Informations syndicales

Publié le

Réforme des retraites : le combat continue

Après l’énorme mobilisation du  mardi 17 décembre qui a rassemblé salariés du privé, du public, jeunes, privés d'emploi et retraités et après avoir reçu les organisations syndicales, le gouvernement maintient sa volonté d'imposer un régime de retraite unique par points, avec un projet de loi sans doute d'ores et déjà écrit puisque devant être transmis au Conseil d’État dès le 22 janvier. Dans le même temps, il confirme la mise en place d'un âge d’équilibre à 64 ans dès 2022 (qui impactera, sans exception, tous les travailleurs nés à partir de 1960).

II n'y a donc aucune évolution essentielle, les seuls espaces de discussions proposés par le gouvernement concerne des dispositions (pénibilité, aménagement des fins de carrière et retraite progressive, emploi des seniors) qui n'ont pas de lien avec la reforme, le gouvernement excluant d’emblée une augmentation de cotisations qui, selon le COR (Conseil d'orientations des retraites), permettrait de maintenir l’équilibre de notre système actuel de retraites.

En conséquence, au-delà des initiatives d'ores et déjà programmées et sans trêve jusqu’à la fin de l'année 2019, l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-FIDL-MNL-Unef-UNL appellent à une nouvelle puissante journée de grève et de manifestations interprofessionnelles et inter générationnelles le jeudi 9 janvier 2020.

Le SNUDI FO 35 appelle tous les collègues à se mobiliser massivement le 9 janvier et à tenir partout, dans les écoles, dans les communes, en lien avec le secondaire et les  salariés du privé, des assemblées générales (comme à Saint-Domineuc), pour discuter de la reconduction de la grève.

AG de secteur Tinténiac/Combourg (ouverte à tous)
mardi 7 janvier,  18h00, école de St Domineuc

Tous en grève et en manifestation à partir du jeudi 9 janvier,
jusqu’au retrait du projet de réforme des retraites

Pensez à envoyer vos déclarations préalables pour toute la période allant du 9 au 19 janvier  avant le lundi 6 janvier minuit (à adresser à l'IEN via la boîte professionnelle).

Lire le communiqué intersyndical national
Lire le communiqué de FO

Réforme des retraites : quand le gouvernement simule...

Le gouvernement vient de livrer la première version de son simulateur de calcul des retraites. En fait de simulateur il s’agit d'une simple présentation de 36 cas !

Si sa vocation était de rassurer les travailleurs, c’est raté.

D’une part parce que les cas présentés montrent clairement qu’en cas de départ à 62 ans tous les salariés du privé vont voir leur pension baisser avec le système par points (sauf le cadre qui finit sa carrière à 11 000 € bruts par mois) et qu’une grande partie d’entre eux va continuer à y perdre même en partant à 64 ans.

D’autre part parce que le “simulateur” affiche clairement les magouilles gouvernementales pour  nous faire croire que sa réforme est une avancée sociale. Il ne présente en effet que des cas biaisés :

   - toutes les carrières « simulées » commencent à 22 ans ;
   - toutes sont sans interruption ;
   - toutes sont favorisées par 10 à 20 ans passés dans le système actuel.

Même avec ces biais hyper favorables, les résultats sont sans appel et confirment ce que ne cesse de dire FO depuis le dévoilement du rapport Delevoye : tout le monde va y perdre.
 Ainsi un smicard né en 1980 perdra environ 20 € s’il part avant 65 ans. Quant aux PE, ils verront leur pension baisser s’ils partent avant 67 ans : d’environ 130 €/mois pour ceux nés en 1980 et  d’environ 200 €/mois  pour ceux nés en 1990 !

Réunion d’information syndicale AESH

 















A l'Union départementale FO (35 rue d'Echange, Rennes)

Aucune convocation n’est nécessaire pour participer à cette RIS. Il suffit de simplement prévenir le chef d’établissement (2nddegré ) ou l’IEN de circonscription (1er degré).

Carte scolaire : la dégradation se poursuit

Dans le 1er degré, nationalement, 440 postes seront créés à la rentrée 2020, contre 2325 en 2019 et 3680 en 2018. Notre académie perdra même 41 postes. L'effondrement des créations de postes va donc engendrer une situation intenable d'autant plus que le ministre annonce le dédoublement des classes de GS en éducation prioritaire et la limitation à 24 élèves maximum en CE1, CP et GS hors éducation prioritaire. Comment, avec aussi peu de postes, ces mesures pourraient-elles se mettre en place sans que cela soit au détriment de tous les autres niveaux, de toutes les autres écoles ? Lors de la mise en place des CP et CE1 a 12 en REP et REP+, cela avait déjà été le cas, alors qu'il y avait plus de postes !

Cette dotation de 440 postes entraînera à la rentrée 2020 :

-  des effectifs plus chargés dans la majorité des classes ;
-  encore moins de remplaçants ;
-  encore moins de postes et structures adaptés et spécialisés ;
-  des RASED toujours plus restreints.

Enfin, avec ces annonces, le ministre répond déjà négativement à l’une des principales revendications concernant la direction d’école : comment dans cette situation améliorer les quotités de décharge de direction ? Le ministre démontre que le questionnaire envoyé aux directeurs n’était qu'un enfumage... mais nul doute que celui-ci sera utilisé pour tenter de mettre en place le statut de directeur, les regroupements d’écoles et la réduction du nombre de directeurs.

Les personnels n'en peuvent plus de la dégradation continue de leurs conditions de travail. Ils n'en peuvent plus des contre-reformes qu'ils subissent. Ils n'acceptent plus cette situation, comme ils n'acceptent pas la destruction de notre système de retraite et la mise en place d'un régime universel par points. Ils n'acceptent pas le petit jeu du ministre qui leur promet des primes en échange d'une réorganisation de leur temps de travail et donc de la diminution de leurs congé.

Reforme des retraites : pas de trêve jusqu'au retrait !
Imposons un premier recul à ce gouvernement
qui entend tout détruire I

Lire le communiqué du SNUDI FO

Conditions de travail, direction d’école, rythmes scolaires

Le SNUDI FO reçu en audience les 10, 12 et 20 décembre, pendant le combat interprofessionnel contre la réforme des retraites,a porté les revendications des enseignants du premier degré auprès du DASEN et, pour ce qui concerne les rythmes scolaires, la mairie de Rennes.

Lire les compte-rendus d’audiences

Grève et manifestation le jeudi 19 décembre

Publié le


Manifestation jeudi 19 décembre à Rennes à midi
Esplanade Charles de Gaulle.

Nos camarades de Redon annoncent
un rassemblement à 17H au parking de la digue. 

Face aux provocations du 1er ministre et du ministre de l’Education nationale, ce qui est à l’ordre du jour, c’est la grève, sans interruption, jusqu’au retrait !

Publié le

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis le 5 décembre dans la plupart des départements, les personnels de l’Education nationale se réunissent en AG du 1er et du 2nd degrés dans les secteurs, les établissements et les services. Ils y votent la reconduction de la grève pour obtenir le retrait du projet de réforme MACRON-DELEVOYE sur les retraites. Face à cette mobilisation, qu’a répondu le 1er ministre dans son allocution du 11 décembre ?
   - Edouard PHILIPPE a confirmé qu’il voulait remettre en cause le statut général de la Fonction Publique et détruire la règle de calcul sur les 6 derniers mois pour y substituer le calcul sur toute la carrière.
   - Il a confirmé que les enseignants allaient voir leurs pensions baisser, prenant l’engagement qu’il fallait que cette baisse soit « comparable » à celle des autres fonctionnaires.
   - Il a annoncé l’allongement de la durée de cotisations et le report de l’âge de départ à 64 ans...
Concernant les mesures spécifiques aux enseignants, il a évoqué de vagues augmentations de revenus sous condition.
Le ministre Blanquer a précisé qu’il se déclarait prêt à augmenter les rémunérations en créant des primes (non intégrées dans le salaire) à la condition que les syndicats acceptent de «réformer» complètement l’organisation du travail des enseignants, en remettant en cause les congés.
Dans ces conditions, force est de constater que le gouvernement reste insensible à la stratégie des « temps forts ». C’est la raison pour laquelle, FO appelle à la grève unie, sans interruption, jusqu’au retrait, comme le font les salariés de la SNCF et de la RATP.

Assemblées générales partout : décidez la grève et organisez sa généralisation !

Mardi 17 décembre

Manifestations
Rennes,  11h00 Esplanade Charles de Gaulle
St Malo, 10h30 porte St Vincent
Redon, 14h00 place de Bretagne
Vitré, 17h00 place de la Gare
Fougères, 17h30 place Aristide Briand

Autres actions
AG éducation ouverte à tous : 14h30, Rennes 2 (Amphi B8)
AG secteur de Châteaubourg : 16h45, école primaire de Saint Didier
Réunion publique : 18h30, MJC Bréquigny à Rennes
Réunion publique : 18h30, salle des fêtes de Poligné
 Réalisation de banderoles puis manifestation : 17h30,  parvis du lycée à Combourg

* Lire le communiqué de la FNEC-FP FO

Réforme des retraites

Publié le

Grève interprofessionnelle jusqu'au retrait du projet Macron-Delevoye

Manifestations mardi 17 décembre

Rennes,  11h00 Esplanade Charles de Gaulle
St Malo, 10h30 porte St Vincent
Redon, 14h00 place de Bretagne
Vitré, 17h00 place de la Gare
Fougères, 17h30 place Aristide Briand

Déclaration préalable du 17 au 20 décembre à adresser à l'IEN via la boîte professionnelle avant samedi 14 décembre minuit (lire l'article ci-dessous concernant la circulaire envoyée par le DASEN 35)

 

Grève mardi 17 décembre

Publié le

Le DASEN a envoyé aux écoles une circulaire indiquant que la date limite d'envoi des déclarations préalables serait ce soir, vendredi 13 décembre, à minuit.

Ce n'est pas conforme à la réglementation qui prévoit 48 heures dont un jour ouvré (circulaire n° 2008-111 du 26-8-2008) :

" La personne qui participerait à un mouvement de grève sans s'être préalablement déclarée gréviste encourrait une sanction disciplinaire. En revanche, la personne qui aurait fait connaître son intention de participer au mouvement de grève peut librement y renoncer.

Le délai de déclaration préalable de 48 h doit nécessairement comprendre un jour ouvré.

Les jours ouvrés sont les jours travaillés, c'est-à-dire les jours de la semaine pendant lesquels des cours sont assurés dans l'école au sein de laquelle est affecté l'agent, même si l'intéressé n'a aucun service à assurer ce jour-là. En raison de la nouvelle organisation du temps scolaire applicable à compter de la rentrée 2008, les samedis ne peuvent être des jours ouvrés dans les écoles publiques.

En conséquence, la participation à un mouvement de grève débutant un lundi devra faire l'objet d'une déclaration individuelle au plus tard le jeudi soir de la semaine précédente. "

La limite est donc samedi 14 décembre minuit pour la journée de grève de mardi 17 décembre (envoi de la déclaration via la boîte mail académique prenom.nom@ac-rennes.fr) : 48 h avant, avec le lundi comme jour ouvré.

Pour pouvoir être en grève reconductible, pensez à compléter votre déclaration préalable de grève jusqu'au 20 décembre sur le même formulaire à télécharger en lien suivant.