Informations syndicales

Publié le

Rythmes scolaires (1) : retour massif à la semaine de 4 jours dans le département

Lire le compte-rendu du CDEN

Rythmes scolaires (2) : Réunion d'information syndicale à Rennes

mercredi  11 avril 2018, de 9h à 12h*
dans les locaux de FO, 35 rue d'Echange à Rennes (métro Ste Anne)

* Il est possible de ne pas assister à la totalité de la réunion (les retardataires ainsi que celles et ceux qui devront partir plus tôt seront néanmoins les bienvenus).

Chaque collègue peut participer à trois demi-journées d'information syndicale (9h) dans l'année, dont une sur temps de classe, les autres pouvant être imputées aux 108 heures annualisées.

Pour connaître la démarche à adopter pour participer à une RIS et télécharger le courrier à envoyer à votre IEN pour le prévenir de votre participation, cliquez sur le lien suivant : RIS

Pour exiger le retour à un calendrier national de 4 jours par semaine sur 36 semaines, signez et faites signer la pétition du SNUDI-FO (déjà plus de 280 signatures en ligne) :

Télécharger la pétition papier
Signer la pétition en ligne

Mouvement inter et intra départemental

Permutations : la dégradation se poursuit.
Lire le communiqué du SNUDI FO

Indemnité de changement de résidence : un droit méconnu.
Lire la note du SNUDI FO

Ineat-exeat : pour la constitution des dossiers, contactez le SNUDI FO 35.

Mouvement intra départemental : le serveur est ouvert jusqu'au 30 mars, n'attendez pas le dernier moment !
Téléchargez la fiche de suivi du SNUDI FO 35

Toutes les informations administratives en lien suivant (ajout des modifications des horaires des écoles suite au CDEN du 23 mars 2018) :
http://www.ac-rennes.fr/DSDEN35/cid127809/mobilite-des-enseignants-1er-degre-public.html

Direction d'école : la coupe est pleine, les revendications doivent être satisfaites !

Signer la pétition du SNUDI FO

EREA : le ministère poursuit la destruction, les personnels résistent

Au nom de I'école inclusive, le ministère poursuit sa politique de destruction-transformation des EREA.
Les postes de fonctionnaires sont supprimés, transformés pour laisser place à des contractuels (voire à plus d'internat du tout !). Ce saccage des postes et des missions va de pair avec la redéfinition locale et individuelle des missions et obligations de services des enseignants affectés en EREA. Mais a poursuite de ces politiques désastreuses provoque la résistance légitime des personnels avec leurs organisations syndicales dont Force Ouvrière.

Lire le communiqué de la FNEC

Jeudi 22 mars  : 500 000 manifestants pour défendre la fonction publique

Les PE, comme tous les fonctionnaires, ont toutes les raisons de faire grève. Ils l’ont exprimé jeudi 22 mars. Plus de 500 00 d'entre eux ont participé aux manifestations. Dans les écoles, selon les départements, 25% à 35 % des collègues étaient en grève. Au-delà des chiffres, ce qui traversait l'ensemble des manifestations, c'était le mécontentement et même la colère contre les choix du gouvernement. Du ras-le-bol, nous voilà passés à la mobilisation qui sera à n'en pas douter durable.

Lire le communiqué de l'UIAFP-FO
Lire le communiqué de la FNEC FP FO

Fac de droit de Montpellier : soutien aux étudiants agressés

Lire le communiqué de la FNEC FP FO

Informations syndicales

Publié le

Contre la casse de la fonction publique : Grève et manifestation jeudi 22 mars

Après le gel de la valeur du point d’indice, le rétablissement du jour de carence, l’augmentation des retenues pour pension et de la CSG, les suppressions de postes et de 166 000 emplois aidés, le gouvernement met en chantier un nouveau cycle de réformes pour détruire le cadre statutaire jugé « trop rigide » , instaurer d’une « rémunération au mérite », supprimer 120 000 postes au travers notamment d’« un plan de départ volontaire », privatiser les missions de service public (en commençant par la SNCF) et recourir plus largement encore aux contractuels.

C’est maintenant qu’il faut les faire céder !

Le 22 mars, avec tous les fonctionnaires,
tous en grève et en manifestation,

à l’appel des organisations syndicales de la Fonction publique
FO, CGT, CFTC, CGC, FSU, FAFP et Solidaires.

Pour :
► le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
► l’abrogation du jour de carence ;
► l’arrêt des suppressions d’emplois et des créations de poste en fonction des besoins ;
► un plan de titularisation des personnels contractuels ;
► le respect de l’égalité professionnelle ;
► la défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ;
► la préservation du statut général des fonctionnaires, et des statuts particuliers.

RENNES - 10 h 30 - Esplanade Charles de Gaulle
SAINT MALO - 10h30 - Médiathèque
REDON - 17h - Sous-Préfecture
FOUGERES, VITRE selon les modalités définies localement

Pour définir la suite à donner au 22 mars :
Assemblée générale à 14h30
dans les locaux de l'Union Départementale FO
5 rue d'échange, Rennes

Lire l'appel du SNUDI-FO national
Lire le communiqué des organisations syndicales nationales
Lire le communiqué des organisations syndicales d'Ille-et-Vilaine
Télécharger le tract de l'UD FO 35
Faire signer la pétition nationale

Signer la pétition intersyndicale " non au recrutement de contractuels dans le premier degré" :

Télécharger la pétition papier
Signer la pétition en ligne

Carte scolaire

Une nouvelle fois, le CTSD du 22 février s'est résumé à un simulacre de dialogue entre l'administration et les représentants des personnels : comme à l'accoutumée, les situations des écoles sont passées en revue mais, au bout du compte, l'administration ne revoit sa copie qu'à la marge, ne revenant que sur 2 ou 3 situations.

La rentrée 2019 s'annonce donc très difficile : des fermetures de classes, pas d'ouvertures alors que les situations sont très tendues dans de nombreuses écoles, pénurie annoncée de remplaçants et/ou refus des demandes de temps partiels sur  autorisation.

Le temps où les syndicats pouvaient encore influer sur les décisions prises par l'administration via les instances paritaires est révolu. Eviter une fermeture ou obtenir une ouverture ne peut désormais se faire que par la mobilisation et l'action : mobilisation des enseignants et des parents d'élèves, formation d'une délégation d'école (accompagnée par le SNUDI-FO) pour porter les revendications auprès du DASEN.

Les conditions de la rentrée 2018 se préparent maintenant. Le SNUDI-FO appelle donc toutes les écoles dont les situations seront problématiques en septembre prochain et qui refusent de les subir à contacter sans attendre le syndicat afin d'élaborer ensemble un plan d'action.

Lire le compte-rendu du CTSD

Rythmes scolaires

D'après l'Association des maires de France, 80 à 85 % des communes françaises devraient repasser à la semaine de quatre jours.
En Ille-et-Vilaine, même si la situation ne sera vraiment connue que le 23 mars, jour du CDEN, ce qui se profile c'est également un retour massif à la semaine de 4 jours. Seules Rennes et une dizaine de communes (sur les 307 que compte le département) conserverait le rythme des 4,5 jours.
Quand l'écrasante majorité des communes retourne à la semaine des 4 jours, il faut que la mairie de Rennes renonce à s'accrocher, pour des raisons idéologiques et politiques, à une organisation dont personne ne veut.

Pour exiger le retour à un calendrier national de 4 jours par semaine sur 36 semaines, signez et faites signer la pétition du SNUDI-FO (déjà plus de 250 signatures) :

Télécharger la pétition papier
Signer la pétition en ligne

Permutations informatiques : le bug

Du fait d'une erreur de programmation, 12  participants aux permutations informatiques ont vu leur voeu indûment satisfait (et cela au détriment de 12 autres collègues). Le Ministère a donc averti donc tous les candidats du caractère provisoire du résultat des permutations informatiques.
Pour le SNUDI-FO, il ne saurait être question de remettre en cause des résultats déjà publiés : le premier résultat doit être acté et les collègues qui auraient dû obtenir un poste doivent être satisfaits également. Le syndicat va intervenir dans ce sens auprès du Ministère.

Mouvement départemental : ça commence le 16 mars !

Le serveur du mouvement intra départemental sera ouvert du 16 au 30 mars 2018.
Le règlement départemental du mouvement, comprenant la circulaire du DASEN, les fiches techniques, d'informations et de profils de postes, va être adressé aux enseignants du premier degré du département. C'est un document très dense, de nombreuses informations sur les postes, plus ou moins fiables, vont circuler. Pour vous aider à y voir plus clair, le SNUDI FO 35 se tiendra à votre disposition pour répondre à vos questions. N'hésitez pas à nous contacter.

Informations syndicales

Publié le

22 mars 2018 : pour les services publics, les statuts, les postes, les salaires, grève unitaire !

Le gouvernement, après avoir cassé le code du travail, s'attaque aux fonctionnaires. La propagande médiatique n'est pas nouvelle, mais elle connaît une ampleur inédite. Présentés comme des nantis, des privilégiés, des tire-au-flanc (rétablissement du jour de carence), on leur fait porter la responsabilité de toutes les difficultés de l'économie du pays.

Soyons clairs : l'attaque portée contre les fonctionnaires, et plus récemment contre les cheminots, est purement idéologique, comme l'était celle menée contre le code du travail. Le gouvernement Macron-Philippe est engagée dans une vaste opération de privatisation de larges pans des services publics, de même que le financement par la CSG en lieu et place des cotisations de la Sécurité Sociale, prépare en réalité sa privatisation (le produit d'un impôt n'étant pas dédié à un type de dépense, contrairement aux cotisations collectées par la Sécurité Sociale).

Pour Force Ouvrière, le gouvernement s'en prend aux piliers de la République sociale : droits collectifs (code du travail, conventions collectives nationales, statuts, services publics, Sécurité Sociale).

Le 22 mars, c'est l'affaire de tous ! L'UD FO d'Ille et Vilaine appellera à la grève interprofessionnelle, en défense des services publics, pour le maintien et l'amélioration du statut général de la Fonction Publique et des statuts particuliers. Pas de République sans services publics !

Mobilisation unitaire
CFTC - CGC - CGT - FAFP - FO - FSU - Solidaires
 grève et manifestations
jeudi 22 mars 2018

POUR :

  Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
  L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
  Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
  Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
  L’abrogation du jour de carence ;
  La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers.

Lire l'appel interfédéral

Carte scolaire

C'est manifeste, la rentrée 2018 sera très difficile dans nombre d'écoles. La dotation départementale sera essentiellement consacrée au CP et CE1 "100% de réussite" en éducation prioritaire. Le nombre de classes dont les effectifs dépasseront largement les 25 élèves est considérable. Dans le même temps, les exigences institutionnelles, notamment liées à l'inclusion des élèves "à besoins éducatifs particuliers", les carences de remplacements... pèsent lourdement sur les conditions de travail.

La mobilisation des personnels se développe dans tous les départements. Elle ne fait que commencer. Le SNUDI FO 35 a déposé un préavis de grève pour le jeudi 22 février, jour du CTSD.

Continuez de nous tenir informés de l'évolution de vos effectifs, des actions engagées dans les écoles (motions, réunions d'information, demandes d'audience, courriers, blocages...)

Non au recrutement d'enseignants contractuels dans le premier degré

Cette décision de l'IA, inédite dans le département prend une tout autre dimension après les annonces gouvernementales concernant le statut de la fonction publique, sa volonté de recourir plus largement au contrat de droit privé.

Signez et faites signer la pétition intersyndicale FO-CGT-SUD
Signer la pétition en ligne

Rythmes scolaires

Après Marseille, Lille..., c'est au tour de Lyon d'annoncer le retour à la semaine de 4 jours pour les 200 écoles de la ville.  La mairie de Rennes, elle, s'obstine : sans consultation aucune, elle a décidé de maintenir le rythme des 4 jours et demi.

En quelques jours, la pétition en ligne a déjà recueilli près de 200 signatures.

Pour exiger le retour à un calendrier national de 4 jours par semaine sur 36 semaines, signez et faites signer la pétition du SNUDI-FO :

Télécharger la pétition papier
Signer la pétition en ligne

Réforme du bac et des lycées : une machine pour détruire les disciplines, les statuts et les diplômes !

Le 14 février, le ministre Blanquer a présenté son projet de réforme du baccalauréat et du lycée. La réforme du Baccalauréat répond à l’injonction présidentielle : réduire le Bac à 4 épreuves finales et au contrôle continu. Cette réforme forme un tout avec « Plan étudiants » et Parcoursup contenus dans la loi « Orientation et Réussite des Etudiants », votée en première lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat le 15 février.
Ces contre-réformes constituent, en lien avec l’apprentissage, une régression pour les personnels enseignants, d’éducation et d’orientation mais aussi pour les élèves. Or en 2015, la France avait le taux d’étudiants diplômés le plus élevé d’Europe (selon Eurostat). C’est bien le diplôme et la possibilité, pour le futur bachelier, de poursuivre ses études dans la filière de son choix qui sont dans le collimateur.

Lire le 4 pages du SNFOLC

Informations syndicales

Publié le

Carte scolaire : grève et manifestation jeudi 22 février 2018

Lundi 12 février, le SNUDI-FO 35 était reçu à l'IA dans le cadre d'une négociation préalable au dépôt d'un préavis de grève.
Dans le cadre de la préparation de la rentrée 2018, le SNUDI-FO a réaffirmé ses revendications :

  baisse des effectifs dans toutes les classes : pas plus de 25 élèves par classe (pas plus de 20 en éducation prioritaire), non à une école à deux vitesses (filière bilingue),
  création des postes de titulaires remplaçants nécessaires : non au recrutement de contractuels,
  rétablissement de RASED complets,
  création des postes spécialisés nécessaires à la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers,
  développement de la scolarisation des enfants de moins de trois ans dans tout le département,
  amélioration des conditions de travail des directrices et directeurs d'école,
  défense et de promotion de l'école publique, seule école de la République,

et a demandé à l'administration de préciser ses arbitrages en matière de carte scolaire dans le contexte particulier de dédoublement des CP et CE1 en REP et REP+ imposé par le dispositif ministériel "100% réussite".

L'IA a simplement indiqué que la dotation du département serait utilisée pour la mise en œuvre du dispositif des CP et CE1 "100% de réussite".

Le SNUDI-FO 35 dénonce des conditions de préparation de la rentrée 2018, alerte sur la dégradation des conditions de travail qui en découlera.

Il appelle  les personnels du 1er degré à se mobiliser, à se mettre en grève et à manifester : non à  l'inégalité de traitement entre écoles et au sein des écoles, non aux fermetures de classes, oui aux créations de postes statutaires nécessaires et aux ouvertures de classes !

jeudi 22 février (jour du CTSD)
grève et manifestation à 9h devant l'IA

Déclaration d'intention de grève à envoyer à l'IEN lundi 19 février 2018 au plus tard

Lire l'appel du SNUDI-FO 35
Lire le communiqué du SNUDI-FO national
Télécharger la fiche de préparation de la rentrée 2018
Télécharger le modèle de déclaration de grève

Signer la pétition intersyndicale " non au recrutement de contractuels dans le premier degré" :

télécharger la pétition papier
signer la pétition en ligne

jeudi 22 mars : contre la casse de la fonction publique, grève et manifestations

Le 1er février, le Premier Ministre et le Ministre de l’action et des comptes publics ont annoncé toute une série de mesures visant à diminuer le service public, détruire le statut des fonctionnaires, s’attaquer à leur rémunération ainsi qu’à leur emploi :

  remaniement en profondeur du cadre statutaire jugé « trop rigide »,
  remise en cause de l’évolution des carrières par l’instauration d’une « rémunération au mérite »,
  suppression de centaines de milliers de postes de fonctionnaires au travers d’« un plan de départ volontaire »,
  privatisation des missions de service public et recours plus large aux contractuels.

Ces politiques vont venir fortement aggraver une situation où on ne compte déjà plus les services fonctionnant dans des conditions dramatiques, sans les moyens nécessaires, et dans lesquels les conditions de travail sont détériorées comme jamais.

Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en œuvre des orientations de progrès social pour tous, les organisations syndicales CFTC CGC CGT FAFP FO FSU Solidaires, constatant que leurs positions ne sont pas entendues et que leurs propositions ne sont pas prises en compte, appellent tou.te.s les agent.e.s des trois versants de la Fonction publique à une :

Mobilisation unitaire
CFTC – CGC – CGT – FAFP – FO – FSU - Solidaires
grève et manifestations
jeudi 22 mars 2018

POUR :

  Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
  L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
  Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
  Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
  L’abrogation du jour de carence ;
  La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers.

Lire le communiqué de l'intersyndicale CFTC CGC CGT FAFP FO FSU Solidaires
Lire le communiqué de la FNEC FP FO
Lire le communiqué de la FGF FO
Lire le communiqué des services publics et de santé FO

Passage à la hors-classe : un barème simplifié mais des règles qui amplifient l'arbitraire et les différences de rémunération

Lors du groupe de travail ministériel du 5 février ont été présentées les nouvelles règles de passage à la hors-classe, passage prenant en compte l'ancienneté et l'appréciation de la valeur professionnelle. C'est sur ce dernier point que le bât blesse. En effet, le caractère subjectif des critères ainsi que l'impossibilité de réévaluer l'appréciation posent problème : l'appréciation de la "valeur professionnelle" sera en effet figée à un instant T, au milieu de la carrière. C'est cette valeur définitive qui sera prise en compte à chaque campagne de promotion à la hors classe.

Le ministère a de plus reconnu que pendant encore plusieurs années, nombre d'enseignants partiraient en retraite  sans avoir atteint la hors-classe, puisque le nombre de promus n'augmentera pas.

Après la non augmentation de la valeur du point d'indice "promis" pour 2018, c'est la promesse d'un passage à la hors classe pour tous qui se fracasse sur le miroir aux alouettes de PPCR.

Le SNUDI FO est la seule organisation siégeant à la CAPD d'Ille et Vilaine qui n'a pas signé PPCR, accord minoritaire imposé par Manuel VALLS, qui a instauré un système d'évaluation et d'avancement inique et arbitraire. Le SNUDI FO continue d'exiger le retrait de PPCR, l'instauration d'un véritable rythme unique d'avancement garantissant à tous l’accès à l'indice terminal du corps.

Lire le communiqué du SNUDI-FO

Rythmes scolaires

Après Marseille, Lille..., c'est au tour de Lyon d'annoncer le retour à la semaine de 4 jours pour les 200 écoles de la ville.  La mairie de Rennes, elle, s'obstine : sans consultation aucune, elle a décidé de maintenir le rythme des 4 jours et demi.

Pour exiger le retour à un calendrier national de 4 jours par semaine sur 36 semaines, signez et faites signer la pétition du SNUDI-FO :

télécharger la pétition papier
signer la pétition en ligne

Campagne

" Aucun collègue ne doit souffrir au nom de l'inclusion "
Exigeons une scolarisation adaptée
pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
- en classe ordinaire quand c'est possible -
- en classe ou en établissement spécialisé quand c'est nécessaire -

Dans les écoles, à des degrés divers, le constat est identique : loin de l’affichage ministériel de recherche de réussite scolaire pour tous les élèves, l’inclusion scolaire systématique aboutit souvent à une dégradation des conditions d’accueil et d’enseignement non seulement des élèves en situation de handicap et/ou à « besoins particuliers » mais aussi des personnels enseignants et d’éducation.

Dans ces conditions, la FNEC-FP FO estime que le moment est venu de dresser l’état des lieux et organise une conférence sur l'inclusion scolaire le 28 mars.

Parce que, face aux situations d'inclusions problématique, la solution ne peut être trouvée que dans l'action collective, le SNUDI-FO appelle tous les collègues confrontés à des situations d'inclusion problématiques à :

  contacter le syndicat sans tarder afin d'être soutenu et conseillé ;
   remplir le registre « Santé et sécurité au travail » (obligatoirement présent dans chaque école). La marche à suivre est la suivante :
        -  remplir une fiche du registre ;
        -  envoyer un exemplaire de cette fiche à l'IEN ou à l'assistant de prévention santé (directeur associé) et une copie au représentant du SNUDI-FO siégeant au CHS-CT.

Lire le récit d'une situation vécue dans le Val de Marne
Lire le communiqué de la FNEC-FP FO

Informations syndicales

Publié le

Annonces fonction publique : inacceptables !

L'IA-DASEN d'Ille-et-Vilaine a fait le choix de recruter 7 enseignants contractuels dans le premier degré, au lieu de recruter sur la liste complémentaire du concours. La mesure, annoncée comme conjoncturelle, prend une dimension politique beaucoup plus nette depuis les annonces du ministre de l'action et des comptes publics, G. DARMANIN : loin d'être une exception, elle s'inscrit dans un vaste plan de 120 000 suppressions de postes (départs volontaires ou non) et de précarisation de l'emploi public.

Ce qui est en jeu, c'est le statut général de la fonction publique, l'existence des services publics sur l'ensemble du territoire, sans impératif de rentabilité, c'est l'égalité d'accès, gratuitement, des citoyens aux services publics.

Les annonces du gouvernement sont totalement inacceptables !
La seule réponse envisageable, c'est la construction du rapport de force !

Non aux suppressions de postes !
Non à la précarisation de l'emploi public !
Non au salaire au mérite !

Télécharger la pétition intersyndicale : non au recrutement de contractuels dans le premier degré
Lire le communiqué de l'UIAFP FO
Lire le communiqué de la FGF FO
Lire le courrier du ministre aux organisations syndicales

Salaires : revalorisation, qu'ils disaient...

Ce mois de janvier permet de prendre la pleine mesure de l'arnaque que constituait PPCR : des mesures statutaires immédiatement applicables (nouvelle évaluation), des promesses  de mesures indiciaires étalées sur 3 ans, jusqu'en 2020. Rarement l'adage "les promesses n'engagent que ceux qui y croient" n'aura été aussi bien illustré !  Résultat : l'actuel gouvernement, enfermé dans son obsession libérale de réduction de la dépense publique, a décidé de reporter l'application des quelques miettes indiciaires de PPCR, tandis que la retenue pour pension a continué d'augmenter. L'augmentation de la CSG est en principe compensée, mais cette compensation s'érodera avec le temps.

En tout cas, ce mois de janvier, c'est bien une baisse du salaire net que subissent les agents de la fonction publique. Quant aux retraités, ils sont victimes d'un véritable racket, prétendument pour améliorer le pouvoir d'achat des salariés du privé ! Là encore, c'est un leurre : si le salaire net de ces derniers va effectivement augmenter (légèrement), beaucoup vont très rapidement être confrontés à l'augmentation des cotisations des complémentaires obligatoires et donc perdre le "bénéfice" de la mesure. Rappelons que derrière la suppression des cotisations sociales dans le privé, se cache la privatisation de la Sécurité Sociale !

Télécharger les éléments du traitement au 1/9/2017 (1)

(1) au 1er janvier, la retenue pour pension est passée de 10,29% à 10, 56%, la CSG de 7,50% à 9,2%, la retenue "solidarité" de 1% est supprimée.

Carte scolaire : non à l'austérité, non à la dégradation des conditions de travail, création de tous les postes statutaires nécessaires !

La carte scolaire s'annonce partout très difficile : dans tous les département, la mise en œuvre de la mesure phare du gouvernement, les CP et CE  "100% de réussite" en éducation prioritaire, se fait au détriment des ouvertures de classes, des postes de remplaçants, des postes de RASED, des postes spécialisés : partout, les dotations départementales sont inférieures aux postes nécessaires pour appliquer la mesure !

Pour le SNUDI FO, il n'est pas acceptable que de telles mesures s'appliquent à moyens constants, il n'est pas acceptable de sacrifier toutes les autres classes dans et hors les zones d'éducation prioritaire. Pour le SNUDI FO, il n'est pas acceptable qu'une absence sur quatre ne soit pas remplacée, comme ce fut le cas en décembre, il n'est pas acceptable que des notifications MDPH ne soient pas effectives, faute de place ou de personnel (AESH).

Le SNUDI FO a adressé l'IA une demande de négociation préalable au dépôt d'un préavis de grève, il portera toutes les revendications, et faute de réponse satisfaisante, il appellera à la grève le 22 février 2018, et au rassemblement devant l'IA. D'ores et déjà, il appelle les collègues à se tenir prêts, à constituer les délégations, avec les parents d'élèves, pour dire stop à la dégradation des conditions de travail des enseignants et des conditions de scolarisation des élèves.

Groupe de travail carte scolaire : 14 février 2018
CTSD carte scolaire : 22 février 2018

Continuer de nous adresser vos prévisions d'effectifs à l'aide de la fiche de préparation ci-dessous.

Télécharger la fiche de préparation carte scolaire
Lire le communiqué du SNUDI FO national
Lire le communiqué du SNUDI FO 35

Direction d'école : dégradation des conditions de travail, territorialisation, la coupe est pleine !

Pour FO, il faut prendre des mesures d’urgence :

  suppression des tâches inutiles et chronophages pour nos collègues,
  Le  régime  des décharges de service doit être  amélioré  et les cadres départementaux plus favorables doivent être maintenus intégralement et étendus,
  Les postes d’Aide Administrative aux Directeurs doivent être maintenus ou rétablis, dans un cadre statutaire de la Fonction Publique de l'Etat.

Lire le communiqué du SNUDI FO 35

Mouvement intra départemental : agenda

Les organisations syndicales représentées en CAPD ont été conviées à un groupe de travail le 25 janvier dernier pour discuter du règlement départemental du mouvement.
L'administration n'a fait aucune proposition de modification : les limitations de temps partiel, les postes à profil, les zones géographiques sont maintenus, la deuxième saisie de vœu n'est pas rétablie.

Dans ce cadre, le SNUDI FO rappellera ses revendications en CAPD.

Ouverture du serveur : du 16 au 30 mars 2018
Groupe de travail "priorités médicales" le 15 mai 2018
CAPD mouvement : 29 mai 2018