Informations syndicales

Publié le

Grève jeudi 13 janvier

Trop c’est trop !
Tous en grève jeudi 13 janvier !
Tous en AG pour discuter des suites !

Depuis la rentrée de janvier la colère explose dans les écoles.

Les personnels n’en peuvent plus des protocoles Blanquer (le 49ème étant sorti le 6 janvier). Ils n’en peuvent plus des ordres et des contrordres permanents, des personnels non remplacés, des pressions pour effectuer du télé-enseignement, de la charge de travail insupportable que le ministre fait subir aux directeurs…  Ils constatent que le ministre se refuse à leur fournir les moyens de protection individuelle qui manquent toujours.

Ils relèvent pourtant que ce n’est pas une question financière puisque M. Blanquer se flatte d’avoir rendu 75 millions d’euros qui faisaient pourtant partie du budget 2021, après les 600 millions qu’il avait déjà "économisés" en 2020.

Pour le SNUDI-FO, c’est donc une situation de chaos voulue par le ministre.

Dans cette situation de chaos inédit dans les écoles, le SNUDI-FO 35 appelle les personnels du 1er degré à la grève dès le jeudi 13 janvier pour revendiquer :

•   le recrutement immédiat de tous les candidats aux concours inscrits sur les listes complémentaires et le réabondement de celles-ci, la stagiarisation ou la titularisation de tous les contractuels qui le souhaitent ;
•   le recrutement d’infirmières scolaires, de médecins scolaires et de médecins de prévention à hauteur des besoins et la réintégration de tous les personnels suspendus ;
•   la création de toutes les classes et de tous les postes nécessaires et aucune fermeture de classe lors des prochains CTSD ;
•   le respect des prérogatives des directeurs d’école, l’arrêt de l’accumulation des tâches supplémentaires et l’abandon de la loi Rilhac ainsi que de l’expérimentation Macron à Marseille ;
•   de véritables mesures de protection, comme des masques FFP2, des tests et des capteurs de CO2 pour les personnels qui le souhaitent, en lieu et place des protocoles inapplicables qui rendent fous ;
•   la tenue de CHS-CT en urgence pour les départements qui le demandent ;
•   l’arrêt de toutes pressions vis-à-vis des personnels pour les contraindre à effectuer du télé-enseignement non réglementaire ;
•   l’augmentation de 21% de la valeur du point d’indice et une augmentation indiciaire immédiate de 183€ net mensuels comme l’ont obtenu les hospitaliers ;
•   un vrai salaire et un vrai statut pour les AESH, l’abandon des PIAL.

Le SNUDI-FO 35 appelle les personnels à se réunir en AG le 13 janvier et à mettre en discussion la poursuite de la grève pour gagner sur les revendications.

Lire le communiqué du SNUDI-FO
Lire le communiqué intersyndical national

La déclaration préalable d’intention de faire grève est à envoyer aujourd'hui, lundi 10 janvier avant minuit. Consulter notre page "Grève" pour plus d’information.

*  Télécharger la déclaration préalable à la grève

CHSCT-A extraordinaire du jeudi 6 janvier

Le rectorat n’annonce que des moyens dérisoires

Alors que rien que pour l’Ille-et-Vilaine le jour du CHSCTA, 86 professeurs des écoles absents ne sont pas remplacés (seuls 50 le sont), le rectorat ne réclame rien au ministère car les directions académiques n’ont pas encore réussi à recruter jusqu’au plafond autorisé au premier trimestre : 30 contractuels resteraient à embaucher !
Concernant la vie scolaire, le rectorat a l’autorisation de recruter des AEd à hauteur de 40 000 heures supplémentaires.
Aucune précision n’est donnée s’agissant des enseignants du second degré, des personnels administratifs. Les infirmières et médecins scolaires, submergées et déjà épuisées comme les directeurs d’écoles, les personnels de direction et de vie scolaire, n’auront aucun renfort.

FO demande un plan d'urgence

la FNEC FP-FO a demandé la mise au vote du vœu suivant : « Le     ministre de l'Éducation Nationale a affiché sa volonté de maintenir les écoles, les établissements et les classes ouverts. Pour le  CHSCT-A, cela doit se  traduire par le fait que  tous les élèves puissent suivre une scolarisation normale, c'est à dire en bénéficiant d'un enseignement dispensé par des personnels sous statut. Or, les annonces de recrutement de contractuels ou l'appel aux retraités ne répondent pas aux exigences de la situation. Le CHSCT-A exige le recrutement immédiat de toutes les personnes sur listes complémentaires et d’abonder celles-ci autant que nécessaire. Le CHSCT-A exige la création de tous les postes nécessaires au bon fonctionnement des écoles, des établissements et des services, pour diminuer les effectifs par classe. »

Résultat : FO a voté pour, FSU, CFDT et UNSA n’ont pas pris part au vote.

Lire le compte rendu

Procédure d'alerte

Une procédure d'alerte a été déposée auprès du DASEN d'Ille-et-Vilaine le vendredi 7 février 2022 par la FNEC FP FO 35. Dans ce courrier, FO exige :

•    la mise à disposition gratuite des masques pour les élèves, la fourniture, pour tous les personnels, de masques FFP2, seuls reconnus par le Code du Travail comme étant protecteurs ;
•    le recrutement d'enseignants  en ayant recours aux listes complémentaires des concours ;
•    la réquisition si nécessaire de bâtiments pouvant accueillir des classes ou la location de bâtiments modulaires ;
•    l’isolement de toutes les personnes susceptibles d’être contact à risque dès lors qu’un cas est confirmé ;
•    la mise en œuvre du dépistage systématique effectif, systématique et régulier des élèves et des personnels comme préalable à toute reprise d'activité ;
•    la création des postes statutaires d'infirmières et de médecins scolaires pour les missions de dépistage dans les écoles ;
•    l'équipement en capteurs de CO2 de toutes les salles de classe des écoles et EPLE, et qu'en fonction des constats et analyses réalisés, qu'elles soient équipées de purificateurs d'air.
Si aucune réponse n’était apportée, la FNEC-FP Force Ouvrière 35 rappelle que les collègues pourraient être amenés à exercer leur droit de retrait.

Lire le courrier de la FNEC FP FO 35

Informations syndicales

Publié le

Le SNUDI-FO 35 souhaite ses meilleurs vœux
à tous les personnels des écoles d’Ille-et-Vilaine.

Réunion d'Information Syndicale

Dans ce contexte de rentrée difficile, les réunions de personnels peuvent toujours se tenir en présentiel dans le respect des gestes barrières. Les délégués du SNUDI-FO 35 se déplacent dans toute école qui souhaiterait avoir des informations syndicales sur l'actualité de la profession. Contactez-nous par téléphone ou par mail.

RIS à l'école élémentaire La Chesnaye de Mordelles 
jeudi 20 janvier 2022 à 17h15

RIS à l'école primaire de Maxent
prévue le 10 janvier 2022 reportée

Toutes les RIS (présentielles ou en visio), sont régies par le décret 82-447 du 28 mai 1982, modifié par le décret 2012-224 du 16 février 2012, en application de l’exercice du droit syndical dans la Fonction publique. 
À ce titre, elles ont été déclarées auprès du DASEN afin que les collègues qui y participeront puissent les déduire de leurs heures annualisées obligatoires (48h de concertation en équipe, 18h de formation/animation/conférence pédagogique ou 6h de conseil d’école prévues par le décret n°2017-444 du 29 mars 2017) dans la limite de 9 heures. Pour cela, il ne faut pas oublier d’informer votre IEN de votre participation à une RIS.

Toutes les informations sur les modalités pratiques autour des réunions d'information syndicale sont disponibles ici.

Audience du SNUDI FO 35 avec l’IENA

Mardi 4 janvier 2022, une délégation du SNUDI FO 35 a répondu à l‘invitation de Frédéric Bodin, nouvel IENA d’Ille-et-Vilaine, qui a souhaité rencontrer les organisations syndicales représentatives. La délégation du SNUDI-FO 35 était composée de Mickaël Bezard, secrétaire départemental et Ronan Le Prado, trésorier du syndicat.

Télécharger le compte-rendu de l’audience

Salaires : le 27 janvier, l’heure est désormais à la mobilisation de toutes et tous !

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL soutiennent les actions et mobilisations organisées dans les jours et semaines qui viennent pour exiger des augmentations de salaires et défendre les emplois et conditions de travail et appellent à une mobilisation interprofessionnelle sur les salaires et l’emploi le jeudi 27 janvier 2022. Il est urgent et indispensable d’agir toutes et tous ensemble par la grève et les manifestations pour l’augmentation immédiate de tous les salaires du privé comme du public, des allocations pour les jeunes en formation et en recherche d’emploi, ainsi que d’améliorer les pensions des retraités.

Télécharger le communiqué intersyndical

Vers une destruction méthodique du service public d'éducation et la mise en place d'un management généralisé

  Loi Rilhac

La proposition de loi créant la fonction de directeur·rice d’école, dite loi « Rilhac », a été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale le 13 décembre 2021. À deux reprises, lors de la loi sur l'école de la confiance, puis lors de la 1ère lecture de la proposition de loi Rilhac, la mobilisation avait fait capoter ce projet.

La délégation de compétences et l'autorité fonctionnelle, socle de la loi Rilhac sont des outils qui permettent au ministre d'avancer vers son objectif : créer des directeur·rices-supérieur·es hiérarchiques pouvant évaluer voire recruter leurs collègues !

Cette loi met fin à la prétention démocratique de l'école en supprimant la possibilité du fonctionnement démocratique lui-même. C'est un tournant historique !
[...]

•  Projet Local d’Evaluation (PLE)

Suite au désastre des deux premières sessions des « épreuves communes de contrôle continu » et aux expérimentations dues à la pandémie en 2020 et 2021, le ministère a décidé dans la note de service du 28 juillet 2021 de passer au contrôle continu intégral pour les disciplines du tronc commun au lycée.

La mise en place de ce plan local d'évaluation a pour but de faire peser la responsabilité d'une réforme qui a détruit le caractère national et égalitaire du baccalauréat sur les équipes pédagogiques au sein des établissements, qui devront elles-mêmes rédiger les règles d'évaluation auxquelles elles s'astreignent, afin de pallier la disparition du cadrage national imposée par Blanquer.
[...]

  Auto-évaluation des établissements scolaires

Cette année encore, des centaines d’établissements en France se voient embarqués de force dans une opération nommée « auto-évaluation ». De fait, cette auto-évaluation s’inscrit dans un cadre bien plus large et particulièrement dangereux.

Un « conseil d’évaluation de l’école » (CEE) a été créé par la loi Blanquer dite « pour une école de la confiance » de 2019. Ce conseil participe à cette pseudo « auto-évaluation » : il est chargé « d’évaluer en toute indépendance l’organisation et les résultats de l’enseignement scolaire ». « En toute indépendance », sauf que ce conseil comprend des économistes, des personnalités politiques ainsi que plusieurs ancien·nes recteur·rices et des responsables du ministère. Ce conseil d’évaluation a pour rôle de passer au crible les fonctionnements, les résultats des élèves, les pratiques professionnelles des un·es et des autres.
[...]

Télécharger le tract FNEC FP FO - CGT Educ’action - SUD Education - CNT

 

Journée AESH - Mardi 8 mars 2022

Publié le

Cette journée s’adresse à tous les AESH, syndiqués, non-syndiqués, exerçant dans le 1er ou le 2nd degré.

La participation à ce stage est un droit.  Vous serez autorisé(e) à vous absenter sur simple demande (Modalités d’inscription sur le tract ci-dessous).

Organisation de la journée

Le matin : comprendre ma fiche de paie, s’assurer que les primes auxquelles j’ai droit m’ont été versées, vérifier que j’ai été reclassé(e) au bon indice, s’informer sur la Protection Sociale
Complémentaire.

L’après-midi : bilan de la mobilisation des AESH, comment poursuivre cette lutte pour obtenir satisfaction des revendications ?

Télécharger le tract "Journée AESH - 8 mars 2022"

 

Informations syndicales

Publié le

Réunion d'Information Syndicale

Pour s'informer sur la Loi Rilhac (direction d'école), les évaluations d'école ou l'inclusion, nous invitons les collègues à participer aux réunions d'information syndicale :

•    vendredi 10 décembre 2021 à 18h00
au CH Guillaume Régnier de Rennes

•    lundi 10 janvier 2022 à 17h00
à l'école primaire de Maxent

•    jeudi 20 janvier 2022 à 17h15
à l'école élémentaire La Chesnaye de Mordelles

Les délégués du SNUDI-FO 35 se déplacent dans toute école qui souhaiterait avoir des informations syndicales sur l'actualité de la profession ou sur un point précis de la règlementation en vigueur. Contactez-nous par téléphone ou par mail.

Toutes les RIS (présentielles ou visio), sont régies par le décret 82-447 du 28 mai 1982, modifié par le décret 2012-224 du 16 février 2012, en application de l’exercice du droit syndical dans la Fonction publique. À ce titre, elles ont été déclarées auprès du DASEN afin que les collègues qui y participeront puissent les déduire de leurs heures annualisées obligatoires (48h de concertation en équipe, 18h de formation / animation / conférence pédagogique ou 6h de conseil d’école prévues par le décret n°2017-444 du 29 mars 2017) dans la limite de 9 heures. Pour cela, il ne faut pas oublier d’informer votre IEN de votre participation à une RIS avec le courrier type.

Toutes les informations sur les modalités pratiques autour des réunions d'information syndicale sont disponibles ici.

Décharges de direction

Le SNUDI-FO s’est adressé au ministre de l’Education Nationale au sujet des décharges de direction :

Monsieur le ministre,
Par un message du 22 novembre, et pour faire suite au groupe de travail du 6 octobre, vous nous transmettez quatre scenarii envisagés comme hypothèses de travail pour « l’amélioration du régime de décharge des directeurs d’école à la rentrée 2022 ». Il y a en effet urgence à améliorer ce régime de décharge ; c’est d’ailleurs une revendication portée par le SNUDI-FO, avec l’instauration d’une aide administrative statutaire dans chaque école, une réelle augmentation indiciaire (100 points d’indice) pour tous les directeurs, le respect du décret de 1989 sur la direction d’école et l’allègement des tâches.
Le régime de décharge actuel est très insuffisant, et ce n’est pas l’augmentation des décharges hebdomadaires que vous avez accordée cette année aux directeurs d’école élémentaires de 9 et 13 classes, soit 5,14% des directeurs au total, qui a modifié ce constat.
Nous ne considérons pas en effet les deux jours de décharge annuels supplémentaires que vous avez attribué aux directeurs d’écoles de 3 classes et moins – qui sont les plus nombreuses dans notre pays – comme une amélioration répondant aux revendications des personnels, d’autant plus que dans certains départements, comme le Puy-de-Dôme, il est annoncé que ces décharges ne seraient toujours pas accordées faute de moyens pour cette année scolaire !

Nous maintenons donc nos revendications, à savoir :
•  L’amélioration des quotités de décharge hebdomadaire pour toutes les écoles qui aujourd’hui ne bénéficient pas d’une décharge totale ;
•  La mise en place d’une décharge hebdomadaire pour les écoles de 3 classes et moins ;
•  Le maintien et l’amélioration des régimes de décharges départementaux qui seraient plus favorables que le régime national ;
•  Le respect des décharges annuelles actuellement en vigueur pour les écoles de 3 classes et moins dans les départements où elles ne sont pas mises en œuvre.

[...]

Télécharger le courrier du SNUDI-FO

Après l’intersyndicale AESH...

Une intersyndicale AESH proposée par la CGT éduc’action s’est tenue le 23 novembre avec la proposition d’une nouvelle journée d’action. La délégation de la FNEC FP-FO était composée de deux camarades dont une AESH qui est membre de la convention nationale.

FO a fait part de la colère des AESH, qui ne cesse de monter et a proposé de monter d’un cran avec une nouvelle montée nationale, soutenue cette fois-ci par toutes les fédérations.

Le SNCL-FAEN a soutenu cette proposition.

La FSU, la CGT éduc’action, SUD éducation, le SNALC ont exprimé leur désaccord avec l’organisation d’une nouvelle manifestation nationale à Paris.

La FNEC FP-FO a pourtant rappelé le succès de la montée nationale en direction du ministère, avec plus de 3000 participants, l’enthousiasme que cela a suscité, la confiance des personnels dans leurs propres forces, l’importance de la participation des associations de parents, pleinement intégrées dans les comités locaux.

Pour arracher les revendications, un vrai statut et un vrai salaire, la méthode la plus efficace n’est-elle pas de retourner beaucoup plus nombreux là où ça se décide, dans l’unité syndicale ? Les AESH y sont prêts !

La FNEC FP-FO invite ses syndicats à répondre à l’appel de la Convention nationale des AESH, en amplifiant les AG, les réunions, et à poursuivre les regroupements sous toutes les formes possibles, intégrant les AESH, les enseignants, les parents, les associations, les syndicats qui le souhaitent.

[...]

Télécharger le communiqué de la FNEC FP-FO

CTSD du 18 novembre 2021

Publié le

Déclaration au CTSD d'Ille et Vilaine

Monsieur l'Inspecteur d'Académie, Mesdames et Messieurs les membres du CTSD,

Nous sommes revenus au niveau 2 du protocole dit sanitaire : cela implique que « la limitation du brassage entre élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau) est requise. » Or, les enseignants manquent pour qu’aucun élève ne soit renvoyé chez lui au mépris de l’obligation scolaire. Pour autant, le ministre précise dans une circulaire que les formations dites en constellations constituent "un objectif de formation essentiel et une priorité en matière de remplacement". La situation n'est pas meilleure dans le 2nd degré puisque le ministère a présenté au dernier CTMEN un texte prévoyant l’utilisation d’AED pour effectuer des remplacements d’enseignants avec les élèves placés devant une vidéo d’un cours préparé par le CNED. 

Les établissements scolaires subissent également de plein fouet l’abandon de nombreux élèves en situation de handicap : 700 élèves attendent un AESH par manque de candidats dans l’académie selon les chiffres donnés à la dernière CCP académique. Des centaines et des centaines d’élèves sont d’ailleurs en classe ordinaire, et attendent la prise en compte de leur orientation en IME, en SEGPA, ou une prise en charge SESSAD.

Les fiches des registres santé et sécurité au travail remontent par dizaines chaque semaine (166 dans le département depuis le début d’année scolaire dont 80% dans le premier degré), et beaucoup décrivent des situations où les enseignants sont empêchés de faire classe dans des conditions normales, où les AESH prennent des coups et subissent des crachats, des morsures. Ce n’est pas du « guide d’accompagnement » académique pour la « scolarisation des élèves à comportement perturbateur et/ou violent » dont ont besoin les personnels. C’est le rétablissement des réseaux d’aide, ce sont des places dans les structures spécialisées et le respect des orientations, c’est le recrutement d’AESH ce qui nécessite l’arrêt des PIAL et l’obtention d’un vrai statut et d’un vrai salaire pour tous les accompagnants.

[...]

Lire l'ensemble de la déclaration de la FNEC FP-FO
Télécharger le compte-rendu du CTSD

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>