Grève interprofessionnelle jusqu'au retrait !

Publié le

Samedi 11 janvier - Mardi 14 janvier 2020

Vous trouverez en lien ci-dessous le communiqué des confédérations du 9 janvier, qui fait état de la détermination à obtenir le retrait du projet de réforme des retraites. Il appelle à participer massivement aux manifestations du samedi 11 janvier (14 h Esplanade Charles de Gaulle à Rennes), ainsi qu'à la grève et aux manifestations mardi 14 janvier 2020 (11 h Esplanade Charles de Gaulle à Rennes).

L'AG Education Nationale 35 réunie hier à Carrefour 18 à Rennes a voté notamment la reconduction de la grève, le soutien aux initiatives de l'intersyndicale interpro, dans l'objectif prioritaire du retrait du projet de réforme des retraites. Nous pouvons gagner, le gouvernement n'a aucun appui, tous les reculs obtenus, même minimes, mêmes malhonnêtes, l'ont été part la grève, par la mobilisation sans précédent des cheminots et des agents de la RATP, la grève massive, mais qu'il faut élargir dans de nombreux secteurs, dont l'Education Nationale.

Ce que nous voulons, c'est le retrait total du projet de réforme des retraites, l'amélioration des systèmes actuels, l'abrogation de toutes les contre réformes subies depuis 93, dans le public et dans le privé.

Envoyez dès à présent, si ce n'est déjà fait, vos déclaration préalables de grève du 14 au 17 janvier (samedi soir dernière limite pour le mardi 14), pour être prêts à reconduire la grève toute la semaine si nécessaire. La victoire est à portée de main !

Lire le communiqué des confédérations

Informations syndicales

Publié le

Régime universel par points : paupérisation de tous les retraités

Fonctionnaires nés avant 1975
Le calcul de la pension se fait sur la base du code des pensions civiles et militaires mais intègre l’âge pivot (10 % de malus pour un départ à 62 ans, 5 % pour un départ à 63 ans). Ce malus ne vient pas en plus de la décote : entre la décote et le malus l’élément le plus défavorable est retenu.

Fonctionnaires nés entre 1975 et 2003
Le calcul de la pension  se fait sur les deux systèmes  (code des pensions et régime universel) selon une dégressivité liée à l’âge de naissance et à l’entrée dans la Fonction publique.
Ainsi, un PE avec un enfant (né après le 1er janvier 2004) né en 1981 et commençant sa carrière de fonctionnaire d’Etat en 2006, aura les 19,5 premières années (45%) calculées dans le système actuel, et les 23,5 suivantes (55%) dans le système par points. Après 43 ans de carrière sans interruption (30 ans en classe normale et 13 ans en hors classe), ce PE partira en retraite à 68 ans avec une pension de 2 417,83 € bruts (contre 2804,58 € sans la réforme) soit une baisse de 13,8% par rapport au système actuel.

Fonctionnaires nés après 2003
Le système du régime universel s’applique intégralement.
Le gouvernement avance qu’il va augmenter les indemnités et primes pour compenser la perte de pension due au passage au régime universel. En effet, malgré une carrière complète de 43 ans, les fonctionnaires de l’Etat perdront selon les catégories entre 16  % et 37 % de pension. Ainsi un PE sans enfant, après 43 ans de carrière sans interruption (30 ans en classe normale et 13 ans en hors classe), touchera 1771,81 € de pension brute mensuelle (contre 2804,58 € sans la réforme) soit une baisse de 36,82% par rapport au système actuel. Pour compenser ces pertes,  le gouvernement devrait verser une prime mensuelle de 1 500 €  à un professeur des écoles !

Grève jusqu’au retrait ! Maintien du Code des Pensions civiles et militaires !

* Lire la note de la FNEC-FP FO

Régime universel par points : grève et manifestations jusqu’au retrait

Alors que l’année commence en pleine grève historique contre la réforme des retraites, Macron et son gouvernement continuent de mépriser l’immense majorité des salariés qui refuse la destruction des droits collectifs et ne veut pas léguer aux générations futures un système basé sur la capitalisation, géré par les fonds de pensions : aucune prise en compte des propositions des organisations syndicales, qui appellent à renoncer à un tel projet et à ouvrir des négociations immédiates pour améliorer le système par répartition actuel pour  tous  les  secteurs  professionnels  et toutes les générations (retraite à 60 ans, taux de remplacement de 75 %, minimum des pensions  au SMIC, prise en compte de la pénibilité et des années d'étude).
Plus que jamais, les organisations syndicales CFE-CGC,  CGT,  FO,  FSU,  Solidaires,  Unef  et  UNL  réaffirment leur appel à renforcer la mobilisation par la grève interprofessionnelle reconductible à partir du 9 janvier, par les manifestations et par la tenue d’AG dans  tous  les  secteurs.

AG de secteur Tinténiac/Combourg (ouverte à tous)
mardi 7 janvier,  18h00, école de St Domineuc

TOUTES et TOUS en GRÈVE et en MANIFESTATION le jeudi 9 JANVIER
Départ de la manifestation à Rennes : 11h, Esplanade Charles De Gaulle
AG Éducation : 14h30, Carrefour 18 (7, rue d’Espagne - métro Henri Fréville)

TOUTES et TOUS en GRÈVE et en MANIFESTATION le samedi 11 JANVIER

Pensez à envoyer vos déclarations préalables pour toute la période allant du 9 au 19 janvier  avant le lundi 6 janvier minuit (à adresser à l'IEN via la boîte professionnelle).

* Lire le communiqué national  CFE-CGC,  CGT,  FO,  FSU,  Solidaires,  Unef  et  UNL
* Lire le communiqué 35  CGT,  FO,  FSU,  Solidaires
* Lire le tract pour l'AG

A l’ombre de la réforme des retraites, la casse des statuts et services publics continue

Tranquillement, alors que les travailleurs se battent contre le projet de réforme des retraites, le gouvernement poursuit la casse des statuts et des services publics (malgré l’opposition de la majorité des organisations syndicales, dont FO) :
- publication de décrets d’application de la  loi de transformation de la Fonction publique permettant l'ouverture de la Fonction publique à des non fonctionnaires  et l'expérimentation de ruptures conventionnelles ;
- publication d’un  décret d’application de la loi pour "une école de la confiance" sur le financement des écoles maternelles privées par les communes ;  
- publication de décrets  donnant encore plus de pouvoirs aux recteurs de région académique ;
- publication de  la  loi de financement de la sécurité sociale, avec notamment un nouveau plan d’économies de plusieurs milliards dans la santé et la poursuite de la sous-indexation des pensions de retraite et de la plupart des prestations familiales (+0,3% à comparer à une inflation de 1,2%) synonyme de baisse du pouvoir d’achat.

Il faut les arrêter ! Grève jusqu’au retrait !
Maintien du Code des Pensions civiles et militaires !

* Lire le communiqué de la FNEC-FP FO

École inclusive : les enseignants spécialisés ne peuvent se voir imposer la prise en charge des formations

Dans un courrier en date du 5 décembre adressé aux enseignants spécialisés du département, le DASEN leur demande de participer à l’animation d’un module « école inclusive », sur des mercredis matins, de la mi-mars à la fin juin.
Il se réfère ainsi au volet « personne ressource » contenu dans le CAPPEI, nouveau diplôme d’enseignant spécialisé.
Cette participation sera décomptée comme les heures dues pour la journée de solidarité.
Pour autant, pour le SNUDI FO, ce courrier pose de nombreux problèmes : si le CAPPEI comprend bien un volet « personne ressource », il n’est pas le CAFIPEMF, et ne forme pas des maîtres formateurs, ni des conseillers pédagogiques. Plus encore, les enseignants spécialisés non titulaires du CAPPEI n’ont pas signé pour être « personne ressource ».
Ce n’est pas la journée de formation proposée par le DASEN, pour répondre à « l’appréhension » des collègues qui y changera quelque chose. Les collègues contestent donc le caractère obligatoire et demandent que leur participation repose sur le volontariat.
A noter que l’emploi de la journée de solidarité pour mener ces actions « école inclusive » n’est pas conforme à la règlementation qui prévoit que « pour les enseignants des premier et second degrés et les personnels d’éducation, la date de cette journée (le cas échéant fractionnée en deux demi-journées) sera déterminée dans le premier degré, par l’inspecteur de l’éducation nationale après consultation du conseil des maîtres et dans le second degré, par le chef d’établissement après consultation des équipes pédagogiques.(...) Ce dispositif sera consacré, hors temps scolaire, à une activité concourant directement à la conduite de la politique éducative de l’école ou de l’établissement scolaire. (...) Il prendra la forme d’une concertation supplémentaire sur le projet d’école ou d’établissement, sur le projet de contrat d’objectif ou sur des actions en faveur de l’orientation et de l’insertion professionnelle des jeunes. »
Enfin, le courrier du DASEN semble considérer que ce module « école inclusive » répondra aux problématiques relatives à la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers soulevées par les personnels, notamment à travers les fiches SST, en construisant « une culture commune au service d’une école inclusive au bénéfice des élèves », en faisant l’économie des moyens nécessaires (personnels spécialisés, classes et structures spécialisées, RASED, baisse des effectifs par classe).
Le SNUDI FO continue de s’opposer à cette politique d’inclusion systématique, et revendique les moyens pour que chaque élève bénéficie des conditions de scolarisation adaptées à ses besoins, en milieu ordinaire quand c’est possible en établissement ou classe spécialisée.

Réunion d’information syndicale AESH

Mardi 7 janvier 2020 à 17h
à l'Union départementale FO (35 rue d'Echange, Rennes)

Aucune convocation n’est nécessaire pour participer à cette RIS. Il suffit de simplement prévenir le chef d’établissement (2nd degré ) ou l’IEN de circonscription (1er degré).

Informations syndicales

Publié le

Réforme des retraites : le combat continue

Après l’énorme mobilisation du  mardi 17 décembre qui a rassemblé salariés du privé, du public, jeunes, privés d'emploi et retraités et après avoir reçu les organisations syndicales, le gouvernement maintient sa volonté d'imposer un régime de retraite unique par points, avec un projet de loi sans doute d'ores et déjà écrit puisque devant être transmis au Conseil d’État dès le 22 janvier. Dans le même temps, il confirme la mise en place d'un âge d’équilibre à 64 ans dès 2022 (qui impactera, sans exception, tous les travailleurs nés à partir de 1960).

II n'y a donc aucune évolution essentielle, les seuls espaces de discussions proposés par le gouvernement concerne des dispositions (pénibilité, aménagement des fins de carrière et retraite progressive, emploi des seniors) qui n'ont pas de lien avec la reforme, le gouvernement excluant d’emblée une augmentation de cotisations qui, selon le COR (Conseil d'orientations des retraites), permettrait de maintenir l’équilibre de notre système actuel de retraites.

En conséquence, au-delà des initiatives d'ores et déjà programmées et sans trêve jusqu’à la fin de l'année 2019, l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-FIDL-MNL-Unef-UNL appellent à une nouvelle puissante journée de grève et de manifestations interprofessionnelles et inter générationnelles le jeudi 9 janvier 2020.

Le SNUDI FO 35 appelle tous les collègues à se mobiliser massivement le 9 janvier et à tenir partout, dans les écoles, dans les communes, en lien avec le secondaire et les  salariés du privé, des assemblées générales (comme à Saint-Domineuc), pour discuter de la reconduction de la grève.

AG de secteur Tinténiac/Combourg (ouverte à tous)
mardi 7 janvier,  18h00, école de St Domineuc

Tous en grève et en manifestation à partir du jeudi 9 janvier,
jusqu’au retrait du projet de réforme des retraites

Pensez à envoyer vos déclarations préalables pour toute la période allant du 9 au 19 janvier  avant le lundi 6 janvier minuit (à adresser à l'IEN via la boîte professionnelle).

Lire le communiqué intersyndical national
Lire le communiqué de FO

Réforme des retraites : quand le gouvernement simule...

Le gouvernement vient de livrer la première version de son simulateur de calcul des retraites. En fait de simulateur il s’agit d'une simple présentation de 36 cas !

Si sa vocation était de rassurer les travailleurs, c’est raté.

D’une part parce que les cas présentés montrent clairement qu’en cas de départ à 62 ans tous les salariés du privé vont voir leur pension baisser avec le système par points (sauf le cadre qui finit sa carrière à 11 000 € bruts par mois) et qu’une grande partie d’entre eux va continuer à y perdre même en partant à 64 ans.

D’autre part parce que le “simulateur” affiche clairement les magouilles gouvernementales pour  nous faire croire que sa réforme est une avancée sociale. Il ne présente en effet que des cas biaisés :

   - toutes les carrières « simulées » commencent à 22 ans ;
   - toutes sont sans interruption ;
   - toutes sont favorisées par 10 à 20 ans passés dans le système actuel.

Même avec ces biais hyper favorables, les résultats sont sans appel et confirment ce que ne cesse de dire FO depuis le dévoilement du rapport Delevoye : tout le monde va y perdre.
 Ainsi un smicard né en 1980 perdra environ 20 € s’il part avant 65 ans. Quant aux PE, ils verront leur pension baisser s’ils partent avant 67 ans : d’environ 130 €/mois pour ceux nés en 1980 et  d’environ 200 €/mois  pour ceux nés en 1990 !

Réunion d’information syndicale AESH

 















A l'Union départementale FO (35 rue d'Echange, Rennes)

Aucune convocation n’est nécessaire pour participer à cette RIS. Il suffit de simplement prévenir le chef d’établissement (2nddegré ) ou l’IEN de circonscription (1er degré).

Carte scolaire : la dégradation se poursuit

Dans le 1er degré, nationalement, 440 postes seront créés à la rentrée 2020, contre 2325 en 2019 et 3680 en 2018. Notre académie perdra même 41 postes. L'effondrement des créations de postes va donc engendrer une situation intenable d'autant plus que le ministre annonce le dédoublement des classes de GS en éducation prioritaire et la limitation à 24 élèves maximum en CE1, CP et GS hors éducation prioritaire. Comment, avec aussi peu de postes, ces mesures pourraient-elles se mettre en place sans que cela soit au détriment de tous les autres niveaux, de toutes les autres écoles ? Lors de la mise en place des CP et CE1 a 12 en REP et REP+, cela avait déjà été le cas, alors qu'il y avait plus de postes !

Cette dotation de 440 postes entraînera à la rentrée 2020 :

-  des effectifs plus chargés dans la majorité des classes ;
-  encore moins de remplaçants ;
-  encore moins de postes et structures adaptés et spécialisés ;
-  des RASED toujours plus restreints.

Enfin, avec ces annonces, le ministre répond déjà négativement à l’une des principales revendications concernant la direction d’école : comment dans cette situation améliorer les quotités de décharge de direction ? Le ministre démontre que le questionnaire envoyé aux directeurs n’était qu'un enfumage... mais nul doute que celui-ci sera utilisé pour tenter de mettre en place le statut de directeur, les regroupements d’écoles et la réduction du nombre de directeurs.

Les personnels n'en peuvent plus de la dégradation continue de leurs conditions de travail. Ils n'en peuvent plus des contre-reformes qu'ils subissent. Ils n'acceptent plus cette situation, comme ils n'acceptent pas la destruction de notre système de retraite et la mise en place d'un régime universel par points. Ils n'acceptent pas le petit jeu du ministre qui leur promet des primes en échange d'une réorganisation de leur temps de travail et donc de la diminution de leurs congé.

Reforme des retraites : pas de trêve jusqu'au retrait !
Imposons un premier recul à ce gouvernement
qui entend tout détruire I

Lire le communiqué du SNUDI FO

Conditions de travail, direction d’école, rythmes scolaires

Le SNUDI FO reçu en audience les 10, 12 et 20 décembre, pendant le combat interprofessionnel contre la réforme des retraites,a porté les revendications des enseignants du premier degré auprès du DASEN et, pour ce qui concerne les rythmes scolaires, la mairie de Rennes.

Lire les compte-rendus d’audiences

Grève et manifestation le jeudi 19 décembre

Publié le


Manifestation jeudi 19 décembre à Rennes à midi
Esplanade Charles de Gaulle.

Nos camarades de Redon annoncent
un rassemblement à 17H au parking de la digue. 

Face aux provocations du 1er ministre et du ministre de l’Education nationale, ce qui est à l’ordre du jour, c’est la grève, sans interruption, jusqu’au retrait !

Publié le

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis le 5 décembre dans la plupart des départements, les personnels de l’Education nationale se réunissent en AG du 1er et du 2nd degrés dans les secteurs, les établissements et les services. Ils y votent la reconduction de la grève pour obtenir le retrait du projet de réforme MACRON-DELEVOYE sur les retraites. Face à cette mobilisation, qu’a répondu le 1er ministre dans son allocution du 11 décembre ?
   - Edouard PHILIPPE a confirmé qu’il voulait remettre en cause le statut général de la Fonction Publique et détruire la règle de calcul sur les 6 derniers mois pour y substituer le calcul sur toute la carrière.
   - Il a confirmé que les enseignants allaient voir leurs pensions baisser, prenant l’engagement qu’il fallait que cette baisse soit « comparable » à celle des autres fonctionnaires.
   - Il a annoncé l’allongement de la durée de cotisations et le report de l’âge de départ à 64 ans...
Concernant les mesures spécifiques aux enseignants, il a évoqué de vagues augmentations de revenus sous condition.
Le ministre Blanquer a précisé qu’il se déclarait prêt à augmenter les rémunérations en créant des primes (non intégrées dans le salaire) à la condition que les syndicats acceptent de «réformer» complètement l’organisation du travail des enseignants, en remettant en cause les congés.
Dans ces conditions, force est de constater que le gouvernement reste insensible à la stratégie des « temps forts ». C’est la raison pour laquelle, FO appelle à la grève unie, sans interruption, jusqu’au retrait, comme le font les salariés de la SNCF et de la RATP.

Assemblées générales partout : décidez la grève et organisez sa généralisation !

Mardi 17 décembre

Manifestations
Rennes,  11h00 Esplanade Charles de Gaulle
St Malo, 10h30 porte St Vincent
Redon, 14h00 place de Bretagne
Vitré, 17h00 place de la Gare
Fougères, 17h30 place Aristide Briand

Autres actions
AG éducation ouverte à tous : 14h30, Rennes 2 (Amphi B8)
AG secteur de Châteaubourg : 16h45, école primaire de Saint Didier
Réunion publique : 18h30, MJC Bréquigny à Rennes
Réunion publique : 18h30, salle des fêtes de Poligné
 Réalisation de banderoles puis manifestation : 17h30,  parvis du lycée à Combourg

* Lire le communiqué de la FNEC-FP FO