Informations syndicales

Publié le

Grève interprofessionnelle unitaire mardi 9 octobre 2018

  pour résister à la casse du modèle social, basé sur des droits collectifs et les services publics,
  pour revendiquer l'augmentation générale des salaires, des pensions, des minima sociaux, l'amélioration des conditions de travail,
  pour reconquérir tous nos droits collectifs, dans le public comme dans le privé,

A l'appel de FO, CGT, Solidaires, UNEF, UNL

Tou-te-s en grève et en manifestation
mardi 9 octobre 2018
Rassemblements
à Rennes, 11h, Esplanade Charles de Gaulle
à Saint Malo, 11 h, Médiathèque

Le SNUDI FO 35 appelle l'ensemble des personnels du premier degré à être en grève et à manifester avec l'ensemble des agents de la Fonction publique, les salarié-e-s du privé, les jeunes, les retraité-e-s, les privé-e-s d'emploi.

Grève pour résister à la politique destructrice du gouvernement : austérité budgétaire, casse du code du travail et des conventions collectives, casse des statuts des fonctionnaires après celui des cheminots, attaques contre la formation professionnelle, menaces contre l'assurance chômage... la liste est longue, et le gouvernement est pressé. Même le plan pauvreté si longtemps annoncé et enfin présenté  traduit la philosophie politique générale du Président de la République : les plus pauvres bénéficieront, sous condition, de quelques mesures, essentiellement financées par les un peu moins pauvres qu'eux !

Grève pour revendiquer l'augmentation générale des salaires, une véritable revalorisation indiciaire, et non l'arnaque de PPCR, l'arrêt du gel du point d'indice, revendiquer l'amélioration des conditions de travail, ce qui passe d'abord par les créations de postes nécessaires pour assurer des services publics de qualité, accessibles à tous sur tout le territoire, revendiquer les créations de postes dans l'Education Nationale, pour abaisser les effectifs par classe, assurer les remplacements, restaurer les RASED, scolariser dans des conditions répondant à leurs besoins, en milieu "ordinaire" quand c'est possible, en établissement ou classe spécialisée quand c'est nécessaire, tous les élèves en situation de handicap.

Grève pour reconquérir nos droits collectifs : formation initiale et continue, mobilité, temps partiel, obligations de service... Pour dire non à l'individualisation, non à l'arbitraire de l'évaluation PPCR, porte ouverte au salaire au mérite dans l’Éducation Nationale.

Lire l'appel intersyndical national
*  Lire le communiqué du SNUDI-FO : "2600 postes supprimés par le ministre"

Réunions d'information syndicale du SNUDI FO 35

Le SNUDI FO 35 organise une réunion d'information syndicale consacrée aux rythmes scolaires

Mercredi 3 octobre 2018
de 9h à 12h
dans ses locaux
35 rue d'Echange à Rennes (métro Sainte Anne)

Télécharger le modèle de courrier à adresser à l'IEN

Evaluations nationales, évaluation PPCR, carte scolaire, inclusion, APC...

Réunion d'information syndicale
Mercredi 17 octobre de 13 h à 16 h
Ecole élémentaire Jacques Prévert à Saint Gilles

Evaluations CP-CE1 : FO, CGT et Sud s'adressent au ministre

"Ces évaluations nationales ne répondent ni aux besoins des élèves, ni à une évaluation efficiente des élèves, ni à la prise en compte de la nécessaire relation enseignants/élèves, ni au respect de la liberté pédagogique de nos collègues.(...) Nos organisations syndicales soutiennent et accompagneront les personnels qui refuseront de mettre en œuvre ces évaluations ou ne feront pas remonter les résultats."

Lire le courrier intersyndical

Evaluation PPCR

Nombre de  collègues qui reçoivent actuellement les comte-rendus de leur entretien de carrière, avec l'appréciation du DASEN, nous font part de leur déception, de leur colère et de leur incompréhension. L'attente d'une véritable reconnaissance se heurte à l'opacité et l'arbitraire de cette nouvelle évaluation issue de PPCR, dont FO continue d'exiger l'abandon. Ce système injuste, inique, qui porte des jugements définitifs sur la valeur professionnelle des collègues, en évaluant des compétences dont la maîtrise leur échappe en grande partie, ouvre la voie au salaire au mérite. "Mérite" qui sera toujours, dans ce système, à la discrétion du chef de service, quoi que fassent les collègues.

Le SNUDI FO revendique un système d'évaluation transparent, déconnecté de l'avancement. Celui-ci doit se faire au barème, essentiellement basé sur l'AGS, suivant un rythme permettant à tous d'accéder à l'indice terminal du corps. Dans l'immédiat, le SNUDI FO revendique des mesures spécifiques et un taux d'accès à la hors classe permettant qu'aucun collègue ne parte en retraite sans être passé à la hors classe.

Le SNUDI FO engage également tous les collègues à formuler un recours de l'appréciation du DASEN.

Ce recours demandant la révision de l'appréciation est à formuler dans les 30 jours suivant la réception de l'appréciation. Le DASEN a 30 jours pour répondre. L'absence de réponse vaut refus. Après un refus, notifié ou non, vous avez 30 jours pour saisir la CAPD. Adressez une copie de votre recours au SNUDI FO 35.

Lire la note "L'évaluation des enseignants, ce que disent les textes"

PPCR en bref

Le 7 décembre 2016, la ministre Vallaud-Belkacem présentait au Comité Technique Ministériel les projets de décrets transposant les dispositions PPCR dans les statuts particuliers des personnels enseignants, d'éducation et d'orientation. FOn CGT et SNALC votaient contre, FSU, UNSA et CFDT pour

Ce qu'est PPCR :

  une revalorisation en trompe l’œil : des poussières indiciaires, autofinancées par les agents (transferts primes-points, allongement de la carrière...),

  la création d'un grade fonctionnel, la classe exceptionnelle, réservé à une petite minorité "méritante",

  une attaque contre le statut et l'indépendance des fonctionnaires, avec la mise en place de nouvelles modalités d'évaluation reposant sur l'arbitraire et porte ouverte au salaire au mérite et au recrutement local dans le cadre des établissements publics du socle commun,

  la poursuite du blocage de la valeur du point d'indice. En 2020, c'est à échelon égal, un salaire net à peine égal ou même inférieur à celui de 2010.

Direction d'école

Le 1er août, quelques jours avant que le ministre n’ouvre l’agenda social sur la direction d’école, la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale présente un rapport sur la direction d’école. Prenant prétexte de la dégradation des conditions de travail des directrices et directeurs d'écoles, le rapport relance l'idée de création d'EPEP, avec son cortège de fusions d'écoles (suppression des écoles maternelles et élémentaires pour n'avoir que des écoles primaires...), mirage d'un statut de directeur, accessible à une petite minorité (environ 20%) des collègues actuellement chargés de direction, nouvelles missions... Il s'agit essentiellement d'un prétexte pour accentuer la territorialisation de l'école et attaquer encore davantage le statut de fonctionnaire d'état de ses personnels.

Pour le SNUDI FO, ce rapport doit être abandonné, et les discussions engagées sur la base des revendications des personnels.

http://fo-snudi.fr/spip.php?article371

Parcoursup

Un collectif de responsables syndicaux et associatifs de l'enseignement, dont Hubert RAGUIN, secrétaire général de la FNEC6FP FO a publié dans Libération une tribune pour l'abrogation de la loi ORE.

Lire la tribune

Retraites : non au système universel de "retraite par points"

La « réforme » des retraites, qui s’annonce être la plus importante du quinquennat,  vise à  mettre fin aux 42 régimes de retraite actuels pour les remplacer par un système unique de « retraite par points ».
Aujourd’hui, 95% de notre système de retraite fonctionne par répartition, cela signifie que les cotisations du moment financent les retraites du moment, et que ces cotisations sont constitutives des futurs droits à la retraite. Ce système collectif a pour principe la solidarité entre les générations, sa qualité principale étant sa sécurité, le financement reposant sur la masse salariale globale.

Lire le tract CGT-FO-FSU-Solidaires
Lire le communiqué de la confédération Force Ouvrière

Sur le site de la confédération

Pascal Pavageau (FO) : "Préservons ensemble, l’intégralité de notre modèle social"
https://www.force-ouvriere.fr/pascal-pavageau-fo-preservons-ensemble-l-integralite-de-notre

Projet de Loi de Finances 2019 : de la constance dans l’impasse économique
https://www.force-ouvriere.fr/projet-de-loi-de-finances-2019-de-la-constance-dans-l-impasse

Comptes de la Sécu et PLFSS 2019 : le grand saut vers la déprotection sociale
https://www.force-ouvriere.fr/comptes-de-la-secu-et-plfss-2019-le-grand-saut-vers-la

Information syndicales

Publié le

Agenda des instances et audiences de la fin de l'année

CAPD : le 12 juillet, à 9h00 (ajustements du mouvement, recours temps partiels, ineat/exeat)
Conseil Départemental de formation : le 12 juillet à 14h00

Par ailleurs, le SNUDI FO 35 sera reçu en audience :

Mercredi 4 juillet à 9h30, sur la question des rythmes scolaires à Rennes, par Mme BRIERO, adjointe à la maire de Rennes, en charge de l'Education et des politiques mémorielles, et M. WILLHELM, IA-DASEN d'Ille-et-Vilaine.

Jeudi 5 juillet à 17h30, avec la FNEC-FP FO, par M. WILLHELM, IA-DASEN d'Ille-et-Vilaine, avec les enseignants contractuels.

Vendredi 6 juillet 2018 à 11 heures, par M. WILLHELM, IA-DASEN d'Ille-et-Vilaine (audience générale, comprenant les questions de carte scolaire, d'évaluation, d'accès à la hors classe, les ineat/exeat, les refus de temps partiel...)

Parcoursup

Enseignants, lycéens et parents d’élèves ont la même exigence : Retrait ! Une place pour chaque bachelier dans la filière de son choix à l’université !

Les résultats du Baccalauréat seront affichés dans quelques jours. Alors qu’ils seront diplômés, des dizaines de milliers d’élèves ne sauront toujours pas s’ils auront une place dans l’enseignement supérieur l’année prochaine. Un grand nombre d’entre eux risquent de renoncer, à force d’être placés sur des listes d’attente pendant des semaines voire des mois sur les formations demandées. La réalité, c’est qu’il n’y a pas assez de places dans les universités. Les lycéens ne sont pas responsables.

Lire le communiqué du SNFOLC

Sur le site de la confédération :

Service Public : CAP22, nouvel outil de destruction du modèle social
Attendu, ou plutôt redouté, le rapport du Comité action publique 2022 ne sera finalement pas rendu public en juillet, mais distillé "au fur et à mesure" des réformes qu’il préconise, a annoncé le Premier ministre le 2 juillet. Des réformes qui, au motif de réduire la dépense publique, risquent de détruire des missions publiques, le cadre statutaire des agents et d’accélérer le désengagement de l’État. FO condamne cette atteinte à la République et à toute la Nation.

https://www.force-ouvriere.fr/cap22-nouvel-outil-de-destruction-du-modele-social

Ubérisation : le troisième statut rejeté par FO refait surface dans le projet de loi Avenir professionnel
Un amendement au projet de loi Avenir professionnel permet aux plates-formes Internet du type Uber d’établir de manière unilatérale une « charte sociale » définissant leurs droits et obligations à l’égard des travailleurs. Une mesure qui ne protège que les employeurs selon FO.

https://www.force-ouvriere.fr/le-troisieme-statut-rejete-par-fo-refait-surface-dans-le-projet

Augmentation des indemnités journalières : l’arbre qui cache la forêt des dégradations des conditions de vie et de travail
Il est désormais de tradition de constater dans les comptes de l’Assurance maladie une augmentation soutenue des « dépenses d’IJ », c’est-à-dire le maintien du salaire lors d’un arrêt maladie. Car oui, ce n’est pas nécessairement l’employeur qui paie un salarié malade, mais toujours la Sécurité sociale pour moitié ! Un droit acquis de longue lutte par les organisations syndicales, dans l’« ancien monde ». Mais dans le « nouveau monde », ce maintien des salaires pourrait ne pas tarder à tomber dans la logorrhée du « pognon de dingue » puisqu’il est récurrent de viser à tout prix à diminuer ces dépenses. Or, c’est ignorer les deux causes principales de leur forte augmentation.(...)

https://www.force-ouvriere.fr/augmentation-des-indemnites-journalieres-l-arbre-qui-cache-la

Informations syndicales

Publié le

Evaluation PPCR : ne pas accepter des avis injustifiés et iniques

Les premières retombées néfastes de l'évaluation PPCR apparaissent :

  d'un côté une CAPD hors-classe dont il ressort que les deux tiers des enseignants expérimentés du département sont simplement médiocres (avis "satisfaisant" pour 67 % des collègues), voire mauvais (avis "à consolider" pour 2%), seuls une minorité d'heureux élus  se voyant gratifiés de "très satisfaisants" (23 %) ou "excellents" (8 %) sur des critères que l'administration ne juge pas bon de communiquer ;

  de l'autre côté des rendez-vous de carrière qui laissent parfois pantois les collègues qui les ont vécus (décalage entre le discours tenu suite à l'entretien et la grille d'évaluation communiquée via I-prof,  incompréhension des appréciations portées...).

La hiérarchie a beau jeu de prôner la bienveillance dans les pratiques pédagogiques quand elle traite ainsi par le mépris la grande majorité des enseignants, alors que ceux-ci sont très majoritairement investis dans leur métier (et ce malgré des conditions de travail sans cesse dégradées).

FO, qui a refusé de signer l'accord PPCR, a toujours dénoncé l'opacité, l'arbitraire et l'injustice inhérentes au protocole. Nous avions, hélas, raison.

Le SNUDI-FO 35 invite individuellement chaque collègue insatisfait de son évaluation  à :
  contacter le syndicat ;
  à envoyer, à réception du compte rendu, un courrier au DASEN, sous couvert de l'IEN, exposant les motifs de leurs mécontentement.

A réception de l'appréciation du DASEN, les enseignants auront 30 jours pour formuler auprès du recteur une demande de révision de ladite appréciation.
Le SNUDI FO  invite les enseignants à faire de même , concernant l'avis de l'IEN, et l'appréciation du DASEN pour l'établissement du tableau d'avancement à la hors classe, en utilisant notre courrier type à faire remonter par le biais de l'IEN.

Collectivement, le SNUDI-FO rappelle ses revendications :

► Un ratio promus/promouvables de 18 %, ce qui permettrait une augmentation significative du nombre de promus !
► Pas un PE retraitable sans être promu à la hors classe !
► Un barème basé essentiellement sur l’ancienneté générale des services ;
► Abandon de PPCR, source d’arbitraire et de division entre les personnels !

Lire le compte rendu de la CAPD du 21 juin 2018
Lire le communiqué de la FNEC FP FO sur la hors classe

Elèves à besoins éducatifs particuliers (EBEP) : la FNEC-FP FO reçue au ministère

S'appuyant sur le nombre considérable d'incidents qui mettent en péril la sécurité physique des élèves et des enseignants, les représentants de la FNEC FP-FO ont exposé les revendications des personnels en insistant sur le caractère d'urgence que revêtait la situation dans les écoles.

Les représentants du ministère ont reconnu l'existence des difficultés auxquelles ils envisagent d'apporter les solutions suivantes :

  baisse du nombre de notifications MDPH ;
  baisse du nombre de saisies des CHSCT sur les problèmes découlant de I'inclusion scolaire systématique ;
  remise en cause de l'accompagnement individuel par un AVS (à l'instar de l’académie de Versailles où le rectorat veut faire passer le taux d'AVS mutualisé de 33% à 80% sur 5 ans).

En conclusion, si le malaise est reconnu, les réponses ministérielles ne sont pas rassurantes.

Pour le SNUDI-FO 35, la prise en compte des élèves à besoins éducatifs particuliers ne peut passer que par  :

  l'analyse au cas par cas des besoins de l'enfant, analyse pouvant conduire soit à une inclusion, soit à une scolarisation dans une classe ou un établissement spécialisés ;
  la création d'un corps d'AESH correctement formés ;
  le rétablissement des RASED et de leurs missions pour qu'ils puissent à nouveau intervenir auprès des élèves ;
  la création de postes dans les écoles afin de pouvoir proposer une inclusion satisfaisante ;
●  la création de structures spécialisées et de postes dans l'ASH afin de pouvoir scolariser de manière satisfaisante tous les élèves qui ne peuvent pas être inclus.

Lire le compte rendu de la FNEC-FP FO
*  Sur le site de la Confédération : pourquoi FO dit OUI à l'inclusion mais NON à l'inclusion systématique

La logique de l'austérité à l'oeuvre : menaces sur la carte scolaire et les temps partiels

De nombreux collègues reçoivent un avis de refus possible de leur demande de temps partiel sur autorisation et de nombreuses écoles s'inquiètent des fermetures (ou des non ouvertures) prévues ou possibles à la rentrée. Pour le SNUDI FO, ces situations, qui découlent d'une politique d'austérité aussi néfaste aux individus qu'aux services publics, ne sont pas acceptables.
Concernant les refus de temps partiels, le SNUDI FO invite tous les collègues concernés, une fois le refus notifié, à formuler immédiatement une demande recours auprès du DASEN.
En ce qui concerne la carte scolaire, le SNUDI FO appelle les écoles à contacter le syndicat pour l'informer de leur situation et à lui faire parvenir la fiche de préparation de la rentrée 2018 récapitulant la situation au jour de la rentrée (et ce le jour même, le CTSD se tenant 2 ou 3 jours après la rentrée).

Télécharger le modèle de recours de refus de temps partiel
Télécharger la fiche de préparation de la rentrée 2018

Mobilisation interprofessionnelle, jeudi 28 juin 2018

Rassemblement 11h30
Préfecture Martenot à Rennes

Les organisations CGT, FO, FSU d’Ille et Vilaine continuent d’apporter leur soutien aux cheminots, aux étudiants, aux travailleurs, aux chômeurs, aux retraités des secteurs publics comme du privé mobilisé pour la défense de leurs droits et pour en acquérir de nouveaux.
Depuis déjà plusieurs mois et avec ténacité, bon nombre de salariés se mobilisent, se font entendre pour défendre leurs emplois, leurs statuts, leurs salaires... dans des secteurs divers : La Poste, la SNCF, l’Energie, Carrefour, Les EHPAD, la Fonction Publique … Tous combattent la politique libérale du gouvernement mise en place par M. Macron qui engendre toujours plus de précarisation du travail.(...)

Lire le communiqué intersyndical

Sur le site de la Confédération

Pour FO, les pensions de réversion ne peuvent être harmonisées que par le haut
Offensive gouvernementale contre les aides sociales
Pascal Pavageau : « Défendre le service public, c’est faire la République. Le construire, c’est faire l’Histoire »

Informations syndicales

Publié le

PPCR : une reconnaissance et une revalorisation de dupes

La CAPD pour l'avancement à la hors classe pour 2018 se réunira le jeudi 21 juin 2018. Celle-ci se déroulera sur la base des appréciations des IEN communiquées depuis le 14 juin aux agents via I-prof.

Ce que l'on voit déjà se profiler au travers des retours de collègues c'est une véritable douche froide pour tous les collègues qui espéraient voir un jour leur valeur et leur implication dans le métier reconnues. En effet, quel que soit le dernier rapport d'inspection (même ceux qui mettent en avant l'excellence d'une pratique, même ceux qui attribuent une excellent note dans l'échelon ), les IEN estampillent la grande majorité des enseignants comme "satisfaisants".

Les nouvelles modalités d'accès à la hors classe découlent du protocole PPCR (Parcours, Carrière, Rémunérations), signé par la FSU, l'UNSA et la CFDT, rejeté par FO, la CGT et Solidaires. Elles sont régies par la note de service ministérielle n°2018-025 du 19-2-2018.

Pour le SNUDI-FO, qui a toujours dénoncé la miroir aux alouettes de la pseudo-revalorisation de PPCR ainsi que le caractère arbitraire et opaque de l'évaluation nouvelle mouture, ce n'est, hélas, pas une surprise. Car, contrairement à ce qu'essaie maintenant de faire croire le SNUipp (qui a signé PPCR), ce qui se passe n'est aucunement le fait du DASEN, qui ne fait qu'appliquer les textes : non, ces appréciations décevantes (la grosse majorité des enseignants se voyant qualifiés de médiocres), voire violentes (pour ceux dont les compétences sont "à consolider" après des années de pratique), sont inhérentes à PPCR qui n'a été conçu que dans le but de promouvoir l'individualisation et la rémunération au mérite, pour le bénéfice de quelques uns.

Le SNUDI-FO 35 invite tous les collègues insatisfaits de leur appréciation à :

  contacter le syndicat ;
  à envoyer un courrier au DASEN (en utilisant notre courrier type à faire remonter par le biais de l'IEN).

Pour la CAPD, faites parvenir au syndicat :

  une copie de la première page de votre dernier rapport d'inspection ;
  le contenu de votre CV I-prof ;
  tout autre renseignement que vous jugez utile de prendre en compte pour juger de votre valeur et de votre implication professionnelles (années en tant que maitre d'accueil, auto-formation...).

Au-delà de cette campagne de promotion à la hors classe, le SNUDI FO rappelle ses revendications :

► Un ratio promus/promouvables de 18 %, ce qui permettrait une augmentation significative du nombre de promus !
► Pas un PE retraitable sans être promu à la hors classe !
► Un barème basé essentiellement sur l’ancienneté générale des services ;
► Abandon de PPCR, source d’arbitraire et de division entre les personnels !

Lire la déclaration du SNUDI-FO à la CAPN (commission administrative paritaire nationale) du 14 juin.

Elèves à besoins éducatifs particuliers (EBEP) : le SNUDI-FO poursuit sa campagne

Exigeons une scolarisation adaptée
pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
- en classe ordinaire quand c'est possible -
- en classe ou en établissement spécialisé quand c'est nécessaire -

Dans quasiment toutes les écoles, les collègues font état de la souffrance engendrée par la scolarisation en milieu ordinaire d'un ou plusieurs élèves à besoins éducatifs particuliers :

  élève violent qui se voit attribuer par la MDPH une AVS mutualisée, AVS qui n'est affectée sur le poste qu'après 10 mois d'attente ;
  élève qui violente son enseignante, son AVS et les autres élèves,
  élève relevant d'ITEP qui se met en danger et met en danger les autres (enfants et adultes), élève dont on saupoudre la scolarité de jours de déscolarisation quand un événement plus grave que d'habitude survient  ;
  élève avec une notification pour une scolarisation en IME qui reste en classe ordinaire, la famille s'arrangeant pour repousser l'orientation...

Les situations problématiques, voire catastrophiques, tant pour l'élève BEP que pour les autres élèves et les adultes de l'école, sont légions. Face à de telles situations, il convient de ne pas rester isolé et d'être épaulé pour utiliser les bons leviers (fiche du registre santé et sécurité au travail, IP...). Le SNUDI-FO 35 invite donc tous les collègues à lui faire part des situations d'inclusions difficiles qu'ils vivent en classe.

FO n’accepte pas la transformation de l’école maternelle en structure d’accueil territoriale

Avec l'article 2 du décret du 1er mars 2018 sur les ATSEM, le gouvernement entend confier des missions de «mise en œuvre des activités pédagogiques» à des personnels non enseignants et prévoie que les ATSEM puissent « assister les enseignants dans les classes ou établissements accueillant des enfants à besoins éducatifs particuliers».

FO n'accepte pas la logique de l'abandon de missions que le gouvernement veut imposer dans le cadre des 120 000 suppressions de postes. Or c'est ce qu'il est en train de préparer en annonçant la transformation de l'école maternelle et du statut des personnels enseignants et ATSEM.

FO revendique la réelle amélioration des conditions de travail des ATSEM comme celle des personnels enseignants ce qui passe par :

  La garantie de l'affectation d'un(e) enseignant(e) et d'un(e) ATSEM par classe à temps plein et donc l'exigence de l'abandon de l'article 2 du décret du 1er mars 2018.
  La garantie d'affectation de personnels qualifiés pour assurer l'encadrement des élèves handicapés, remise en cause également par l'article 2.
  La réduction des effectifs par classe.

Lire le communiqué commun de FNEC-FP FO et de la FSPS FO

Rythmes scolaires : 4 jours par semaine pour tous !

Depuis le projet de réforme des rythmes scolaires, le SNUDI-FO se bat pour le maintien, puis la restauration, d'un cadre national. Aujourd'hui, l'écrasante majorité des communes a choisi de revenir à la semaine de 4 jours, rythme qui, selon le SNUDI-FO, devrait donc être retenu pour toutes les écoles de la République.

En attendant les réponses aux courriers envoyés en ce sens aux députés d'Ille-et-Vilaine et l'audience prévue avec Mme Briéro, responsable des questions scolaires à la mairie de Rennes, et un représentant de la DSDEN, le SNUDI-FO appelle tous les collègues de Rennes et des communes qui resteront à 4.5j à la rentrée à :
   - signer la pétition en ligne ou la pétition papier ;
   - adopter en conseil d'école une motion pour le retour à la semaine de 4 jours.

Signer la pétition en ligne
Télécharger la pétition papier
Télécharger le modèle de motion

Sur le site de la Confédération

Entrepreneur de la destruction, artisans de la démolition : le gouvernement contre la Fonction publique
Fonction publique : A votre bon cœur... Le rendez-vous salarial s’est tenu le 18 juin
Une reprise économique sans hausse des salaires
Pour FO, priorité à l’augmentation des salaires et des pensions dans le public et le privé

CAPD : le paritarisme en danger

Publié le

Représentants des personnels en CAPA  : Moins 22 sur l'Académie de Rennes !

Par ailleurs un projet national vise à faire que, ni la mobilité ni la promotion ne seraient plus  traitées en CAP. (...)

Lire le communiqué de la FNEC FP FO

CAPD hors classe : le droit à consulter et contester son appréciation doit être respecté !

La note de service du 19 février 2018 donne pour consignes aux recteurs et aux DASEN : « Vous ferez en sorte que chaque enseignant promouvable puisse effectivement prendre connaissance de l’avis émis sur son dossier par l’inspecteur compétent dans un délai raisonnable avant la tenue de la commission administrative paritaire départementale.»

Dans les faits, nombre de personnels pourraient être dans l’impossibilité de contester l’appréciation portée par leur hiérarchie parce que les délais de quelques jours pour en prendre connaissance ne le permettent pas ou que l’appréciation ne leur aura pas été communiquée.

L’administration nous avait informés que les avis des IEN seraient accessibles via i-prof aux alentours du 13 juin. Nous avons pu constater aujourd'hui que si le service est bien ouvert, les appréciations n'apparaissent pas toujours, ou apparaissent un temps puis disparaissent. Le SNUDI FO a adressé le mail suivant à la DSDEN :

> (...) dans un courrier du 30 mai 2018, je demandais à M. l'Inspecteur d'Académie de me faire connaître les modalités de communication aux enseignants promouvables à la hors classe des avis des IEN les concernant. Ces informations devaient être communiquées sur i-prof aux alentours du 13 juin. A ce jour, rien n'est encore apparu sur i-prof.
> Or, comme je l'ai indiqué dans mon courrier, la note de service ministérielle n° 2018-025 du 19-2-2018 précise qu'il soit fait en sorte que "chaque enseignant promouvable puisse effectivement prendre connaissance de l'avis émis sur son dossier par l'inspecteur compétent dans un délai raisonnable avant la tenue de la commission administrative paritaire départementale."
> Pouvez-vous m'assurer que les enseignants pourront prendre connaissance aujourd'hui, à une semaine de la CAPD, ce qui me paraît la limite du "raisonnable", de l'avis de leur IEN ? A défaut d'une communication via i-prof, je demande que M. l'Inspecteur d'Académie donne consigne aux IEN de communiquer l'avis aux intéressés, via un mail adressé dans leur boîte professionnelle.
> Nous demandons également que l'avis de l'IEN soit indiqué sur les documents de travail remis aux représentants des personnels, ainsi que la dernière note, avec la date et l'échelon d'attribution de cette note.
> Je vous remercie de l'attention que vous porterez à ces demandes.
> Bien cordialement
> Sylvain VERMET

Le SNUDI FO invite donc tous les collègues qui ne réussiraient pas à prendre connaissance via i-prof de l'avis de leur IEN, à solliciter directement ce dernier, par écrit, par leur boîte mail professionnelle.

Compte tenu des conditions arbitraires d’évaluation et du caractère définitif de celle-ci (qui impactera l’ensemble de la carrière et de la retraite), il convient de réagir très rapidement :

  en contactant le SNUDI-FO 35 ;
  en envoyant un courrier au DASEN (vous pouvez alors recourir à notre courrier type).

La possibilité de contester et d’effectuer un recours concernant l’avis du supérieur hiérarchique est un droit, a fortiori compte tenu des conditions totalement arbitraires d’évaluation et du caractère définitif de celle-ci qui impactera l’ensemble de la carrière et de la retraite.

Le SNUDI-FO maintient ses revendications :

► Un ratio promus/promouvables de 18 %, ce qui permettrait une augmentation significative du nombre de promus !
► Pas un PE retraitable sans être promu à la hors classe !
► Un barème basé essentiellement sur l’ancienneté générale des services ;
► Abandon de PPCR, source d’arbitraire et de division entre les personnels !