Retrait du projet de loi El Khomri

Publié le

Mardi 14 juin 2016,
grève et manifestation nationale à Paris

Départs des cars :

Rennes, 6h30 piscine de Bréquigny. Un arrêt est prévu à La Gravelle pour les camarades du secteur de Vitré.

Saint Malo : 6h, devant l'aquarium.

Pour ceux qui ne peuvent pas monter à Paris, une manifestation est prévue à Rennes, 11h30, Esplanade Charles de Gaulle.

Revalorisation des enseignants :
des annonces aux réalités

La ministre, à grand renfort de communication a annoncé la revalorisation des enseignants, en application de l'accord PPCR, que FO, CGT et Solidaires n'ont pas signé.

Les annonces de la ministre ne modifient en rien notre analyse  de cet accord qui remet en cause nos statuts, ne répond pas aux revendications et vise à accompagner les fusions et les restructurations induites par la réforme territoriale, qui entraîneront suppressions de postes et mobilités forcées.

En lien suivant, l'analyse de la FNEC FP FO.

Globalement, que propose la ministre ?

-  une revalorisation largement autofinancée par les personnels eux-mêmes, notamment par l'augmentation du prélèvement pour pension civile, et la conversion d'une partie de l'indemnitaire en indiciaire (ce qui est une bonne chose en soi, mais ne joue pas sur l'augmentation du net),
-  un allongement des carrières en moyenne,
-  la création d'une classe exceptionnelle, réservée à 10% de l'ensemble des effectifs, qui ne vise pas à revaloriser les enseignants, mais à créer un grade fonctionnel (GRAF), une sorte de hiérarchie intermédiaire liée à l'exercice de certaines fonctions,
-  une réforme de l'évaluation qui ressemble fort au décret Châtel, rejeté par tous les syndicats sauf la CFDT, et que Vincent PEILLON avait dû abroger à sa prise de fonction.

Enfin, la ministre oublie totalement les personnels administratifs, les contractuels, de plus en plus nombreux et semble globalement considérer que " l'engagement " d'un enseignant passe nécessairement par l'exercice de fonctions particulières.

Pour la FNEC FP FO, une véritable revalorisation c'est :

-  8% d'augmentation de la valeur du point d'indice pour tous (rattrapage des pertes de pouvoir d'achat depuis 2010),
-  attribution de 50 points d'indice supplémentaires sur toute la grille,
-  non à l'individualisation des rémunérations et des carrières, maintien des statuts.

EREA : maintien des postes, retrait de la note de la DGRH, retrait de la note du recteur

Les personnels des EREA sont mobilisés depuis des semaines pour leurs postes et leurs missions. Ils se battent contre une note de la DGRH qui enjoint les recteurs de transférer les surveillances de nuits à des ASEN en lieu et place des enseignants éducateurs d'internat, professeurs des écoles spécialisés.

Grève reconductible, rassemblements, audience, y compris au ministère le 1er juin, diffusions de tracts, les personnels ne lâchent pas.

Une pétition a été mise en ligne. Le SNUDI FO 35 invite tous les personnels à la signer, car au-delà des postes, c'est l'avenir des EREA qui est en jeu. C'est même de l'avenir du statut de PE qu'il s'agit, puisque le recteur dans sa note de cadrage, c'est une première, crée du droit local : il redéfinit, pour l'académie de Rennes, les obligations de service et les missions des PE éducateurs d'internat. Il renvoie au chef d’établissement la définition des objectifs d'apprentissage et place l’accomplissement des missions dans le cadre de 1607 heures annuelles de travail, ce qui exclut de fait nos collègues du statut des professeurs des écoles.

Ci-dessous, le lien vers la pétition revendiquant le rétablissement des postes et le retrait de la note de la DGRH :

https://www.change.org/p/ministre-de-l-education-nationale-ereas-en-danger...

En liens suivants, la note du recteurl'avis adopté par la FNEC FP FO et la FSU au CHS CT ministériel du 30 mai 2016.

manifestation nationale 14 juin

Publié le

Mardi 14 juin 2016
grève et manifestation nationale à Paris
pour le retrait du projet de loi travail

Cars au départ de Rennes (Départ 6h30 Piscine de Bréquigny)
Saint Malo, Fougères, Redon (définis localement)

Inscription auprès du SNUDI FO 35 : mail ou tél. (02 99 65 36 63 ou 06 43 03 93 67)

La détermination pour le retrait du projet de loi travail reste intacte. L'intersyndicale nationale CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, FIDL le rappelle danbs un communiqué du 2 juin. Elle appelle à amplifier la mobilisation par la tenue d'assemblées générales dans les administrations, dans les entreprises, à décider la grève.

Elle appelle à la grève et à une manifestation nationale à Paris le 14 juin 2016.

Pour l'intersyndicale départementale CGT, FO, Solidaires, FSU, UNL, la réussite de la manifestation nationale est primordiale.

Le soir du 14 juin, si le gouvernement reste sourd, il faudra discuter des suites, et en particulier de la poursuite de la grève, jusqu'au retrait du projet de loi.

Rappel : réunion d'information syndicale " loi travail " demain soir, mardi 7 juin à 17h00, école du Colombier à Rennes, organisée par Sud Education, SNUDI FO, CGT Educ'action, STE-CNT.

Jeudi 9 juin 2016, diffusion de tracts, 8h00 - 12h00 à La Poterie à Rennes, puis manifestation vers l'esplanade Charles de Gaulle.

Une interpellation par l'intersyndicale du Préfet, par rapport aux violences du jeudi 2 juin, à Rennes, et au collège Surcouf à Saint Malo, est prévue devant l'hôtel de police, boulevard de la TA.

Déclarations préalable de grève :
jusqu'à ce soir minuit pour le jeudi 9 juin,
jusqu'à samedi minuit pour le 14 juin.

retrait de la loi travail

Publié le

Grève et manifestation
jeudi 2 juin
pour le retrait du projet de loi " travai "

à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU

Rassemblement
Zone d'activité Atalante-Longchamps
RDV 8h parking centre commercial
diffusion de tract

manifestation 12 h en direction de la préfecture

La loi " travail ", c'est l'inversion de la hiérarchie des normes, c'est à dire la possibilité de déroger, par des accords d'entreprise, à la loi, aux accords de branches, aux conventions collectives nationales, et ce de manière défavorable aux salariés (ce qui n'est pas possible dans le droit du travail actuel). c'est aussi les licenciements facilités, la flexibilité accrue du temps de travail, la baisse des rémunérations.

Cette logique s'appliquera, s'applique déjà à la fonction publique : mobilités forcées, individualisation des rémunérations (indemnités en fonction des résultats), territorialisation. Les collègues des internats, des EREA de Rennes et de Redon l'ont bien compris. Ils sont en grève reconductible pour obtenir le retrait d'une note ministérielle et de la note du recteur qui la décline dans le département : celle-ci remet en cause ni plus ni moins leur statut de Professeur des écoles en fixant des missions et obligations de service en dehors de toute règlementation nationale. Les missions et les objectifs d'apprentissages seront fixées par le chef d'établissement et s'effectueront dans un cadre de 1607 heures de travail par an.

Ce que le recteur met en place pour les PE éducateurs en EREA, c'est ce qui attend tous les enseignants. les projets d'établissements, les projets éducatifs territoriaux se substitueront aux programmes nationaux;

C'est pourquoi le SNUDI FO 35 se joint à l'appel de l'intersyndicale FO, CGT, Solidaires, FSU à la grève et à la manifestation jeudi 2 juin 2016.

Adressez jusqu'à ce soir minuit votre déclaration préalable de grève à votre IEN.

EREA mobilisés

Publié le

Mobilisation des EREA :
retrait de la note de la DGRH, de la note du recteur

Rétablissement des postes statutaires,
des services de nuit,

défense de la structure EREA

Rassemblement
au rectorat de Rennes
Mercredi 25 mai 2016 à 15 heures

Dans une note de service interne du 14 octobre 2015, la DGRH du ministère demande aux recteurs et IA-DASEN de confier les fonctions d'Enseignants Educateurs en Internat (EEI) à des Assistants d'Education (AED) précaires notamment pour le service de nuit en lieu et place des PE fonctionnaires d'Etat.

Mobilisés de puis plusieurs semaines, les personnels des EREA du département, comme des EREA de nombreux autres départements, se battent pour leurs postes, leurs missions, et plus globalement pour défendre l'avenir de ces établissements.

En effet, début 2016, le DASEN d'Ille et Vilaine a annoncé, en application de la note de la DGRH, la suppression de 2 postes d'enseignants éducateurs dans chacun des EREA du département (Rennes et Redon), la fin de la surveillance des nuits, qui seraient désormais assurées par des AED (contractuels), et la redéfinition des missions et des obligations de service.

Une note de cadrage du recteur vient d'être adressée aux personnels : elle concentre toutes les attaques contre les statuts qui attendent tous les professeurs des écoles si on laisse faire ce mauvais coup.

-  Le recteur crée du droit : il modifie, sans aucune base règlementaire, les obligations de service des fonctionnaires d'Etat que sont les PE éducateurs en EREA.
-  La note prévoit que les objectifs d'apprentissage des interventions en classe soient fixés par le chef d'établissement. 
-  La note prévoit que les activités d'accompagnement éducatif " ont vocation à s'exercer durant l'année scolaire, dans le cadre applicable à l'ensemble des fonctionnaires(...) (1607 heures de travail par an). "

C'est la fin du cadre national. Le local l'emporte sur la loi, sur les ORS définies par décrets, imposant dégradation des conditions de travail, augmentation du temps de travail, le recrutement local de contractuels précaires en lieu et place de professeurs des écoles spécialisés. C'est la logique de territorialisation de l'école de la loi de refondation, c'est la logique de la loi " travail ".

Dans un communiqué de presse, les collègues de Redon dénoncent également les conséquences pour les élèves

" (...) une telle réorganisation du travail aura des conséquences désastreuses sur le travail éducatif et pédagogique, ainsi que sur la sécurité et le bien-être des élèves à profils très spécifiques pris en charge par notre établissement :
- Une offre éducative moins variée
- Un taux d'encadrement plus faible
- Moins de temps consacré au suivi personnalisé et à l'orientation de l'élève

- Multiplicité de référents auprès d'élèves en difficulté qui nécessitent de la stabilité "

Les personnels avec leurs organisations syndicales, dont le SNUDI FO, ont décidé de refuser. Ils seront à nouveau devant le rectorat demain, mercredi 25 mai 2016, à 15 heures. En grève reconductible, les personnels de l'EREA de Redon bloquent l'établissement, et multiplient les actions : rassemblements, communiqués de presse...

Le SNUDI FO 35 appellent tous les personnels à les soutenir, à participer au rassemblement au rectorat.

SNUDI FO et SNUipp appellent à un rassemblement national, au ministère le 1er juin 2016.

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>