informations syndicales

Publié le

Ordonnances, rapport de la cour des comptes, recrutement de contractuels : le statut de nouveau dans le viseur des politiques d'austérité

La cour des comptes vient de publier un rapport  « Gérer les enseignants autrement une réforme qui reste à faire » qui recommande :

●  L’annualisation du temps de travail, avec notamment l’intégration d’un forfait annuel dans le temps de travail des enseignants pour imposer les remplacements de courte durée dans les collèges et les lycées.
●  La mise en place permettant les échanges de service entre premier et second degré.
●  Une évaluation des enseignants permettant de tenir compte des résultats des élèves. La cour des comptes cite en exemple Singapour où les enseignants reçoivent une prime sur cette base.
●  Le recrutement, l’affectation et la mutation « au profil » c’est à dire à la « tête du client ».  La cour des comptes revendique en effet que les chefs d’établissement aient désormais « la main » sur chacun de ces sujets.

Parallèlement, dans le département, le DASEN a recruté 7 contractuels (des master MEEF qui n'ont pas eu le concours) plutôt que de puiser dans la liste complémentaires. C'est clairement un pas vers ce qui attend à terme la profession : la fin du statut de PE recruté sur concours au profit de CDI, de CDD et pourquoi pas de CDI chantier !

●  Ordonnances qui pulvérisent le code du travail et inversent la hiérarchie des normes,
●  recommandations de la cour des comptes,
●  recrutement de contractuels,

c'est la même politique de dynamitage des garanties collectives et statutaires pour les promouvoir l’arbitraire local et l’individualisation.
 
Le SNUDI-FO 35 a demandé à être reçu en audience sur la question du recrutement de contractuels, il participera à l'intersyndicale qui se tiendra jeudi soir; le SNUDI FO ne se contentera pas d'explications du DASEN, mais exigera qu'il renonce à recruter des contractuels et applique le statut général de la Fonction publique qui lui impose pour pallier aux vacances de postes, de recruter sur liste complémentaire.

Le SNUDI FO 35 soutient parallèlement pleinement la mobilisation interprofessionnelle FO-CGT-FSU-Solidaires du 19 octobre pour le retrait des ordonnances Macron, car c'est la même logique de destruction des droits collectifs qui est à l’œuvre.

Rassemblement 11h30
Esplanade Charles de Gaulle à Rennes

*  Lire le communiqué de la FNEC sur le rapport de la cour des comptes

PPCR, revalorisation, postes, conditions de travail

Les organisations syndicales représentatives du département ont été conviées par l'Inspecteur d'Académie mercredi 11 octobre 2017 à une réunion de présentation des modalités de mise en œuvre de PPCR pour le premier degré. Cette réunion a confimé toutes les analyses du SNUDI FO concernant la nouvelle évaluation.

Par ailleurs, il se confirme, après que Gérald Darmanin ait reçu les fédérations de fonctionnaires le 16 octobre, que les "engagements" du précédent gouvernement de revalorisation (si peu) des carrières ne seront pas tenus par l'actuel ministre de l'action et des comptes publics (l'intitulé du ministère est en soit tout un programme).

Pour Force Ouvrière, les attaques contre les salariés, les retraités, les chômeurs, les jeunes exigent la mobilisation de tous.

C'est dès maintenant qu'il faut stopper la casse des droits collectifs !

C'est la question de la grève interprofessionnelle pour le retrait des ordonnances et la satisfaction des revendications qui est posée !

*  Lire le 8 pages spécial PPCR du SNUDI-FO
*  Lire le compte-rendu de la réunion PPCR du SNUDI-FO 35

Obligations de service

En catimini, Najat Vallaud-Belkacem, avant de quitter ses fonctions de ministre de l’Éducation Nationale, a publié le décret relatif aux obligations de service et aux missions des professeur des écoles.

Cet ajout des "missions", sans définir leur nature ni leur durée, aux obligations de service n'est pas neutre, et l'effet se fait sentir dès cette rentrée : il permet aux chefs de service de convoquer, dans le cadre des 1607 heures annualisées (cadre général Fonction publique), les enseignants bien au-delà des obligations de service règlementaires, là où auparavant ils se contentaient d'inviter. Ce n'est pas qu'une nuances : dans le nouveau cadre règlementaire, les missions (par exemple les 3 réunions départementales de directeurs), sont obligatoires, et s'ajoutent bien évidemment aux 108 heures, aux temps de préparation, correction, rencontres diverses, qui sont incompressibles !

de la même manière, l'IA a ajouter d'autorité la journée de solidarité et une demi journée dite de "pré rentrée" dans le temps de formation obligatoire le portant à 27 heures au lieu de 18 (30 dans certaines circonscription, sous des dénominations parfois fantaisistes du genre "deuxième journée de solidarité"). Auparavant, ces temps étaient à la discrétion des équipes pédagogiques.

Le SNUDI FO s'est toujours prononcé pour l'abrogation de la journée de solidarité, et a toujours considéré que la "deuxième journée de pré rentrée devait être décomptée des 108 heures.

Au-delà, la seule manière pour les enseignants du premier degré de retrouver la maîtrise de leur temps, c'est de revenir à une définition des obligations de service exclusivement en heures hebdomadaires d'enseignement, et à une libre inscription dans les plans de formation, académiques ou de circonscription.

* Lire le communiqué du SNUDI FO du 6 avril sur le décret du 29 mars 2017

Indemnités ASH : pas une minute de plus, pas un euro de moins !

Le décret 2017-964 du 10 mai 2017 instituant la nouvelle indemnité de 1765 € brut précise bien que celle-ci est exclusive des HSE qui étaient actuellement versées pour les heures de coordination et de synthèse. S'ensuivent :

●  une baisse minimum de 350 € par an pour les PE exerçant en SEPGA / EREA / ULIS collège ;
●  la soumission au régime des 108 heures annualisées pour les PE exerçant en établissement spécialisé (IME, ITEP…).

La logique de ce décret indemnitaire est : « faîtes plus d’heures, vous serez payés moins ».
La FNEC-FP FO redemande audience au ministère afin d'obtenir satisfaction :
Pas une minute de plus, pas un euro de moins ! Maintien du versement de toutes les heures de coordination et de synthèse en HSE.

*  Lire le communiqué de la FNEC-FP FO

Rythmes scolaires

Plus du tiers des communes françaises ont déjà rétabli la semaine de 4 jours sur 36 semaines et de nombreuses autres communes demanderont à repasser à la semaine de 4 jours à la rentrée 2018.

Mais le ministre continue à refuser de rétablir une organisation de la semaine scolaire commune à toutes les écoles de la République. Dans la logique actuelle de déréglementation, le groupe de travail du Sénat sur les rythmes scolaires recommande de :

●  « Conserver le principe d’une semaine scolaire d’au moins 4 jours et demi à l’école élémentaire. » (recommandation n°3)
●  « Revoir le calendrier scolaire en confiant la définition aux recteurs de région académique, avec une durée minimale de 38 semaines de classes » (recommandation n°5)
●  « Donner davantage de liberté aux acteurs locaux pour élaborer les emplois du temps scolaire » (recommandation n°4)
●  « Faire du PEDT le document d’orientation des politiques éducatives locales »

Chacun comprend que si ces « recommandations » sur les rythmes scolaires étaient mises en œuvre, les enseignants du premier degré deviendraient les employés des collectivités territoriales qui détermineraient les jours de travail, les congés, la pédagogie et nous évalueraient…

Pour le SNUDI-FO, plus que jamais, il s'agit d'exiger l'abrogation des décrets Peillon et Hamon et de la loi de refondation.

Mais il s'agit aussi, dans le cadre mis en place par le ministère, de défendre les intérêts des collègues. C'est pourquoi le SNUDI-FO 35 appelle tous les collègues qui se verraient imposer par leur municipalité une organisation de la semaine (quelle qu'elle soit) allant à l'encontre des décisions prises par leur conseil d'école à contacter le syndicat.

Réunions d'information syndicale (RIS)

Le SNUDI-FO 35 organise actuellement des réunions d'information syndicale dans les écoles.

Mise en œuvre de PPCR pour l'évaluation et la promotion des enseignants, inclusions problématiques, rythmes scolaires, carte scolaire, impact des ordonnances Macron sur la Fonction publique, mobilisation interprofessionnelle... sont autant de sujets qui peuvent être abordés lors des RIS.

Le SNUDI-FO peut organiser une RIS dans votre école :

●  portant sur le(s) sujet(s) que les enseignants souhaitent voir abordés ;
●  sur un temps de récréation, un midi, en fin d'après-midi ou un mercredi après-midi
●  pour une durée pouvant aller de 15 min à 3 h.

Si vous êtes quelques-un(e)s dans votre école à souhaiter la tenue d'une telle RIS, contactez-nous.

Rappel : chaque collègue peut participer à trois demi-journées d'information syndicale (9h) dans l'année, dont une sur temps de classe, les autres pouvant être imputées aux 108 heures annualisées (et donc déduites, par exemple, des animations pédagogiques, y compris de celles qui sont estampillées obligatoires par votre IEN).

Informations syndicales

Publié le

Grève le 10 octobre, et après ?

Le mardi 10 octobre, toutes les fédérations de la Fonction publique appellent à la grève et manifester, pour les services publics, la revalorisation des traitements, contre les suppressions de postes, le rétablissement du jour de carence, la hausse de la CSG, la remise en cause du code des pensions civiles et militaires et de la CNRACL.

Le gouvernement mène une politique cohérente, qui attaque les fonctionnaires autant que les salariés du privé.

Ni les uns ni les autres ne s'en sortiront seuls. C'est pourquoi le SNUDI FO 35 salue l'appel à tous les salariés des UD FO, CGT, Solidaires et FSU d'Ille et Vilaine à la grève et à la manifestation mardi 10 octobre. Il salue également la déclaration de la Commission Exécutive Fédérale de la fédération des transports FO, qui continue de dénoncer les ordonnances Macron, et apporte son soutien à toutes les mobilisations dans  le privé comme dans le public : oui, les routiers FO seront les cortèges de la Fonction publique le 10 octobre !

Les intentions du gouvernement concernant les services publics sont claires : elles ont été synthétisées par le Premier ministre dans une circulaire du 26 septembre aux membres du gouvernement : il s'agit de réduire de trois points la part de la dépense publique dans le PIB d'ici 2022, et pour ce faire de recourir à plusieurs moyens : suppression des chevauchements de compétences ; transfert entre collectivités, au secteur privé, voire abandon de missions.

Dans le même temps, le gouvernement prépare les attaques suivantes : contre l'assurance maladie, l'assurance chômage, les retraites, sujets éminemment interprofessionnels. Nous ne pouvons pas le laisser déployer sa politique sans réagir, le laisser détruire les trois socles de la solidarité républicaine : Fonction publique, Sécurité Sociale, Code du travail et conventions collectives nationales. Une élection n'est pas un permis de démolition ! La démocratie est aussi, surtout, sociale !

Pour le SNUDI FO 35 , à une offensive générale doit répondre une contre-offensive générale : c'est la grève générale interprofessionnelle qui pourra arrêter le gouvernement.

Tous en grève le mardi 10 octobre
Rassemblement à 10h30,
Esplanade Charles de Gaulle, à Rennes

Lire la circulaire du Premier ministre
Lire le communiqué de l'UIAFP FO
Lire le tract "stop au démantèlement des 3 versants de la FP
Lire le communiqué de la CEF FO Transports et Logistique


PPCR : Abrogation !

Contre une pseudo revalorisation, très en deçà des revendications minimales des organisations syndicales (compensation des pertes de pouvoir d'achat subies depuis 2010), ce protocole, non signé par FO, CGT, Solidaires, a imposé dans l’Éducation Nationale une nouvelle évaluation et un nouveau mode d'avancement, qui loin de répondre aux revendications des personnels, instaure de nouvelles discriminations, dont l'inacceptable classe exceptionnelle, et des critères d'évaluations plus que subjectifs, et échappant pour une grande part à la maîtrise des enseignants (notamment le fameux "coopérer à l'action de la communauté éducative").

Le SNUDI FO revendique l'abrogation du décret du 5 mai 2017, la revalorisation immédiate de la valeur du point d'indice, l'avancement le plus rapide pour tous, l'amélioration des conditions de travail, notamment par la baisse des effectifs par classe, le maintien et la défense du statut, des règles nationales contre toutes les ingérences locales.

Le SNUDI FO publie un 8 pages d'analyses revendicatives et techniques des mesures PPCR.

Télécharger le 8 pages spécial PPCR


Recrutement de contractuels dans le premier degré :
le SNUDI FO intervient au ministère

La situation était déjà dramatique dans un certain nombre de départements, mais elle est inédite (en tout cas depuis plusieurs décennies) en Ille et Vilaine : l'IA avait annoncé lors de la CAPD de rentrée que pour faire face à un déficit d'enseignants, il envisageait de recruter des contractuels. Il vient de le traduire en acte.

Nous voyons donc aujourd'hui le résultat de la fameuse "priorité au premier degré" de la loi de refondation.

Le manque de moyens est criant : les effectifs par classe ne baissent pas, l'inclusion se pratique, sauf dans de rares cas, sans moyens réellement adaptés aux besoins des élèves, le dédoublement des CP s'est fait au détriment des moyens de remplacement, l'IA recrute 10 contractuels, alors que la liste complémentaire n'est pas close et que les demandes d'ineat de nombreux collègues n'ont pas été satisfaites.

Le SNUDI FO intervient au ministère, le SNUDI FO 35 demande audience à l'Inspecteur d'Académie. Il revendique, pour tout poste vacant le recrutement sur liste complémentaire ou l'intégration par ineat d'un collègue titulaire.

Information syndicales

Publié le

Mardi 10 octobre 2017 :
grève unitaire dans la Fonction Publique

●    Le recours à des contractuels dans le premier degré et les annonces du ministre Blanquer constituent les premiers coups de semonce d'un gouvernement qui annonce clairement son objectif de remise en cause du statut des fonctionnaires.
●    L'augmentation continue de la retenue pour pension, le nouveau gel de la valeur du point d’indice pour 2018, l'augmentation au 1er janvier 2018 de la CSG (de  1,7%) sans garantie de compensation, la réintroduction du jour de carence vont poursuivre et amplifier la dégradation du pouvoir d'achat des fonctionnaires.
●    Les 120 000 suppressions de postes et la suppression  des contrats aidés dans un contexte où les classes sont déjà surchargées vont aggraver le dégradation des conditions de travail.

    - Pour la défense du statut général et des statuts particuliers
    - Pour l’augmentation des salaires
    - Pour la création de postes

Le SNUDI FO 35 appelle
les enseignants du premier degré d'Ille-et-Vilaine
à la grève

le mardi 10 octobre 2017,
et à la manifestation
à 10h30 à Rennes

Attention ! Le lieu reste à définir : l'intersyndicale a décidé d'appeler Place de la Mairie à Rennes, mais a prévu, en cas d'interdiction de la Préfecture, d'appeler esplanade Charles de Gaulle.

*  Lire le communiqué national des fédérations de la Fonction Publique
*  Lire le communiqué de l'UIAFP FO
*  Lire l'analyse de l'UIAFP FO relative au pouvoir d'achat des fonctionnaires
*  Lire le communiqué de la FNEC FP FO
*  Lire le tract de l'UIAFP 35

*  Télécharger le modèle de déclaration de grève

Réunions d'information syndicale (RIS)

Le SNUDI-FO 35 organisent régulièrement des réunions d'information syndicale.

Mise en œuvre de PPCR pour l'évaluation et la promotion des enseignants, inclusions problématiques, rythmes scolaires, carte scolaire...  sont autant de sujets qui peuvent être abordés lors des RIS.

Le SNUDI-FO peut organiser une RIS dans votre école :

●   portant sur le(s) sujet(s) que les enseignants souhaitent voir abordés ;
●   sur un temps de récréation, un midi, en fin d'après-midi ou un mercredi après-midi
●   pour une durée pouvant aller de 15 min à 3 h.

Si vous êtes quelques-un(e)s dans votre école à souhaiter la tenue d'une telle RIS, contactez-nous.

Rappel : chaque collègue peut participer à trois demi-journées d'information syndicale (9h) dans l'année, dont une sur temps de classe, les autres pouvant être imputées aux 108 heures annualisées (et donc déduites, par exemple, des animations pédagogiques, y compris de celles qui sont estampillées obligatoires par votre IEN).

Campagne

"Aucun collègue ne doit souffrir au nom de l'inclusion"
Exigeons une scolarisation adaptée
pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
- en classe ordinaire quand c'est possible -
- en classe ou en établissement spécialisés quand c'est nécessaire -

Un groupe de travail s'est réuni mardi 27 septembre pour analyser les résultats de l'enquête sur la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers et commencer à élaborer ses premières préconisations pour apporter une réponse aux nombreux problèmes soulevés par les collègues.

Pour le SNUDI-FO 35, la prise en compte des élèves à besoins éducatifs particuliers ne peut passer que par  :

●    l'analyse au cas par cas des besoins de l'enfant, analyse pouvant conduire soit à une inclusion, soit à une scolarisation dans une classe ou un établissement spécialisés ;
●    la création d'un corps d'AESH correctement formés ;
●    le rétablissement des RASED et de leurs missions pour qu'ils puissent à nouveau intervenir auprès des élèves ;
●    la création de postes dans les écoles afin de pouvoir proposer une inclusion satisfaisante ;
●     la création de structures spécialisées et de postes dans l'ASH afin de pouvoir scolariser de manière satisfaisante tous les élèves qui ne peuvent pas être inclus.

Information syndicales

Publié le

Mobilisations : ordonnances contre le code du travail, attaques contre les fonctionnaires, deux facettes d'une même politique !

Mardi 10 octobre 2017
grève unitaire dans la Fonction Publique

Dans un contexte d'attaques tous azimuts contre les salariés, les fonctionnaires ne sont pas épargnés : 120 000 suppressions de postes annoncées, gel du point d'indice, hausse de la CSG, rétablissement du jour de carence... autant de mesures qui vont affaiblir les services publics, dégrader les conditions de travail des agents et leur pouvoir d'achat. Ces attaques participent de la même politique qui a conduit à l'adoption des ordonnances de destruction du code du travail.

Le statut général de la Fonction Publique est d'ores et déjà menacé, notamment par l'annonce de la fin de la grille indiciaire commune aux trois fonctions publiques, et l'instauration du salaire au mérite.

Pour le SNUDI FO 35, l'unité des salariés du public et du privé doit se réaliser pour contrer ces attaques. C'est ce que le SNUDI FO se propose de mettre en discussion dans ses instances, mais aussi dans les écoles. C'est la question de la généralisation de la grève qui est posée, pour obtenir satisfaction aux revendications

●   Pour la défense du statut général et des statuts particuliers
●   Pour l’augmentation des salaires
●   Pour l’abandon des ordonnances Macron

Le SNUDI FO 35 appelle
les enseignants du premier degré d'Ille et Vilaine
à la grève
le mardi 10 octobre 2017,
et à la manifestation à 10h30 à Rennes.

*  Lire le communiqué national des fédérations de la Fonction Publique
*  Lire le communiqué de l'UIAFP FO
*  Lire le communiqué de la FNEC FP FO
*  Lire la Une du n°419 de l'Ecole Syndicaliste, journal national du SNUDI FO

*  Télécharger le modèle de déclaration de grève

Réunions d'information syndicale (RIS)

Le SNUDI-FO 35 organisent régulièrement des réunions d'information syndicale.

Mise en œuvre de PPCR pour l'évaluation et la promotion des enseignants, inclusions problématiques, rythmes scolaires, carte scolaire...  sont autant de sujets qui peuvent être abordés lors des RIS.

Le SNUDI-FO peut organiser une RIS dans votre école :

●   portant sur le(s) sujet(s) que les enseignants souhaitent voir abordés
●   sur un temps de récréation, un midi, en fin d'après-midi ou un mercredi après-midi
●   pour une durée pouvant aller de 15 min à 3 h.

Si vous êtes quelques-un(e)s dans votre école à souhaiter la tenue d'une telle RIS, contactez-nous.

Rappel : chaque collègue peut participer à trois demi-journées d'information syndicale (9h) dans l'année, dont une sur temps de classe, les autres pouvant être imputées aux 108 heures annualisées (et donc déduites, par exemple, des animations pédagogiques, y compris de celles qui sont estampillées obligatoires par votre IEN).

PPCR

La soi-disant « revalorisation » PPCR s’étale jusqu’en 2020. Dans la plupart des cas, à échelon identique, le niveau des salaires nets sera inférieur à celui de 2010. Stagiaires moins bien rémunérés qu’en 2010, hausse de la contribution retraite (de 8,39% en 2012 à 11,10% en 2020…), gel du point d’indice, conversion primes/points de l’ISAE, nouvelle grille indiciaire… sont autant d’outils pour le ministère pour réaliser des économies sur le dos des personnels qui lui permettront de financer quelques améliorations pour quelques-uns, très rares, qui accéderaient au mérite à la classe exceptionnelle.

Pour les PE, le rythme d’avancement unique est maintenant calqué sur le choix. Auparavant, 30% des collègues passaient au grand choix, 50% au choix et 20% à l’ancienneté. Globalement, les enseignants sont donc perdants. La revalorisation PPCR c’est le miroir aux alouettes…

Dans cette situation vous êtes nombreux à vous interroger face à des infos contradictoires et confuses et à des erreurs de l’administration quant à votre reclassement.

Pour obtenir les réponses à vos questions, vous pouvez :

●   contacter le SNUDI-FO 35 ;
●   solliciter le SNUDI-FO 35 pour organiser dans votre école une réunion d'information syndicale ;
●   consulter la rubrique « Corps - Echelon - Indice - Traitement » sur le site du SNUDI-FO 35 ;
●   consulter le tableau de reclassement (en lien suivant).

Rythmes scolaires : le sénat recommande ce que les enseignants refusent !

Le groupe de travail du Sénat sur les rythmes scolaires a présenté ses recommandations.

Que du bon ! Jugez-en :

●    Retour des 4 jours et demi,
●    Suppression d’au moins 2 semaines de congés,
●    Fin du calendrier national,
●    Renforcement du PEDT…

*  Lire le communiqué du SNUDI-FO

Campagne

Aucun collègue ne doit souffrir au nom de l'inclusion
Exigeons une scolarisation adaptée
pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
- en classe ordinaire quand c'est possible -
- en classe ou en établissement spécialisé quand c'est nécessaire -

Le SNUDI-FO poursuit sa campagne pour :

●   collecter des informations concernant les inclusions problématiques et les solutions qui ont pu être trouvées et mises en œuvre ;
●   défendre et soutenir les collègues confrontés à des situations difficiles voire ingérables ;
●   informer les collègues en publiant les récits collectés ;
●   contraindre l'administration à répondre aux alertes des collègues et à prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir des conditions de travail satisfaisantes pour les personnels et garantir de bonnes conditions d'apprentissage pour tous les élèves.

Le SNUDI-FO 35 invite donc tous les collègues à lui communiquer (par mail, par téléphone...) le récit des situations d'inclusions difficiles qu'ils vivent en classe. Outre l'aide qu'il pourra leur apporter, le SNUDI-FO 35 publiera, avec leur accord, leur récit (dans le courrier d'information par mail, dans le bulletin...) : dans les publications, tout sera anonymé (le nom de l'école, des enseignants, des élèves... ne seront pas divulgués).

*  Lire le compte-rendu de l'audience avec la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées

Evaluations en CP

Les Professeurs des écoles sont sollicités dans les départements et les circonscriptions pour organiser la passation d’une évaluation des élèves de CP. Ces sollicitations envoyées depuis quelques jours soulèvent plusieurs questions.

Ces évaluations ne sauraient présenter un caractère obligatoire, ce qui induit qu’aucun collègue ne peut être inquiété ou subir de quelconques pressions s’il ne les fait pas passer.

*  Lire le courrier du SNUDI-FO

Vacances de printemps

Lors du groupe de travail qui s’est tenu mardi 19 septembre le recteur a fait part aux organisations syndicales de sa décision de modifier le calendrier des vacances scolaires. Les vacances de PRINTEMPS s'étaleront du mercredi 25 avril 2018 (au soir) au lundi 14 mai 2018 (au matin).

Pour Force Ouvrière une telle situation aurait dû être anticipée au niveau ministériel et donner lieu à une modification du calendrier nationalement.

Retrait des ordonnances Macron : on ne lâche rien !

Publié le

Après la mobilisation interprofessionnelle réussie du 12 septembre, l'intersyndicale s'est réunie et a décidé de poursuivre la mobilisation pour le retrait des ordonnances Macron de destruction du code du travail.

L'intersyndicale départementale CGT, FO, Solidaires, FSU appelle à la grève et à la manifestation le jeudi 21 septembre 2017.

Elle appelle à participer à un meeting de rue unitaire avec distribution de la déclaration commune lundi 18 septembre de 11H30 à 13H ZI sud est, rue du bignon.

Un préavis de grève de la FNEC FP FO a été déposé auprès du recteur. Les déclarations de grève sont à adresser avant lundi soir aux IEN (modèle en lien suivant).

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>