Rentrée 2016 sous tension

Publié le

Cette tension, de nombreuses écoles du département la vivent malheureusement très concrètement.

Lors de la préparation de la carte scolaire, l'IA avait fait le choix de prononcer un maximum de mesures à titre définitif, avec une prévision a minima, en utilisant une grande part de la dotation pour abonder ou créer des dispositifs territorialisés (plus de maîtres que de classes, scolarisation des moins de trois ans), au détriment des ouvertures de classes.

Le résultat à cette rentrée, c'est un nombre important d'ajustements, qui conduit l'IA a annuler des ouvertures "définitives", à procéder à de nouveaux retraits d'emplois (11 mesures proposées, 8 appliquées après intervention des représentants des personnels), avec comme conséquence le changement d'affectation de collègues nommés à titre définitif, pratique qui n'avait pas cours dans le département.

La progression démographique sera cette fois encore plus forte que prévue,  la dotation du département est nettement insuffisante pour répondre aux nombreuses situations "tendues". Des classes à multiples niveaux à plus de 27 élèves sont monnaies courantes. Des moyennes de 29 et plus par classes en maternelles "ne sont pas choquantes" pour l'IA. Dans certains secteurs, c'est l'existence de l'école publique, seule école de la République qui est en jeu ! A chaque demande d'ouverture est opposée une menace de fermeture, l'IA n'a pu que "parer au plus pressé", selon ses propres mots.

Dans ces conditions, le SNUDI FO a voté contre la carte scolaire de l'IA : dotation insuffisante, dégradation continue des conditions de travail, nouvelles obligations (inclusion scolaire, rythmes scolaires), le SNUDI FO revendique une véritable baisse des effectifs par classe : aucune classe avec plus de 25 élèves. Le SNUDI FO n'accepte plus les sourires condescendants des autorités administratives qui considèrent qu'une classe, hors éducation prioritaire, à moins de 25 élèves, c'est du luxe !

Le SNUDI FO 35 appelle à faire remonter toutes les situations, tous les manques, à préparer dès aujourd'hui la rentrée 2017, à continuer d'exiger les moyens nécessaires au bon accueil de tous les élèves cette année.

Loi travail : on ne lâche rien !

Publié le

Un seul mot d'ordre, l'abrogation !

grève et manifestations
jeudi 15 septembre 2016
à l'appel de la CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, FIDL
11 heures, Esplanade Charles de Gaulle à Rennes
Fougères, Saint Malo, Vitré et Redon, selon les modalités définies localement

Un mot d'ordre de grève a été déposé par la FNEC FP FO, au niveau national et dans le département. La déclaration préalable de grève (en lien suivant) est à adresser aux IEN avant lundi 12 septembre minuit.

Informations syndicales

Publié le

Loi "Travail" : l'intersyndicale ne lâchera pas !
Un seul mot d'ordre : retrait du texte !

La mobilisation d'hier l'a encore démontré. Un 28 juin, des milliers de manifestants ont exprimé leur détermination à obtenir le retrait du projet de loi "Travail". L'intersyndicale départementale CGT-FO-Solidaires, comme dans tous les départements, a déposé à la préfecture les votations contre la loi "Travail" et réaffirmé ses revendications.

L'intersyndicale se réunira demain à 11 heures pour décider des modalités de l'action de mardi prochain.

CAPD du jeudi 7 juillet

Cette CAPD étudiera notamment la phase d'ajustement du mouvement, qui sera basée sur les vœux formulés lors de la 1ère phase. Vous pouvez nous adresser votre liste de vœux, ainsi que la fiche de suivi, que vous trouverez en lien suivant.

Comité de suivi rythmes scolaires, vendredi 8 juillet

Le SNUDI FO 35 participera à ce comité de suivi, afin d'y faire remonter les doléances des personnels. Ingérences des collectivités locales, organisation du temps scolaire contraint par les exigences du périscolaire, disparités territoriales, fatigue accrue, ces aspects sont bien connus et se retrouvent plus ou moins partout. La réforme des rythmes scolaires a également un impact négatif sur la gestion des personnels : remise en cause de la règlementation sur les temps partiels, avec des conséquences financières parfois importantes, service des titulaires remplaçants, des TRS.

Dans le même temps, les conditions de travail n'ont cessé de se dégrader : toujours plus d'exigences, nécessitant toujours plus de réunions, sans aucune amélioration des taux d'encadrement, des remplacements. La formation continue est exsangue et ce qui reste des RASED ne peut suffire à la tâche énorme de la nécessaire prise en charge des élèves en difficultés.

Par ailleurs, un rapport de l'Inspection Générale de l’Éducation  Nationale, qui vient d'être publié, dresse un constat plus que mitigé des effets de la réforme sur les apprentissages. La propagande ministérielle n'y pourra rien : l'argument pédagogique, comme celui du respect des rythmes de l'enfant, n'a jamais été qu'un prétexte pour territorialiser l'école, transférer aux collectivités locales une partie des responsabilités de l'Etat, en généralisant les PEdT.

Progressivement, des écoles de territoires se substituent à l'Ecole Républicaine. La ministre s'attaque maintenant au statut des enseignants, prépare l'individualisation des carrières et des rémunérations, la définition locale du calendrier scolaire.

Le SNUDI FO 35 ne s'y résout pas. Il entend porter les revendications, et continuer d'exiger l'abrogation des décrets Hamon-Peillon, le rétablissement d'un cadre national.

Il invite tous les enseignants à faire remonter, en vue de ce comité de suivi les conséquences concrètes de la réforme des rythmes dans les écoles publiques du département.

ECOLE LAIQUE 35, n°127

En lien suivant le n°127 du journal du SNUDI FO 35, ECOLE LAIQUE 35, avec au sommaire :
P. 1 : EDITO
P. 2 : Loi «  Travail », EREA
P. 3 et 4 : La mystification de la revalorisations PPCR
P. 5 et 6 : Indemnités, obligations de service
P. 6 : Syndicalisation

Informations syndicales

Publié le

Retrait du projet de loi " Travail "

Partout en France, la participation aux manifestations pour le retrait du projet de loi El Khomri (3 000 à Rennes, 60 000 à Paris), montre que la mobilisation et la détermination des salarié-es, des jeunes, des retraité-es... avec leurs organisations, ne faiblissent pas.

Si le gouvernement ne retire pas son texte, l'intersyndicale appelle d'ores et déjà à la grève et à la manifestation le mardi 28 juin 2016.

A l'appel de l'intersyndicale FO, CGT, FSU, Solidaires, UNEF

Grève et manifestation
mardi 28 juin 2016

Rassemblement 11 h 00
Esplanade Charles de Gaulle à Rennes
Place de Bretagne


Dépôt des votations citoyennes à la préfecture de Beauregard
Audience sera demandée au Préfet

Lire le communiqué du 24 juin des confédérations

Entraves à l'exercice du droit de grève dans le 1er degré : l'intersyndicale SNUDI FO, SNUipp FSU, SUD Education, CGT Educ'action, STE-CNT reçue hier soir par l'inspecteur d'académie.

Suite à de nombreuses difficultés rencontrées par des collègues pour exercer leur droit de grève, notamment pour la journée du 19 mai, l'intersyndicale avait interpelé l'IA pour lui demander de faire passer des consignes auprès des IEN afin qu'il soit fait preuve de la plus grande souplesse dans le respect des délais d'envoi des déclarations préalables.

L'intersyndicale a rappelé que les organisations qui la composent ont toujours considéré la loi de 2008 instaurant un service minimum d'accueil dans les écoles comme une loi anti-grève, dont elles demandent l'abrogation. Elle a rappelé le contexte particulier de la mobilisation contre la loi travail, avec des préavis de grève courant jusqu'au 5 juillet, avec des appels à la grève annoncés de semaine en semaine, et de l'impossibilité d'appliquer strictement la loi de 2008. dans bien des cas, d'ailleurs, les municipalités, non informées ne mettent pas en place de SMA, ce qui rend théoriquement caduques la déclaration préalable;

L'IA n'a pas fui ses responsabilités et admis qu'il y avait eu des "cafouillages". Il a donné des consignes de souplesse et indiqué qu'il n'y aurait aucune sanction contre des collègues grévistes qui n'auraient pas envoyé strictement dans les délais leur déclaration préalable de grève.

" Revalorisation ", évaluation, IMP, obligations de service : vers l'individualisation des carrières et des rémunérations !

*  Lire le 4 pages " évaluation " de la FNEC FP FO
*  Lire le communiqué de la FNEC FP FO sur les groupes de travail PPCR dans l'Education Nationale
*  Lire le communiqué du SNUDI FO sur la création des Indemnités de Missions Particulières dans le premier degré
*  Lire le compte rendu du GT sur les indemnités des enseignants en ASH

*  Lire le communiqué du SNUDI-FO suite au CTM du 17 juin 2016

EREA : restitution des postes et retrait de la note de la DGRH et de la note du recteur !

*  Lire le communiqué du SNUDI FO relatif au GT ministériel sur les EREA du 16 juin 2016
*  CTA du 13 juin 2016 : extrait de la déclaration de la FNEC FP FO et voeu intersyndical

loi travail : unité pour le retrait

Publié le

Unité et solidarité sans faille
pour le retrait du projet de loi travail

L'Union Départementale Force Ouvrière d'Ille et Vilaine dénonce les propos insupportables du premier ministre stigmatisant les organisations syndicales hostiles à la loi Travail et notamment la CGT. Depuis plus de trois mois les militant-es de la CGT, de FO, de la FSU, de Solidaires, des organisations lycéennes et étudiantes se mobilisent dans l'unité pour le retrait d'un projet de loi dont ne veulent ni les salariés, ni la population dans sa majorité. Ce n'est pas en falsifiant les chiffres des manifestants ou en criminalisant le mouvement social que le gouvernement et le patronat sortiront le pays de l'impasse dans laquelle ils l'ont placé en toute irresponsabilité.

A Paris, pour la manifestation nationale du 14 juin ou à Rennes dans les 16 manifestations intersyndicales, les services d'organisation de la CGT et de FO ont fait preuve d'un grand esprit de responsabilité.

Rien ne nous fera dévier de notre route.
Rien ne nous intimidera.
Rien ne fera taire l'exigence du retrait du projet de loi Travail.
Rien n'entamera notre unité avec la CGT.

*  Lire le communiqué du bureau de l'UD FO d'Ille et Vilaine du 15 juin 2016

Plus déterminés que jamais, après le 14 juin,
on continue, jusqu'au retrait du projet de loi !

Le SNUDI FO 35 a manifesté à Paris le 14 juin, avec les militants de l'UD FO 35, de l'UD CGT 35, de Solidaires, de la FSU, les militants des organisations opposées à la loi travail, syndiqué-es ou non. Ce sont 10 cars qui ont été affrétés au départ de Rennes et de Saint Malo, sans compter les camarades qui se sont rendus à Paris par leurs propres moyens.

Plus de 6 heures de défilé (les cortèges parisiens démarraient de la Place d'Italie à 18 heures, au moment où nous retrouvions nos cars pour le voyage de retour), sur un parcours de 4 kilomètres.

Dans plusieurs villes, dont Rennes, les manifestations ont rassemblé des milliers de manifestants contre la loi "travail". La mobilisation et la détermination des salarié-es, des retraité-es, des précaires, des jeunes... restent entières. Le projet de loi "travail" réunit contre lui l'immense majorité des salarié-es, des citoyen-nes, des élu-es. Partout en Europe, les projets similaires rencontrent la même opposition.

Aujourd'hui le gouvernement est isolé comme jamais. Pourtant il reste sourd aux revendications, sourd aux aspirations des salarié-es et de la jeunesse pour le progrès social. A la mobilisation il n'a à opposer que les menaces, les postures poujadistes, les mensonges, les manipulations sordides, complaisamment relayées par certains médias aux ordres.

*  En lien suivant, le témoignage d'un parent de l'hôpital Necker

L'intersyndicale nationale CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, FIDL appelle d'ores et déjà à la grève les 23 et 28 juin prochains. L'intersyndicale départementale se réunira lundi matin à la CGT. Le SNUDI FO 35 appelle tous les personnels du premier degré à rejoindre la grève interprofessionnelle pour le retrait de la loi "travail" (un préavis de grève reconductible couvre tous les personnels jusqu'au 4 juillet). Il invite tous les personnels à se réunir dans les écoles et à prendre position (motions, votation citoyenne...) et à faire remonter ces prises de position aux organisations syndicales, à se joindre aux manifestations, diffusions de tracts, piquets de grève... à soutenir financièrement les grévistes en abondant les fonds de grève mis en place par les organisations syndicales.

*  En lien suivant, le communiqué intersyndical du 15 juin 2016

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>