement des frais de déplacement.
En fonction de la réponse de l'IA, des décisions seront prises. Nous vous en tiendrons informés.

Une détermination qui ne se dément pas

Publié le par SNUDI-FO 35

Tel était le titre de l'éditorial de Jean Claude MAILLY, secrétaire général de la Confédération Force Ouvrière au lendemain des manifestations du 16 et du 19 octobre. Détermination des salariés à obtenir le retrait du projet de loi sur les retraites, rejoints par les étudiants et les lycéens.

En réponse à cette détermination, l'intersyndicale nationale CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA a pris tout son temps pour décider dans un communiqué commun (Cf. lien suivant), d'appeler à deux nouvelles journées d'action et encore une fois ne pose pas franchement la question de la grève et encore moins celle du retrait du projet de réforme des retraites.

Qu'on en juge : elle demande aux sénateurs de ne pas voter la réforme "en l'état", demande "l'ouverture de négociations" et l'instauration d'un "large débat public" et décide "d'interpeller" le gouvernement sur les questions d'emploi, de salaires, de conditions de travail, d'avenir des jeunes.

Tout devient plus clair : à la détermination des salariés répond la duplicité des directions syndicales, qui donnent dans leur communiqué tous les signes d'une volonté d'abandonner le mouvement, ce que pour l'instant la mobilisation des salariés les a empêchées de faire. Particulièrement symbolique de la volonté de l'intersyndicale de donner des gages au gouvernement, cette phrase terrible du communiqué commun : "Elles (les organisations syndicales) veilleront au respect des biens et des personnes."

Force Ouvrière et Solidaires ne sont pas signataires du communiqué commun.

Force Ouvrière sera néanmoins dans l'action le 28 octobre et le 6 novembre (Cf. communiqué en lien suivant), car nous ne pouvons pas les laisser faire. En manifestant en toute indépendance le 15 juin à Paris, en organisant des AG, en appelant à la grève, en participant aux manifestations depuis le 7 septembre, Force Ouvrière a déjà emporté une bataille, celle de rendre visible et audible le mot d'ordre, maintenant repris partout et par tous, bien au-delà des militants FO, "retrait du projet de réforme des retraites" (Cf. la motion de l'AG départementale du 19 octobre, adoptée à une large majorité, malgré l'opposition des appareils de la FSU et de la CGT qui ont refusé de prendre part au vote).

La Confédération Force Ouvrière l'a confirmé, et l'ensemble de ses fédérations, de ses syndicats également : nous n'accepterons pas la réforme, elle n'est pas négociable et doit être retirée !

Le SNUDI FO estime, avec la Confédération FO, avec la FNEC FP FO (Cf. Appel du congrès du 19 octobre 2010 en lien suivant), avec l'UD FO 35, que seule la grève générale interprofessionnelle peut faire céder le gouvernement.

  • Le SNUDI FO 35 confirme et maintient son mot d'ordre de grève reconductible, dès la rentrée et appelle l'ensemble des enseignants du premier degré d'Ille et Vilaine à prendre toute disposition pour pouvoir répondre à cet appel et se mettre en grève si la situation l'exige.

  • Il appelle à manifester le jeudi 28 octobre pour le retrait du projet de réforme des retraites.

  • Il appelle les enseignants du premier degré à se réunir dès la rentrée et à multiplier les motions s'adressant aux directions syndicales, tant nationales que départementales pour qu'elles appellent ensemble à la grève jusqu'au retrait du projet de réforme des retraites.

 

GREVE à partir du 12 octobre 2010

Publié le par SNUDI-FO 35

Retrait du projet de loi de réforme des retraites

Grève jusqu'au retrait !

Le SNUDI FO 35, comme l'UD FO 35, comme nombre de fédérations, de syndicats, d'Unions départementales, les syndicats étudiants et lycéens (voir les appels en cliquant sur ce lien), appelle à la grève à partir du 12 octobre, jusqu'au retrait du projet de loi de réforme des retraites.

Il appelle les enseignants du premier degré d'Ille et Vilaine à prendre toutes dispositions pour la reconduction de la grève, à reconduire la grève jusqu'à ce que le gouvernement abandonne sa réforme.

Le SNUDI FO 35 vous invite donc à envoyer, dès aujourd'hui, vos déclarations préalables (modèle en lien suivant, à adresser au moins 48 heures avant la date) pour les jeudi 14 et vendredi 15 octobre 2010 ; et jeudi soir pour les lundi 18 et mardi 19 octobre si nécessaire.

Le SNUDI FO 35 appelle tous les enseignants qui exigent le retrait et qui attendent des organisations syndicales qu'elles appellent clairement, ensemble, à la grève pour l'obtenir, à participer massivement à l'AG qui se tiendra mardi 12 octobre à 15 heures, au Champ de Mars, à Rennes