Informations syndicales

Publié le

Tous en grève le 29 septembre

Les personnels de l’Education Nationale, professeur(e)s et AESH, réunis jeudi 8 septembre 2022 dans les locaux de l’UD FO 35 avec les syndicats SNUDI FO 35 et SNFOLC 35, ont fait le constat des conditions alarmantes de cette rentrée scolaire : 
    classes sans professeurs ; 
    classes surchargées (jusqu'à 30 élèves au primaire et 35 dans le secondaire) ; 
    élèves en situation de handicap insuffisamment accompagnés, parfois sans AESH ; 
    postes non pourvus au CNED et dans les établissements scolaires ; 
    multiplication des lieux d’affectation pour les enseignant(e)s et les AESH ; 
    4,5 jours de classe maintenus dans plusieurs communes du département (dont la ville de Rennes) ; 
    demande d'ouverture de classe refusée à la rentrée alors que les classes en CM atteignent 30 élèves  ; 
    conditions de travail dégradées.

Lire la prise de position de l'AG du jeudi 8 septembre 2022

A ceci s’ajoutent les difficultés financières que connaissent un bon nombre de personnels en raison de l’inflation (hausse des prix du carburant, hausse des loyers, prix des denrées alimentaires...). 
Cette situation ne peut plus durer.

Pour toutes ces raisons, nous serons en grève le 29 septembre 2022 et rejoindrons les salarié(e)s, les sans-emplois, les jeunes et les retraité(e)s qui manifesteront ce jour à Rennes et dans toute la France. Nous appelons aussi tous les personnels de l'Education à se saisir de la grève pour obtenir satisfaction sur les revendications. 

Rdv 11h00 place Charles de Gaulle à Rennes
Une AG Education aura lieu suite à la manifestation.

La déclaration préalable d’intention de faire grève est à envoyer avant lundi 26 septembre minuit. Consulter notre page "Grève" pour plus d’information.

*  Télécharger la déclaration préalable à la grève

Tract UD FO 35
Tract intersyndical d'Ille-et-Vilaine

Arrêt immédiat des évaluations d'école en Ille-et-Vilaine

À l’initiative du Conseil d’Évaluation de l’École, instance créée par la loi « pour une École de la confiance », une expérimentation d’évaluation des écoles a débuté au premier trimestre 2021, après celle instaurée dans le second degré. Le Ministre Blanquer entendait généraliser ce dispositif dès la rentrée à raison de 20% des écoles par an. Aujourd'hui, le Ministre N'Diaye recule puisqu'il annonce déjà le report des évaluations d'école après le premier trimestre. […]

Ce nouveau dispositif lie acquisitions et résultats des élèves aux pratiques professionnelles, tout en s’intéressant aux temps scolaire et périscolaire et au fonctionnement de l’école. Il ne peut ni constituer ni participer à l’évaluation des personnels, qui doit rester de la seule compétence de l’IEN.

La participation des collectivités constitue un risque d’ingérence et une nouvelle forme de territorialisation. Les questionnaires « type satisfaction » distribués aux parents et aux élèves transforment leur rapport au service public d’Éducation, rapport qui s’apparente à celui entre prestataire et un client.

Les organisations syndicales SNUipp-FSU 35, SNUDI-FO 35, CGT-Educ’action 35, SUD éducation 35 et CNT-STE 35 s’opposent au pilotage par les résultats qui ont pour conséquence la mise en concurrence des écoles. Ce dispositif vient considérablement alourdir la charge de travail des personnels des écoles, particulièrement pour les directrices et directeurs, qui se retrouvent au centre d’un dispositif qui n’est pas souhaité. Il constitue une marche supplémentaire dans la généralisation du « tout évaluation » dans l’Éducation nationale, via une évaluation et d’un contrôle plus strict des écoles. Par ailleurs, les évaluations d’école ne doivent pas être le prétexte pour instaurer la rémunération au mérite.

Pour améliorer le fonctionnement des écoles, nos organisations considèrent que le ministère devrait plutôt créer en urgence les postes nécessaires, s’assurer de recrutements en conséquence et d’un plan de titularisation des contractuels, assurer une véritable formation initiale et continue, améliorer les conditions de travail et d’étude et augmenter les salaires.

Les organisations syndicales SNUipp-FSU 35, SNUDI-FO 35, CGT-Educ’action 35, SUD éducation 35 et CNT-STE 35 appellent les écoles qui refusent ces évaluations d'école à prendre position par des motions de conseil des maîtres et maitresses et à les faire remonter aux syndicats. Elles soutiendront tous les personnels qui subiraient des pressions pour les contraindre à accepter les évaluations d'école.

Tract intersyndical en intégralité

Réunion d'information syndicale

Le SNUDI FO 35 organise des réunions d'information syndicale les :

jeudi 29 septembre à 17 h 30
salle communale de Combourg
18 boulevard du Mail

mardi 4 octobre à 18 h 00
à l’Union Locale FO de Saint Malo
8 rue Ernest Renan

lundi 10 octobre à 12 h 00
à l'école maternelle Les mains vertes
Plelan le Grand, 14 rue Monfort

mardi 11 octobre à 17 h 00
à l'école élémentaire François Renaud
Saint Lunaire, 227 rue des écoles

mardi 11 octobre à 17 h 00
à l'école élémentaire Jacques Prévert
Saint Gilles, 5 bis rue du Parc

Les réunions syndicales sont ouvertes aux enseignants du 1er degré et aux AESH.

Peuvent y être abordés différentes problématiques : évaluations des écoles, scolarisation des élèves en situation de handicap, manque de moyens (remplaçants, places en établissement médico-sociaux, AESH…), formation continue…

Réunion d’information syndicale (RIS) – Vos droits

Chaque enseignant peut participer à 9 heures d’information syndicale par année scolaire : ces heures peuvent être déduites des 108 heures annualisées (sauf celles des 36 heures affectées aux APC).

Participer à une RIS est un droit, cela ne nécessite pas une demande d’autorisation d’absence mais une simple information de son IEN au moins 48 heures avant la réunion.

Toutes les informations sur les modalités pratiques autour des réunions d'information syndicale sont disponibles ici.

Télécharger le calendrier des RIS

Sommaire du bulletin n° 152

p.1 : L’édito
p.2 : Compte-rendu CTSD
p.3 : Rentrée chaotique / AESH-Frais de déplacement
p.4 : Quel recours ?
p.5 : RIS-Calendrier
p.6 : Evaluations d’école
p.7 : Grève 29 septembre
p.8 : Bulletin d’adhésion 2022

Télécharger en cliquant sur l'image

Stage de formation syndicale "inclusion scolaire"

Publié le

Des centaines de fiches SST dans le premier degré ont été rédigées concernant les conditions d'inclusion dans notre département l'an passé. Plus de 800 élèves qui ont une notification pour l'enseignement adapté se retrouvent dans les classes ordinaires avec des AESH non formés pour répondre aux besoins des élèves. La mise en place des PIAL conduit à rationnaliser les emploi du temps des AESH et leur impose d'accompagner jusqu'à 8 élèves par semaine, à remplacer leurs collègues absentes.

La dégradation des conditions de travail a conduit à la démission d'une centaine d'AESH l'an passé. Ainsi, sur le secteur de Saint-Malo, sur les 150 postes d'AESH, 22 postes ne sont pas pourvus et 7 AESH sont en congé de longue durée. De  nombreux élèves ne sont pas accompagnés en cette rentrée : à Saint-Gilles, 6 élèves bénéficiant d'une notification d'accompagnement humain n'ont pas d'AESH. A Bruz, ce sont 7 élèves qui sont dans ce cas… Il est alors demandé aux enseignants "de faire avec les moyens du bord" et aux AESH de prendre en charge toujours plus d'élèves dits mutualisés au détriment de la qualité de l'accompagnement.

Aucun collègue ne doit souffrir au nom de l'inclusion !

Face à cette situation dramatique :

Exigeons une scolarisation adaptée
pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
- en classe ordinaire quand c'est possible -
- en classe ou en établissement spécialisé quand c'est nécessaire -

Le SNUDI-FO 35 dit OUI à l'inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers mais NON à l'inclusion sans limites : les besoins et les droits des élèves à besoins éducatifs particuliers, des autres élèves, des enseignants et des AESH doivent être respectés.

Pour informer sur les possibilités d'action face à une situation particulière difficile et construire une action collective sur cette question, le SNUDI FO 35 organise un stage de formation syndicale :

mardi 18 octobre 2022, de 9h30 à 17h00
dans les locaux du syndicat, 35 rue d'Echange à Rennes
en présence de César LANDRON,
secrétaire national en charge des questions ASH

Les stages de formation syndicale sont ouverts à tous, syndiqué-e-s ou non. Pour y participer, inscrivez-vous dès à présent auprès du syndicat qui vous adressera une convocation. La demande d'autorisation d'absence devra être envoyée à l'IEN au moins un mois avant la date du stage soit le samedi 17 septembre 2022 au plus tard.

Informations syndicales

Publié le

Stage de formation syndicale "inclusion scolaire" :
aucun collègue ne doit souffrir au nom de l'inclusion

Exigeons une scolarisation adaptée
pour les élèves à besoins éducatifs particuliers
- en classe ordinaire quand c'est possible -
- en classe ou en établissement spécialisé quand c'est nécessaire -

Le SNUDI-FO 35 dit OUI à l'inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers mais NON à l'inclusion sans limites : les besoins et les droits des élèves à besoins éducatifs particuliers, des autres élèves et des enseignants doivent être respectés.

Pour informer sur les possibilités d'action face à une situation particulière difficile et construire une action collective sur cette question, le SNUDI FO 35 organise un stage de formation syndicale :

mardi 18 octobre 2022, de 9h30 à 17h00
dans les locaux du syndicat, 35 rue d'Echange à Rennes (métro Sainte Anne)
en présence de César LANDRON,
secrétaire national en charge des questions ASH

Les stages de formation syndicale sont ouverts à tous, syndiqué-e-s ou non. Pour y participer, inscrivez-vous dès à présent auprès du syndicat qui vous adressera une convocation. La demande d'autorisation d'absence devra être envoyée à l'IEN au moins un mois avant la date du stage soit le samedi 17 septembre 2022 au plus tard.

CTSD 1er degré : communiqué

L’année scolaire qui débute s’annonce pire que la précédente pour les personnels et les élèves des écoles d'Ille-et-Vilaine. Rien n’est fait pour remédier et empêcher que survienne à nouveau le chaos des non remplacements subi l’année dernière. Le DASEN annonce que tous les personnels nécessaires pour cette année scolaire n'ont pas encore été recrutés, qu'il fera appel à des enseignants contractuels supplémentaires (13 ont déjà été recrutés) et que des dizaines de postes d'AESH sont vacants. Rappelons au passage que seuls 21 INEAT ont été finalisés alors que les services ont reçu environ 300 demandes.

C’est dans ce contexte, alors que l’inflation ne cesse de grimper, que le président Macron évoque la fin de « l’abondance » ! Il déclare aux recteurs le 25 août que les difficultés de l’école ne relèvent pas d’une question de moyens : les enseignants apprécieront cette annonce de fin de l’abondance de postes et d’enseignants. […]

Lire le communiqué intégral de la FNEC FP FO 35
Lire la déclaration liminaire de la FNEC FP FO 35

Communiqué intersyndical suite au CTSD

"L’ensemble des organisations syndicales, FSU, CGT, FO, SGEN-CFDT, UNSA, s’est prononcé aujourd’hui en CTSD, "contre" les ajustements de rentrée proposés par le DASEN en Ille-et-Vilaine.
Or, la réglementation impose, dans ce cas, une nouvelle convocation du CTSD sur la carte scolaire avec au moins 8 jours de délai supplémentaire voire jusqu’à 30 jours !
L’ensemble des organisations syndicales dénonce la lourdeur de ces procédures qui auraient décalé d’autant, les ajustements de rentrée et l’affectation de personnels.
Par le passé ce report a déjà eu lieu dès le lendemain.
Dans le but de servir au mieux nos collègues et de limiter le temps d’attente, l’ensemble des organisations syndicales a décidé d’annuler le premier vote et a procédé à un nouveau vote d’abstention à l’unanimité.
Ce choix permet aux écoles de bénéficier au plus vite de ces mesures.
Les organisations syndicales déplorent cependant que toutes leurs demandes n’aient pas été entendues.
"
À Rennes le 5 septembre 2022

Réunion d'Information syndicale

   Que faire par rapport à la situation de mon école ? A la fermeture d'une classe ?
   Quelle initiative prendre en cas de non remplacement ? 
   J’ai un élève sans AESH, ou en attente de place en IME, que faire ? 
   Comment refuser l’évaluation d’école annoncée par l’IEN ? 
   Suis-je obligé de suivre la formation constellations ? 
   Et toute autre question…

En cette rentrée où s'annoncent des difficultés de remplacement, au moment où le ministre prévient qu’« il faudra faire avec les moyens du bord », Face aux projets du gouvernement remettant toujours plus en cause notre statut d’enseignants fonctionnaires d’Etat (évaluations d’école, expérimentation marseillaise, contrat local d’accompagnement…),

participez à la réunion organisée par le SNUDI-FO 35
le jeudi 8 septembre à partir de 17h00
à l'UD Force Ouvrière (35 rue d'Echange à Rennes)

Des dates de RIS seront prochainement communiquées. Si vous souhaitez que le SNUDI-FO 35 en organise une dans votre école, appelez au 06 43 03 93 67.

Important : Toutes les RIS (présentielles ou visio), sont régies par le décret 82-447 du 28 mai 1982, modifié par le décret 2012-224 du 16 février 2012, en application de l’exercice du droit syndical dans la Fonction publique. À ce titre, elles ont été déclarées auprès du DASEN afin que les collègues qui y participeront puissent les déduire de leurs heures annualisées obligatoires (48h de concertation en équipe, 18h de formation/animation/conférence pédagogique ou 6h de conseil d’école prévues par le décret n°2017-444 du 29 mars 2017). Pour cela, ne pas oublier d’informer votre IEN de votre participation à une RIS.

Vous avez droit de déduire 9h de vos obligations :
– Soit 3 heures prises sur le temps d’enseignement et 6 heures prises sur le temps de réunions ou de formation
– Soit 9 heures prises sur le temps de réunions ou de formation
Vous pouvez par exemple déduire 9h de RIS de vos heures d’animation pédagogique que vous choisirez.

Toutes les informations sur les modalités pratiques autour des réunions d'information syndicale sont disponibles ici.

Evaluations d'école : dispositif ébranlé

Vous trouverez en lien ci-dessous un communiqué du SNUDI-FO intitulé « Nous ne ferons pas d’évaluations d’école au 1er trimestre. On verra plus tard. »

Ce sont les propos tenus par le ministre Ndiaye devant la délégation de la FNEC FP-FO qui le sollicitait sur cette question lors d’une audience le 5 septembre.

Cette annonce est un véritable point d’appui pour amplifier la mobilisation pour l’abandon pur et simple de ces évaluations d’école…

Contactez le SNUDI-FO 35 !
Syndiquez-vous au SNUDI-FO 35 !

Communiqué du SNUDI-FO

Rentrée 2022

Publié le

Des conditions de rentrée chaotiques !

Les TRS reçoivent habituellement leur affectation au plus tard fin juillet (au départ en vacances des personnels administratifs). Cette année, les TRS n'ont pas eu leur affectation avant le vendredi 26 août. De même, les collègues qui ont fait des demandes de temps partiels ne connaissaient pas non plus leur emploi du temps. Nos collègues nous interpellent sur ces points car ils trouvent cette situation inacceptable. Le SNUDI-FO 35 s’associe au courrier de collègues qui s’insurge de ces conditions de rentrée et vous invite à le renvoyer au DASEN.

En effet, impossible pour les TRS d'anticiper leur travail, de préparer leur cours pendant les vacances d'été. Cela engendre aussi un mécontentement, une colère des directrices et directeurs qui ne peuvent pas préparer la rentrée avec les collègues qui assurent leur complément de service. Les directeurs et directrices ne savent pas non plus quel(s) jour(s) ils seront déchargés. Impossible aussi pour les personnes à temps partiel de prendre des rendez-vous médicaux, d'organiser leur vie personnelle. Les conditions de travail de nos collègues sont d'ores et déjà dégradées alors que la rentrée n'est pas encore actée.

Cela s'ajoute à des mesures de carte scolaire qui vont conduire à de nouvelles fermetures de classe à la rentrée. Fait rarissime, des écoles qui n'étaient pas concernées pas des mesures de fermeture (même à titre provisoire) risquent de voir une classe fermer ce qui montre clairement une fois de plus le mépris affiché par l'administration envers nos collègues qui se verront déplacés d’office sans avoir pu participer au mouvement.

Cela s'ajoute à des centaines d'INEAT refusés dans notre département (une dizaine d'INEAT accordés seulement sur plus de 300 demandes) alors que 50 classes étaient fermées chaque jour en fin d'année, que de nombreux EXEAT ont été refusés et que des dizaines de contractuels vont être recrutés dès la rentrée. Le SNUDI-FO est aussi mobilisé aux côtés des collègues inscrits sur liste complémentaire dans l’académie de Rennes. FO se réjouit de leur mobilisation (pétition nationale, rassemblement et audience avec le Recteur le 15 juillet) pour le recrutement de toutes les listes complémentaires. Le ministre recule, les listes complémentaires commencent à être recrutées (15 pour notre département) : on continue, on ne lâche rien !

Cela s'ajoute aux quelques 800 élèves ayant une notification vers un établissement spécialisé et se trouvant dans les classes ordinaires faute de place en structure adaptée. Cette situation met en souffrance les AESH et prive d’autres enfants de leurs droits d’accompagnement.

Cela s'ajoute aux contre-réformes notamment celle des évaluations d'école qui vont se mettre en place dans certaines écoles du département dès la rentrée et engendrer une charge de travail supplémentaire. Le SNUDI FO 35 appelle les écoles qui refusent ce nouveau dispositif de management à se regrouper et prendre position par des motions de conseil des maîtres.

Le SNUDI-FO 35 s'est adressé par courrier au DASEN pour déplorer la situation concernant l'impréparation de cette rentrée et a demandé une audience afin d'exiger que toutes les demandes des collègues (jour de décharge, jour de temps partiel…) soient accordées.

La rentrée scolaire, en Ille-et-Vilaine, comme ailleurs, ne se passera pas dans de bonnes conditions. Il ne suffit pas d’un adulte devant nos élèves, nous voulons des enseignants sous statut, et par conséquent, qualifiés et formés. Nous voulons des remplaçants pour qu’aucun élève ne perde une journée de classe, nous voulons des enseignants spécialisés pour que tous les élèves en situation de handicap puissent être scolarisés, nous voulons des RASED complets, nous voulons des AESH dans le respect des notifications de la MDPH et des besoins des élèves. Nous ne voulons pas de poudre de perlinpinpin : il manque plus d’une centaine de postes en Ille-et-Vilaine pour que l’école publique puisse fonctionner dans de bonnes conditions.

C’est pour des raisons similaires que les ATSEM des écoles sont appelées à la grève le 1er septembre, jour de rentrée, Le SNUDI-FO 35 relaie et soutient cet appel. La situation ne peut plus durer ainsi. La fédération FO de l’enseignement (FNEC-FP FO) a déposé un préavis de grève à compter du 1er septembre, jour de la rentrée.

Communiqué de rentrée du SNUDI-FO 35
Courrier type de collègues
Courrier du SNUDI-FO 35 adressé au DASEN
Tract de l’appel à la grève des ATSEM
Communiqué de rentrée du SNUDI-FO national

Carte scolaire : CTSD le lundi 5 septembre

Le contexte de la rentrée, les conditions de l'année scolaire 2021-2022, nécessitent plus que jamais d'exiger les maintiens et ouvertures de classes nécessaires. Fait rarissime, des écoles qui n'étaient pas concernées par des mesures de fermeture (même à titre provisoire) risquent de voir une classe fermer. Des collègues se verraient donc déplacés d’office sans avoir pu participer au mouvement. Si vous êtes concerné(e) par cette situation, contactez le SNUDI FO 35.

Force Ouvrière exige un plan massif de recrutements par le recrutement de tous les reçus de la liste complémentaire.

Adressez-nous vos effectifs de rentrée actualisés, à l'aide la fiche de suivi carte scolaire du SNUDI-FO 35.

FO exigera toutes les ouvertures nécessaires et l'annulation de toutes les fermetures, défendra chaque dossier qui lui aura été confié.

Télécharger la Fiche « carte scolaire »

Réunion d’Information Syndicale

Le SNUDI FO 35 (1er degré) et le SNFOLC 35 (2nd degré) organisent une réunion d’information syndicale de rentrée :

jeudi 8 septembre à partir de 17h00
dans les locaux de l'Union Départementale FO

(35 rue d'Echange à RENNES)

Cette réunion est ouverte à tous, syndiqué ou non, AESH, professeurs des écoles et psyEN.

Important : Toutes les RIS (présentielles ou visio), sont régies par le décret 82-447 du 28 mai 1982, modifié par le décret 2012-224 du 16 février 2012, en application de l’exercice du droit syndical dans la Fonction publique. À ce titre, elles ont été déclarées auprès du DASEN afin que les collègues qui y participeront puissent les déduire de leurs heures annualisées obligatoires (48h de concertation en équipe, 18h de formation/animation/conférence pédagogique ou 6h de conseil d’école prévues par le décret n°2017-444 du 29 mars 2017). Pour cela, ne pas oublier d’informer votre IEN de votre participation à une RIS.

Vous avez droit de déduire 9h de vos obligations :
Soit 3 heures prises sur le temps d’enseignement et 6 heures prises sur le temps de réunions ou de formation
– Soit 9 heures prises sur le temps de réunions ou de formation

Vous pouvez par exemple déduire 9h de RIS de vos heures d’animation pédagogique que vous choisirez.

Toutes les informations sur les modalités pratiques autour des réunions d'information syndicale sont disponibles ici.

Informations syndicales

Publié le

Des postes sous statut à hauteur des besoins

Après  une année scolaire marquée par le non-remplacement quasi-systématique des enseignants en congé, par un nombre inédit de fermetures de classe, par un manque toujours aussi patent d’enseignants spécialisés et de places dans les établissements sociaux et médico-sociaux, la rentrée 2022 s’annonce bien pire que la précédente.

D’une part, comme le SNUDI-FO le signale depuis des mois, le nombre de postes prévu par l’ex-ministre Blanquer, et désormais confirmé par le nouveau ministre Ndiaye, est bien insuffisant et ne pourra que dégrader encore la situation.

D’autre part, toutes les places aux concours ne trouvent pas preneurs faute de candidats, en particulier dans les académies de Versailles, de Créteil, de Paris…

Alors que, face à ce constat indiscutable, le ministre n’envisage rien d’autre que l’Uberisation, les jobs dating, en tentant de recruter massivement des contractuels précaires et sous-payés, le SNUDI-FO continue de défendre inlassablement les revendications afin de recruter immédiatement des enseignants sous statut.

Lire le communuqué du SNUDI-FO

En Bretagne, ce sont seulement 9 places sur les 32 ouvertes au concours en langue régionale qui seront pourvus alors même que l'IA-DASEN décide d'ouvrir 6 classes bilingues en Ille-et-Vilaine à la rentrée prochaine et que de nombreux postes n'étaient déjà pas pourvus cette année par des enseignants spécialistes de la langue bretonne. De plus, 45 lauréats sont reçus sur liste complémentaire, la FNEC FP FO 35 intervient en CHSCT, aujourd'hui, pour exiger leur recrutement immédiat.

Venez soutenir les jeunes reçus sur liste complémentaire au concours qui veulent devenir stagiaires.

Venez revendiquer le recrutement de personnels pour que l’année scolaire prochaine ne se passe pas dans les mêmes conditions que l’année qui s’achève.

RASSEMBLEMENT
Mercredi 6 juillet à 15h
au rectorat de Rennes, rue d’Antrain.

Les personnels refusent les évaluations d’école et exigent leur abandon !

Les écoles reçoivent actuellement la confirmation par l'IA-DASEN qu'elles sont désignées volontaires pour subir une évaluation d’école en 2022-2023.

Le SNUDI-FO rappelle que ce dispositif, véritable outil de privatisation et de mise en concurrence des écoles, s’attaque frontalement au statut des personnels en mettant en œuvre :
  
  une auto-évaluation où l’école serait évaluée par les personnels, les parents, les élèves, les « partenaires », les élus...
  
  une évaluation externe où un audit de l’école serait rédigé entre autre par « une personnalité extérieure ».

En Ille-et-Vilaine, des personnels réunis en RIS avec le SNUDI-FO ont exprimé le refus d'être soumis à ce dispositif qui ne se base sur aucun texte réglementaire et qui n'améliorera en rien les conditions de travail dans les écoles. Au contraire, elles seront source de tâches administratives supplémentaires. Les collègues appellent les écoles du département à prendre position pour refuser les évaluations d'école lors de conseil des maitres.

Lire le communiqué intégral du SNUDI-FO
Télécharger une motion type pour refuser les évaluations d'école

Les organisations syndicales  SNUipp-FSU,  SNUDI-FO,  CGT-Educ’action, SNALC,  Sud-Éducation  s’opposent au pilotage par les résultats qui ont pour conséquence la mise en  concurrence des écoles.  Ce dispositif vient considérablement alourdir la charge de travail des personnels des écoles, particulièrement pour les directrices et directeurs, qui se retrouvent au centre d’un dispositif qui n’est pas souhaité. Il constitue une  marche supplémentaire dans la généralisation du « tout évaluation » dans l’Éducation nationale, via une évaluation et d’un contrôle plus strict des écoles. Par ailleurs, les évaluations d’école ne doivent pas être le prétexte pour instaurer la rémunération au mérite.

Lire le communiqué intersyndical

Une « augmentation » qui ne compense même pas l’inflation !

Le gouvernement a annoncé une augmentation du point d’indice de 3,5 %. Avec la FGF-FO, la FNEC FP-FO rappelle que la perte de pouvoir d’achat depuis 20 ans s’élève à 25 %. De plus, l’inflation est de 5,2% en un an de mai 2021 à mai 2022 !  Les agents publics devraient donc se résigner à subir l’inflation et perdre de l’argent ?

Et dans l’Education nationale ?

Le ministre Ndiaye a effectué ses annonces ce week-end dans la presse. Il indique vouloir « passer le salaire des jeunes au-dessus des 2000 € net » (en parlant des seuls enseignants). La FNEC FP-FO a questionné le ministre : doit-on s’attendre à un plafonnement du salaire pendant les 15 premières années d’exercice ? et les autres personnels ? Et les AESH par exemple, qui malgré les 3,5% généreusement octroyés par le gouvernement, resteront sous le seuil de pauvreté !

Le ministre est resté évasif et a juste répondu que les discussions ne concerneront pas uniquement les débuts de carrière mais aussi le milieu de carrière… Faut-il en déduire que bon nombre de collègues seraient écartés de cette « revalorisation » ?

Une revalorisation insuffisante de l'ISSR

Lors du groupe de travail préparatoire au comité technique du 6 juillet, le ministère a présenté son projet de revalorisation de l’Indemnité de Sujétion Spéciale de Remplacement (ISSR)  avec modification du décret 89-825 et de son arrêté.

Cette revendication d’une  revalorisation significative de l’ISSR était portée par la FNEC FP-FO à travers des motions de réunions syndicales, une pétition nationale, de multiples interventions en audience, dans les instances, auprès du ministère.

Pour autant, cette revalorisation n’est pas pour la FNEC FP-FO à la hauteur des attentes des personnels. Elle va de + 3,64% pour la plus basse tranche de 0 à 10 km (passage de 15,38€ à 15,94€) à + 7,84% pour la tranche de plus de 60 km (passage de 45,66€ à 49,24€).

Face à l’explosion des prix des carburants et  d’entretien des véhicules, on est donc loin du compte ! Rappelons que les frais de déplacement du décret Fonction publique de 2006 ont été revalorisés de 10%, ce qui constituait pour la FNEC FP-FO un minima de revalorisation pour l’ISSR.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>