Information syndicales

Publié le

Carte scolaire, mouvement : ajustements de rentrée

Un groupe de travail académique sur les nouvelles mesures de la rentrée est convoqué le 19 septembre au rectorat. En attendant, les mesures du nouveau ministre, notamment les dédoublements des CP en éducation prioritaire, vont s'appliquer dès la semaine prochaine, par des redéploiements de moyens dont la nature sera connue précisément lors du CTSD du mercredi 6 septembre 2017.

Force Ouvrière défendra tous les dossiers, portera les revendications. Pour ce faire, nous avons besoin des données actualisées des effectifs dans les écoles à la rentrée (Cf. fiche de suivi en lien suivant)

La CAPD qui procédera aux dernières affectations se tiendra le jeudi 7 septembre à 14 heures.

Contre la réforme du code du travail : tous en grève le 12 septembre 2017 !

Réforme majeure du nouveau pouvoir, menée au pas de charge, par ordonnances, procédé aussi peu démocratique que le 49.3, le projet de loi " Travail " 2 est totalement inacceptable. Quel que soit le contenu définitif des ordonnances,  celles-ci achèveront de liquider le code du travail, les droits collectifs et la capacité pour les salariés de se défendre que ce soit par l'action syndicale ou les recours juridiques.

Cette régression fondamentale sera suivie très rapidement, n'en doutons pas , de tentatives de destruction de la Sécurité Sociale, de l'assurance chômage (c'est déjà engagé par la suppression d'une partie des cotisations sociales, salaire différé qui finance la Sécu). Une nouvelle réforme des retraites, structurelle, remettant en cause la retraite par répartition est annoncée. Le statut général de la fonction publique est d'ores et déjà dans la ligne de mire, sans compter les mauvais coups déjà portés aux fonctionnaires : suppressions de poste, gel du point d'indice, rétablissement du jour de carence...

Contre la régression sociale portée par ce gouvernement et le président Macron, le SNUDI FO 35, avec les UD FO et CGT d'Ille et Vilaine appelle à la grève et à la manifestation contre les ordonnances Macron de destruction du code du travail, et pour l'abrogation de la Loi " Travail ".

Rassemblement et manifestation
Mardi 12 septembre 2017

11 heures Esplanade Charles de Gaulle à Rennes

En lien suivant, le modèle de déclaration préalable à adresser d'ici vendredi 8 septembre à votre IEN.

*  Télécharger l'affiche : " LA LOI-TRAVAIL C'EST DÉJÀ ÇA !... "

Ecole Laïque 35, le bulletin du SNUDI FO 35
Le n°132 du 29 juillet 2017 va arriver dans les écoles.

Au sommaire :
p. 1 : La Une
p. 2 : Rentrée 2017 / Contrats aidés
p. 3 : Rythmes scolaires
p. 4 : Adhésion 2017

*  Télécharger le dernier bulletin

Informations syndicales

Publié le

Rythmes scolaires et dédoublement des CP :
CTSD extraordinaire du 4 juillet

Mardi 4 juillet s'est tenu un CTSD extraordinaire pour préparer la rentrée 2017. Deux points étaient à l'ordre du jour :

●    la mise en œuvre du dédoublement des CP en REP et REP+ ;
●    les dérogations à la semaine des 4 jours et demi.

L'administration prévoyait de dédoubler 13 classes de CP (avec 3 postes étant pris sur le dispositif plus de maîtres que de classes). L'IA devra trouver 10 postes, sachant qu'il a confirmé que la mesure s'appliquerait à moyens constants...

91 écoles du département avaient demandé le retour à la semaine de 4 jours.

*  Lire la déclaration préalable du SNUDI-FO 35
*  Lire le compte-rendu de la FNEC-FP-FO 35

*  Signer et faire signer la prise de position « 4 jours pour tous sur 36 semaines »
*  Signer la pétition en ligne " Rythmes scolaires : 4 jours par semaine sur 36 semaines pour tous ! "

CHSCT D : publication de l'enquête relative à l'accueil des élèves à besoins éducatifs particuliers

Les représentants de la FNEC-FP FO au CHS CT d'Ille-et-Vilaine ont joué un rôle actif dans l'élaboration de cette enquête, qui est née de la volonté de mettre en lumière les difficultés rencontrées par les collègues, de les "objectiver", afin de faire prendre conscience à l'administration qu'il ne s'agit pas de quelques situations problématiques, marginales, nées d'un manque d'adaptation des enseignants du premier à une situation nouvelle. Cela fait des années que le SNUDI FO dénonce les conséquences de politiques visant essentiellement, sous couvert d'inclusion, à réaliser de substantielles économies.

Les représentants des personnels continuent le travail d'analyse des résultats, notamment des nombreux commentaires laissés par les collègues, analyse qui donnera lieu à des préconisations du CHS CT

*  Télécharger le questionnaire de l'enquête
*  Télécharger les résultats intégraux
*  Télécharger la première synthèse

Campagne "Aucun collègue ne doit souffrir au nom de l'inclusion"

Le SNUDI-FO milite en faveur de la pleine et entière intégration scolaire des enfants handicapés dans l'école de la république, dans les meilleures conditions possibles pour tous. Pour FO cela ne signifie pas que tous les enfants handicapés doivent être accueillis en classe ordinaire. Il faut répondre aux besoins des enfants handicapés par un accompagnement adapté, par un examen au cas par cas, par des professionnels qualifiés, et par la mobilisation des moyens humains et financiers nécessaires.

Le SNUDI-FO revendique donc :

●    le maintien et l'ouverture à hauteur des besoins :
           - des structures et établissements spécialisés,
           - des postes dans les établissements et les RASED ;
●    la prise en compte des ULIS, UP2A et SEGPA dans les mesures de carte scolaire ;
●    le recrutement et la formation des AESH en tant que fonctionnaires d’Etat ;
●    l'abandon du CAPPEI qui transforme les enseignants spécialisés en VRP de l’école inclusive.

Depuis plusieurs mois, le SNUDI-FO 35 invite tous les collègues à lui communiquer (par mail, par téléphone...) le récit des situations d'inclusions difficiles qu'ils vivent en classe. Outre l'aide qu'il pourra leur apporter, le SNUDI-FO 35 publie, avec leur accord, leur récit (dans le courrier d'information par mail, dans le bulletin...) : tout récit sera anonymé (le nom de l'école, des enseignants, des élèves... ne seront pas divulgués).

Des actions sont menées dans plusieurs département sur cette question et le SNUDI-FO portent également ces revendications au niveau ministériel.

*  Lire le récit d'une collègue du 35
*  Lire le compte-rendu d'audience du SNUDI-FO 75

Interpro : abrogation de la loi travail, non aux ordonnances Macron, c'est le mandat de Force Ouvrière

Le SNUDI FO 35, avec l'UD FO 35 et la FNEC-FP FO 35 appellera à la grève et à la manifestation le mardi 12 septembre contre les ordonnances Macron, dont l'objectif est de poursuivre et amplifier l'entreprise de démolition des droits collectifs des salariés du privé? Nous n'avons aucune illusion : tout le reste suivra : Sécu, retraites, statuts des fonctionnaires !

Dès la fin août, les rencontres intersyndicales vont se tenir au niveau interprofessionnel, et dans le premier degré, à  l'instar de celle du 26 juin dernier, qui avait réuni la CGT, Solidaires, la FSU, et conduit au rassemblement unitaire du 28 juin Place de la République à Rennes

Partout, les appels, les prises de position réaffirmant les revendications, notamment l'abrogation de la loi travail et par conséquent le rejet des ordonnances, réaffirmant la nécessité de préparer la riposte, nous parviennent : Fédération FO des transports, FEETS FO (équipement, aéroports...), fédération FO de la chimie, FO commerce, UD FO de la région parisienne, UD FO du Puy de Dôme, tract unitaire (CGT, FO, FSU) du Cantal, déclaration du bureau national du SPASEEN FO (administratifs de l'Education Nationale), tract de l'UD FO de l'EureUD FO du Finistère, UD FO du Morbihan (400 militants FO CGT, Solidaires, FSU se sont rassemblés le 27 juin dernier à Lorient)...

Pendant tout l'été, l'UD FO 35 va informer les salariés, déployer les banderoles

" Ni 49.3, ni ordonnances,
maintien des droits collectifs ! "

Ils ne passeront pas !

Informations syndicales

Publié le

" Rentrée scolaire en musique "... Les revendications avant toute chose !

*  Lire le communiqué de la FNEC-FP FO

Rythmes scolaires : pour revenir à un cadre national, 4 jours par semaine sur 36 semaine pour tous

Alors que la grande majorité des enseignants souhaitent revenir à 4 jours et que les prises de positions d'écoles se multiplient partout en France en faveur du retour à un cadre national de 4 jours sur 36 semaines, alors que l'exigence d'un cadre national, et le refus de la territorialisation de l'école est quasi-unanime, le SNUDI FO 35 appelle les enseignants à se réunir et à prendre position :

    pour le retour sur tout le territoire national à la semaine de 4 jours d'enseignement sur la base de 24 heures hebdomadaires sur 36 semaines annuelles ;

    contre toute remise en cause du calendrier scolaire national fixant les congés et vacances scolaires ;

    pour la séparation du scolaire et du périscolaire, contre les ingérences municipales dans l'école, pour en finir avec les PEdT.


*  Signer et faire signer la prise de position « 4 jours pour tous sur 36 semaines »
*  Signer la pétition en ligne " Rythmes scolaires : 4 jours par semaine sur 36 semaines pour tous ! "
*  Lire le communiqué FNEC-FP FO - FSPS FO (territoriaux)

CP dédoublés : non aux remises en cause statutaires et à la dégradation des conditions de travail

Le dispositif de dédoublement des CP en REP+, non préparé et imposé dans la précipitation, entraîne dans la quasi-totalité des départements la mise en œuvre de dispositions aussi aberrantes que non réglementaires :

●    appel à candidatures avec commission d'entretien, le tout assorti de l'obligation de renoncer au droit à temps partiel, de la nomination avec lettre de mission et de la vérification de la compétence à enseigner en CP (sic);
●    pressions exercées sur les PE pour qu'ils renoncent à leur affectation sur les postes PDQMC dûment prononcée en CAPD ;
●    missions de postes PDQMC modifiées sans autre forme de procès ;
●    utilisation de simples paravents pour séparer physiquement les élèves (sic) ;
●    ponction de postes pris sur la dotation départementale initiale (postes classe, brigades, postes E).

Le SNUDI-FO s'adresse au ministre pour que :

●    des consignes précises soient adressées aux autorités académiques pour leur rappeler la réglementation et son nécessaire respect en toute circonstance. Les CTSD et les CDEN doivent être convoqués.
●    soit fait appel immédiatement à la liste complémentaire, seule à même de garantir que ce dispositif ne soit pas le moyen de déroger aux garanties statutaires et de dégrader davantage les conditions de travail des PE.

Le 4 juillet prochain, l'IA 35 met en place un CTSD carte scolaire extraordinaire pour mettre en place la mesure en Ille-et-Vilaine, ce qui va dans le sens des exigences de Force Ouvrière. Dans ce cadre, la position de FO sera celle évoquée plus haut : pas question de refaire le mouvement, ni la carte scolaire : la mesure doit être entièrement financée, le rectorat doit recruter à hauteur des besoins !

*  Lire le communiqué du SNUDI-FO

Loi travail : ni 49.3, ni ordonnance, maintien des droits collectifs !

Rassemblement intersyndical
FO-CGT-Solidaires-FSU

mercredi 28 juin à 12h30
Place de la République à Rennes

M. Macron projette de pulvériser le Code du travail en légiférant par « ordonnances » :

●    abrogation de la plus grande part du Code du Travail et des Conventions collectives au profit d'accords d'entreprises (sur les salaires et classifications, les congés payés, les conditions de travail, la sécurité au travail...) ;
●    instauration du « referendum » à l'initiative des employeurs pour leur permettre d'imposer leurs mesures ;
●    fusions et réductions des institutions représentatives du Personnel ;
●    plafonnement des dommages et intérêts accordés par les prud'hommes en cas de licenciement abusif.

Mais, après le Code du travail, M. Macron a prévu de s'attaquer à la Fonction publique, à l'Assurance Chômage, à la Sécurité sociale, aux régimes de retraite... :

●    suppression de 120 000 emplois de fonctionnaires (lors du CTM du 21 juin le ministère a cru bon de rassurer les syndicats en indiquant qu'il y aurait moins de 20 000 suppressions de postes dans l’Éducation nationale) ;
●    destruction du statut de la fonction publique et du code des pensions civiles et militaires ;
●    généralisation du salaire au mérite chez les fonctionnaires ;
●    amplification de la territorialisation de l'école ;
●    basculement des cotisations sociales vers la TVA et la CSG ;
●    baisse considérable des pensions de retraite avec l'instauration d'un « régime par points » ;
●    …

Empêcher les ordonnances aujourd'hui, c'est interdire la mise en œuvre de la casse sociale prévue par Macron demain.

*  Lire le tract de l'Union Départementale FO d'Ille--et-Vilaine
*  Lire la déclaration intersyndicale 

Informations syndicales

Publié le

" Rentrée scolaire en musique "... Les revendications avant toute chose !

*  Lire le communiqué de la FNEC-FP FO

Rythmes scolaires : pour revenir à un cadre national, 4 jours par semaine sur 36 semaine pour tous

Alors que la grande majorité des enseignants souhaitent revenir à 4 jours et que les prises de positions d'écoles se multiplient partout en France en faveur du retour à un cadre national de 4 jours sur 36 semaines, alors que l'exigence d'un cadre national, et le refus de la territorialisation de l'école est quasi-unanime, le SNUDI FO 35 appelle les enseignants à se réunir et à prendre position :

    pour le retour sur tout le territoire national à la semaine de 4 jours d'enseignement sur la base de 24 heures hebdomadaires sur 36 semaines annuelles ;

    contre toute remise en cause du calendrier scolaire national fixant les congés et vacances scolaires ;

    pour la séparation du scolaire et du périscolaire, contre les ingérences municipales dans l'école, pour en finir avec les PEdT.


*  Signer et faire signer la prise de position « 4 jours pour tous sur 36 semaines »
*  Signer la pétition en ligne " Rythmes scolaires : 4 jours par semaine sur 36 semaines pour tous ! "
*  Lire le communiqué FNEC-FP FO - FSPS FO (territoriaux)

CP dédoublés : non aux remises en cause statutaires et à la dégradation des conditions de travail

Le dispositif de dédoublement des CP en REP+, non préparé et imposé dans la précipitation, entraîne dans la quasi-totalité des départements la mise en œuvre de dispositions aussi aberrantes que non réglementaires :

●    appel à candidatures avec commission d'entretien, le tout assorti de l'obligation de renoncer au droit à temps partiel, de la nomination avec lettre de mission et de la vérification de la compétence à enseigner en CP (sic);
●    pressions exercées sur les PE pour qu'ils renoncent à leur affectation sur les postes PDQMC dûment prononcée en CAPD ;
●    missions de postes PDQMC modifiées sans autre forme de procès ;
●    utilisation de simples paravents pour séparer physiquement les élèves (sic) ;
●    ponction de postes pris sur la dotation départementale initiale (postes classe, brigades, postes E).

Le SNUDI-FO s'adresse au ministre pour que :

●    des consignes précises soient adressées aux autorités académiques pour leur rappeler la réglementation et son nécessaire respect en toute circonstance. Les CTSD et les CDEN doivent être convoqués.
●    soit fait appel immédiatement à la liste complémentaire, seule à même de garantir que ce dispositif ne soit pas le moyen de déroger aux garanties statutaires et de dégrader davantage les conditions de travail des PE.

Le 4 juillet prochain, l'IA 35 met en place un CTSD carte scolaire extraordinaire pour mettre en place la mesure en Ille-et-Vilaine, ce qui va dans le sens des exigences de Force Ouvrière. Dans ce cadre, la position de FO sera celle évoquée plus haut : pas question de refaire le mouvement, ni la carte scolaire : la mesure doit être entièrement financée, le rectorat doit recruter à hauteur des besoins !

*  Lire le communiqué du SNUDI-FO

Loi travail : ni 49.3, ni ordonnance, maintien des droits collectifs !

Rassemblement intersyndical
FO-CGT-Solidaires-FSU

mercredi 28 juin à 12h30
Place de la République à Rennes

M. Macron projette de pulvériser le Code du travail en légiférant par « ordonnances » :

●    abrogation de la plus grande part du Code du Travail et des Conventions collectives au profit d'accords d'entreprises (sur les salaires et classifications, les congés payés, les conditions de travail, la sécurité au travail...) ;
●    instauration du « referendum » à l'initiative des employeurs pour leur permettre d'imposer leurs mesures ;
●    fusions et réductions des institutions représentatives du Personnel ;
●    plafonnement des dommages et intérêts accordés par les prud'hommes en cas de licenciement abusif.

Mais, après le Code du travail, M. Macron a prévu de s'attaquer à la Fonction publique, à l'Assurance Chômage, à la Sécurité sociale, aux régimes de retraite... :

●    suppression de 120 000 emplois de fonctionnaires (lors du CTM du 21 juin le ministère a cru bon de rassurer les syndicats en indiquant qu'il y aurait moins de 20 000 suppressions de postes dans l’Éducation nationale) ;
●    destruction du statut de la fonction publique et du code des pensions civiles et militaires ;
●    généralisation du salaire au mérite chez les fonctionnaires ;
●    amplification de la territorialisation de l'école ;
●    basculement des cotisations sociales vers la TVA et la CSG ;
●    baisse considérable des pensions de retraite avec l'instauration d'un « régime par points » ;
●    …

Empêcher les ordonnances aujourd'hui, c'est interdire la mise en œuvre de la casse sociale prévue par Macron demain.

*  Lire le tract de l'Union Départementale FO d'Ille--et-Vilaine
*  Lire la déclaration intersyndicale 

Informations syndicales

Publié le

Réunions d'information syndicale

Rythmes scolaires, carte scolaire, obligations de service, évaluation, inclusion... participez aux réunions d'information syndicale du SNUDI FO 35.

Mardi 20 juin 2017 à 17h30
Mercredi 21 juin 2017 à 15h00


dans les locaux du SNUDI FO 35
35 rue d’Échange à Rennes (métro Sainte Anne)

Températures caniculaires

Des classes à 15° l’hiver et 35° au mois de juin…

Contactez le SNUDI-FO si vous constatez des températures supérieures à 30°C afin qu’il demande au DASEN de prendre en urgence des mesures pour maintenir des températures normales dans les classes et si nécessaire de fermer les écoles.

Quelle est la réglementation en la matière :

L'article R4222-1 du Code du Travail stipule qu'il faut «éviter les élévations exagérées de température»

L'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) considère « qu'au-delà de 30°C pour une activité sédentaire, et 28°C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés » et donc à plus forte raison pour des enfants.

Ce qu’il faut faire :

L’administration a envoyé dans les écoles une note du ministère pour prévenir les effets de la canicule.

Lire la note ministérielle

Ces consignes, qui relèvent du bon sens (boire, adapter le rythme du travail, temps de pause…), ne permettent pas de faire face aux situations d'urgence.

L’employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité et la santé des salariés. Si les conditions ne sont pas réunies, l’école doit fermer.

Le SNUDI-FO invite toutes les équipes confrontées à des températures « insupportables » :

- à faire un SIGNALEMENT journalier sur le Registre Santé et Sécurité au Travail avec un relevé des températures des salles de classe. Transmettre votre fiche à l’IEN avec copie à la Mairie et au SNUDI-FO 35 (RSST à télécharger),

- à saisir le médecin scolaire pour faire consigner les cas de malaise des élèves et des personnels,

- à aller voir votre médecin si besoin qui établira un certificat initial d’accident du travail (contacter le syndicat pour la démarche),

- à informer les parents d’élèves de la situation qui peuvent également saisir la Direction académique et les services de la Mairie.

Pensez à transmettre un double des fiches RSST au syndicat pour vos représentants FO au Comité Hygiène, Sécurité et des Conditions de Travail Départemental (CHSCT).

Rythmes scolaires : pour revenir à cadre national, 4 jours par semaine sur 36 semaine pour tous !

Signer et faire signer la prise de position « 4 jours pour tous sur 36 semaines »
Signer la pétition en ligne " Rythmes scolaires : 4 jours par semaine sur 36 semaines pour tous ! "
Lire le communiqué FNEC-FP FO - FSPS FO (territoriaux)

Loi travail : ni 49.3, ni ordonnance, maintien des droits collectifs

Rassemblement
mercredi 28 juin à 13 h

Place de la République à Rennes

Le 28 juin en effet, le conseil des ministres étudiera la loi d'habilitation à légiférer par ordonnances sur le droit du travail. Le dispositif Macron de destruction de nos derniers droits collectifs commence donc ce jour-là.
Dans le même temps, le ministre de l'action et des Comptes publics (tout un programme rien que dans cet intitulé) commence l'offensive contre les fonctionnaires en poursuivant le démantèlement de l'action sociale (voir ci-dessous). Ne nous faisons aucune illusion, faute de résistance organisée, les attaques contre nos statuts et les garanties collectives qui y sont attachées vont s'amplifier dans des proportions considérables. Aujourd'hui le code du travail, demain le statut général de la Fonction Publique et les statuts particuliers de corps !

Lire l'appel des syndicats FO d'Ille et Vilaine

Fonction publique : prélude au démantèlement de l'action sociale ?

Sans attendre que le nouveau gouvernement soit stabilisé par le résultat définitif du deuxième tour des élections législatives, Bercy anticipe  sur la politique agressive qui devrait être menée à l'égard de la fonction publique. (...)

Lire le communiqué de presse intersyndical